Du 16 au 19 octobre : suivezles webconférences internationales des Assemblées annuelles.Voir le programme

Comores - Vue d'ensemble

  • L'archipel des Comores se situe dans l'océan Indien, au nord du canal du Mozambique et au nord-est de Madagascar.

    Contexte politique

    Absent de la scène politique depuis dix ans, Azali Assoumani a remporté les dernières élections présidentielles de 2016 et son gouvernement a introduit une série de réformes budgétaires et structurelles. Le congrès national organisé en février 2018, pour faire le bilan de 42 ans d’indépendance, a recommandé de réviser le système de présidence tournante entre les îles. En juillet 2018, la victoire du oui au référendum sur la réforme constitutionnelle qui renforcerait le pouvoir présidentiel annonce probablement une élection présidentielle anticipée dès 2019.

    Situation économique

    Malgré le climat politique incertain lié au référendum et aux élections anticipées, la croissance économique s’est maintenue à 2,8 % en 2018, grâce à l'amélioration de l'approvisionnement en électricité et à une hausse de compétitivité dans le secteur des télécoms. L’offre de crédit au secteur privé est cependant restée atone (5,1 % de croissance en 2018), en raison des difficultés du secteur financier, confronté à niveau élevé de prêts non performants, à une insuffisance de liquidité bancaire et à des problèmes de gouvernance de la banque postale publique (la SNPSF).

    La croissance du PIB réel devrait atteindre 3,2 % en moyenne au cours de la période 2019-2021 grâce aux investissements publics dans les projets d’infrastructure (comme la réhabilitation des routes et la reconstruction de l'hôpital El-Maarouf) et aux secteurs du tourisme et des télécoms (avec l'arrivée à Moroni d’un câble sous-marin de très haut débit). Les transferts d’argent des émigrants resteront le principal soutien à la consommation privée.

    Toutefois, l’augmentation de la dette publique pour financer de grands projets d'infrastructures pourrait détériorer la capacité de l’État à assurer le service de sa dette, en particulier si celle-ci est contractée à des conditions non concessionnelles. L’État fait en effet déjà face à des difficultés de paiement des salaires et de ses achats de biens et services et accumule des arriérés extérieurs. En outre, la situation financière fragile de la SNPSF pourrait se détériorer rapidement et avoir un impact significatif sur les finances publiques. Enfin, les conséquences économiques de l’élection présidentielle restent incertaines et pourraient se caractériser par un ralentissement de la croissance économique future.

    Contexte social

    Avec près de 400 habitants au km², les Comores sont densément peuplées et plus de la moitié de la population (53 %) a moins de 20 ans.

    Selon la dernière enquête des ménages de 2014, près de 18 % de la population vit en dessous du seuil international de pauvreté fixé à 1,9 dollar par habitant et par jour. L'incidence de la pauvreté qui varie considérablement d’une île à l’autre, semble plus forte dans les zones rurales et sur l’île de Mohéli. Les inégalités sont importantes, avec un indice de Gini de 44,9.

    Enjeux de développement

    Les Comores, qui se situaient au 158e rang (sur 188) du classement de l’indice de développement humain de l’ONU en 2016, doivent surtout lutter contre la famine et la malnutrition.

    En 2012, près de 30 % des enfants de moins de 5 ans, souffraient de malnutrition chronique et accusaient un retard de croissance.

    En outre, la mortalité infantile reste élevée : en 2017, elle était de 69 pour 1 000 naissances (chez les enfants de moins de 1 an) et de 52,2 pour 1 000 (chez les enfants de moins de 5 ans).

    Le taux de mortalité maternelle est de 335 décès pour 100 000 naissances en 2015.

    Dernière mise à jour: 06 juin 2019

  • Révisée en décembre 2017, la stratégie pour la croissance et la réduction de la pauvreté (SCA2D) du gouvernement couvre la période 2017-2021 et entend faire des Comores un pays émergent à l'horizon 2030. Pour y parvenir, un Plan d’investissement quinquennal pour la période de 2016-2021 donne la priorité aux investissements dans les infrastructures y compris dans le secteur de l’énergie et des routes.

    Adoptée en 2014, la stratégie de partenariat entre le Groupe de la Banque mondiale et les Comores (CPS) repose sur deux priorités :

    • renforcer la capacité du secteur public ;
    • favoriser une croissance inclusive et  la création d’emplois dans le secteur privé.

    Avec un financement total de 60 millions de dollars octroyé par l'Association internationale de développement (IDA), le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres, les objectifs de cette stratégie sont alignés sur ceux de la SCA2D.

    En octobre 2017, la Banque a lancé des consultations nationales pour faire le bilan de son action et établir un diagnostic de la situation économique et sociale des Comores (SCD) afin de préparer un nouveau Cadre de partenariat pays (CPF) en 2019. L’IDA étudie la possibilité d’augmenter le montant de son aide pour le porter à 20 millions de dollars.

    La Banque mondiale a développé plusieurs projets pour lever les obstacles au développement de l’activité économique. Elle finance des projets de redressement du secteur de l'électricité (RES – 5 millions de dollars), et de cogestion des ressources côtières et des moyens de subsistance durables (CoreCSuD – 2,7 millions de dollars).

    Elle soutient également le projet d'infrastructure régionale de communication (RCIP4 – 22 millions de dollars), la mise en place d’aides sociales (6 millions de dollars) afin d’augmenter les revenus des communautés les plus pauvres, ainsi que la gestion durable des ressources halieutiques dans l’océan indien du Sud-Ouest (SWIO Fish - 9,5 millions de dollars).

    Fin 2016, la Banque mondiale a approuvé un don de 2,5 millions de dollars pour renforcer le système de statistiques aux Comores pour réaliser notamment le quatrième recensement général et la nouvelle enquête sur les ménages et la pauvreté.

