Skip to Main Navigation

Vue d'ensemble

Des systèmes alimentaires sains, durables et inclusifs sont essentiels à la réalisation des objectifs mondiaux de développement. Le développement de l’agriculture est l’un des leviers les plus puissants sur lequel agir pour mettre fin à l’extrême pauvreté, renforcer le partage de la prospérité et nourrir les 9,7 milliards de personnes que comptera la planète en 2050 (a). Par rapport à d’autres secteurs, la croissance de l’agriculture a des effets deux à quatre fois plus efficaces (a) sur l’augmentation du revenu des populations les plus démunies. Selon une étude publiée en 2016, 65 % des travailleurs pauvres (a) dépendent de l’agriculture pour vivre.

L’agriculture est aussi un facteur essentiel de croissance économique : en 2018, elle représentait 4 % du produit intérieur brut (PIB) mondial et, dans certains pays en développement parmi les moins avancés, sa part peut dépasser 25 % du PIB (a).

Or, plusieurs facteurs risquent de mettre en péril la capacité de l’agriculture à tirer la croissance et à réduire la pauvreté, ainsi que la sécurité alimentaire. Des perturbations liées à la pandémie de COVID-19 aux phénomènes météorologiques extrêmes, en passant par les invasions acridiennes et les conflits, les systèmes alimentaires sont exposés à de multiples chocs qui entraînent une hausse des prix des denrées et une aggravation de la faim.

L'accélération des dérèglements climatiques, en particulier, pourrait amputer la production agricole, en particulier dans les régions du monde qui souffrent déjà d’une insécurité alimentaire. Par ailleurs, l’activité agricole, l’exploitation des forêts et le changement d’affectation des terres contribuent aussi au changement climatique puisqu’ils sont à l’origine d’environ 25 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). C’est pourquoi l’atténuation des émissions de GES dans le secteur agricole contribuera à endiguer le changement climatique (a).

Les systèmes alimentaires actuels mettent en danger la santé de la population et de la planète et sont à l’origine de niveaux de pollution et de gaspillage non soutenables. 

Un tiers de la nourriture produite dans le monde est perdue ou gaspillée. Il est essentiel de lutter contre ce problème si l'on veut améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, mais aussi atteindre les objectifs climatiques et réduire les pressions qui s’exercent sur l'environnement.

La malnutrition (a) figure parmi les principaux facteurs de risque de décès dans le monde. Des millions de personnes s’alimentent mal ou insuffisamment, et ce « double fardeau » de la malnutrition (a) est la cause de maladies et de crises sanitaires. Selon un rapport de 2021, entre 720 et 811 millions de personnes ont souffert de la faim en 2020, soit plus de 10 % de la population mondiale.

L'insécurité alimentaire a pour effet de détériorer la qualité du régime alimentaire et d’accroître le risque de diverses formes de malnutrition : dénutrition, mais aussi surpoids et obésité. On estime que 3 milliards de personnes dans le monde n'ont pas les moyens de se nourrir sainement (a).

L’impact de la guerre en Ukraine crée des risques supplémentaires pour la sécurité alimentaire, et il est probable que les prix des denrées resteront élevés dans les mois à venir.

Dernière mise à jour: oct. 04, 2021