    La Banque mondiale est en train de préparer de nouveaux projets dans les secteurs de l’énergie solaire, chaînes de valeurs, santé, finance et compétitivité.

    Elle fournit enfin un important programme d’assistance technique en matière de politiques économiques et budgétaires et de nombreux travaux analytiques.

    Dernière mise à jour: 06 juin 2019

  • La Banque mondiale a contribué aux réformes récentes de la gestion des finances publiques et au renforcement des services publics. Son assistance technique a permis de finaliser le recensement des fonctionnaires dont le paiement des salaires est désormais effectué par un système centralisé. Le Trésor public a été réorganisé et vient de se doter d’un nouveau système de gestion de l’information financière.

    Le Groupe de la Banque mondiale appuie le programme de filets sociaux et d’autres projets de développement local pour réduire la pauvreté en milieu rural. Ce programme permet de financer de nombreuses activités de protection sociale et de nutrition au profit des groupes les plus vulnérables, notamment les femmes et les jeunes. À ce jour, 22 372 femmes enceintes, 2 292 adolescents et adolescentes, 8 250 mères et 11 830 enfants âgés de moins de cinq ans ont bénéficié de service de nutrition de base. Au moins 5 341 enfants de moins de 24 mois reçoivent une aide alimentaire et 5 000 personnes reçoivent une aide sociale.  

    Des progrès importants ont été réalisés dans le secteur des télécommunications à travers le Projet RCIP-4 qui finance le câble sous-marin FLY-LION3. Le projet a permis de faciliter les réformes en faveur de la libéralisation progressive du marché local des télécommunications avec l’adoption de la Loi sur les Communications en 2014, l'autorisation d'un deuxième opérateur en 2015 (Telma Comores) et la libéralisation partielle du marché des Fournisseurs de Services Internet (FSI).

    Depuis lors, le nombre d’utilisateurs mobiles a plus que doublé (par rapport aux chiffres enregistrés au début du projet), le secteur des télécoms connaît pour la première fois une croissance rapide tirée par le secteur privé, avec de meilleures perspectives pour les investissements directs étrangers (IDE). Le Projet RCIP4 a bénéficié d’un financement additionnel de 10 millions de dollars en octobre 2018 pour développer les services publics en ligne (e-Gouvernement).

    Depuis le démarrage du projet de redressement du secteur de l’énergie (PRSE), la performance commerciale de l’entreprise publique de distribution d’électricité (MAMWE) s’est améliorée de manière substantielle. Fin 2017, le recouvrement des factures d’électricité, jusque-là trop faible et qui contribuait aux pertes commerciales de la MAMWE a augmenté de 55 % à près de 79 % (compteurs à prépaiement exclus) ou 88,7 % (compteurs à prépaiement inclus).

    Grâce au projet de Cogestion des ressources côtières pour une subsistance durable (CoreCSuD), financé par le Japanese Social Development Fund (JSDF), 30 villages pilotes ont bénéficié de la construction d’infrastructures de pêche ; 75 ouvrages communautaires ont été réalisés ; 17 accords de cogestion des ressources côtières auront été signés ; et les capacités des institutions de gestion des pêches ont été renforcées. Toujours dans le même secteur, 31 collectivités ont bénéficié des micro-projets dans le cadre du projet SWIOFish1.

    En 2018, le Projet d’Appui au Développent des Statistiques aux Comores a achevé avec succès le quatrième recensement général de la population et de l’habitat (RGPH). Le projet appuie la réalisation d’une enquête sur la pauvreté et le niveau de vie des ménages et soutient le renforcement des capacités de l’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques (INSEED).

    Dernière mise à jour: 06 juin 2019

  • Une bonne coordination des bailleurs de fonds est essentielle pour maximiser les résultats de développement dans un pays aux capacités très limitées. La Banque travaille en étroite collaboration avec l’Union européenne (UE), la France, le Fonds monétaire international (FMI), les différentes agences de l’ONU ainsi que la Banque africaine de développement (BAD) pour harmoniser les efforts des bailleurs.

    Dernière mise à jour: 06 juin 2019

Api


FINANCEMENTS

Comores: Engagements par exercice (en millions de dollars)*

*Les montants comprennent les engagements de la BIRD et de l’IDA


GALERIE PHOTO

Plus de photos Arrow

POUR APPROFONDIR

La croissance revue à la baisse en 2018

Selon les estimations, la croissance économique en Afrique subsaharienne est passée de 2,3 % en 2017 ...

CPIA: Dernier rapport

Le CPIA est un outil de diagnostic annuel destiné à mesurer la qualité des structures politiques et institutionnelles publiques.

Comprendre le capital humain en Afrique

Parce qu’il est l’un des principaux vecteurs de bien-être économique et social d’un pays, le capital humain est notre priorité.

L’Association internationale de développement en Afrique

En attribuant près de 50% de ses ressources à 39 pays africains, l’IDA aide les pays les plus défavorisés de la planète.

Multimédia de la Banque mondiale Région Afrique

Consultez les dernières vidéos, audiodiffusions et galleries de photos qui reflètent le travail de la Banque mondiale en Afrique subsaharienne.

31 oct. 2017

Doing Business aux Comores (a)

Le rapport « Doing Business » évalue la règlementation des affaires dans le monde. Découvrez le classement de votre pays.

Autres ressources:

Coordonnées du bureau-pays

Point de contact principal
United Nations Compound
Moroni
Comoros
PO Box 648
+261-20-22-560-00
Informations générales et renseignements
Diana Styvanley
Chargée de communication
+261320500127
dstyvanley@worldbank.org
Plaintes et problèmes liés aux projets
comorosalert@worldbank.org