Comores - Vue d'ensemble

  • Situé dans l’Océan indien, au nord du canal du Mozambique et au nord-est de Madagascar, l’archipel des Comores comprend quatre îles : Ngazidja (ou Grande Comores), Mohéli, Anjouan, et Mayotte. Cette dernière est administrée par la France.

    Contexte politique

    Absent de la scène politique depuis dix ans, Azali Assoumani a remporté les dernières élections présidentielles en 2016. Le gouvernement a introduit une série de réformes budgétaires et structurelles dans un climat politique stable. Le congrès national organisé en février 2018 pour faire le bilan de 42 ans d’indépendance a recommandé de réviser le système de présidence tournante entre les îles à travers d’éventuelles réformes de la constitution.

    Situation économique

    La croissance économique s'est accélérée modérément, passant de 2,2 % en 2016 à 2,5 % en 2017, principalement en raison de l'amélioration de l'approvisionnement en électricité et de l'augmentation des transferts d’argent des émigrants. La consommation privée est restée le principal levier de croissance du côté de la demande. Les investissements publics ont été orientés vers la réhabilitations des routes prioritaires (par exemple, la route entre l'aéroport et le centre-ville) et l'investissement privé a montré un certain dynamisme, notamment avec la mise en œuvre de deux projets d'expansion et de réhabilitation hôtelière.

    La croissance du PIB réel devrait augmenter légèrement à 3 % en moyenne au cours de la période 2018-2020, grâce aux transferts d’argent des émigrants et à la consommation privée. Les envois de fonds des émigrants devraient bénéficier de la reprise économique en France où vit la plus grande partie de la diaspora comorienne. Même si le climat des affaires ne devrait pas s'améliorer de manière significative, certains développements positifs du secteur privé sont attendus, comme l'arrivée de la compagnie Turkish Airways et, dans le secteur des télécoms, la libéralisation du marché des fournisseurs d'accès internet et la construction d'une deuxième station d'atterrissage de câble sous-marin.

    Les dons extérieurs volatiles, la faible collecte des recettes intérieures et les pressions actuelles sur les dépenses pourraient fragiliser la dette publique. Cela est particulièrement vrai dans un contexte de faiblesse du cadre budgétaire. Par ailleurs, maintenir un approvisionnement énergétique stable représente un défi majeur. Bien que l’approvisionnement énergétique se soit amélioré, le gouvernement risque de ne pas réussir à subventionner de façon continue la production d'électricité. Enfin, le processus actuel de révision du système de rotation présidentielle à travers les îles rencontre une résistance et représente un risque politique majeur.

    Contexte social

    Avec près de 400 habitants au km², les Comores sont densément peuplées et plus de la moitié de sa population (53 %) a moins de 20 ans.

    Selon la dernière enquête des ménages de 2014, près de 18 % de la population vit en dessous du seuil international de pauvreté fixé à 1,9 dollar par habitant et par jour. L'incidence de la pauvreté qui varie considérablement d’une île à l’autre, semble plus forte dans les zones rurales et sur l’île de Mohéli. Les inégalités sont importantes, avec un indice de Gini de 44,9.

    Enjeux de développement

    Les Comores, qui se situaient au 160e rang (sur 188) du classement de l’indice de développement humain de l’ONU en 2016, doivent surtout lutter contre la famine et la malnutrition.

    En 2012, près de 30 % des enfants de moins de 5 ans, souffraient de malnutrition chronique et accusaient un retard de croissance.

    En outre, la mortalité infantile reste élevée : en 2012, elle était de 36 pour 1 000 naissances (chez les enfants de moins de 1 an) et de 15 pour 1 000 (chez les enfants de moins de 5 ans).

    Le taux de mortalité maternelle est de 172 décès pour 100 000 naissances.

    Dernière mise à jour: 18 mai 2018

  • Révisée en décembre 2017, la stratégie pour la croissance et la réduction de la pauvreté (SCA2D) du gouvernement couvre la période 2017-2021 et entend faire des Comores un pays émergent à l'horizon 2030. Pour y parvenir, un Plan d’investissement quinquennal pour la période de 2016-2021 a été élaborée en mai 2016 et met un accent particulier sur les investissements en infrastructures y compris dans le secteur de l’énergie et des routes.

    La stratégie de partenariat entre le Groupe de la Banque mondiale avec les Comores (CPS), adoptée en 2014, repose sur deux priorités :

    • renforcer la capacité du secteur public ;
    • favoriser une croissance partagée et augmenter le taux d’activité.

    Cette stratégie est alignée sur le plan national de développement (SCA2D) et prévoit un financement total de 60 millions de dollars octroyé par l'Association internationale de développement (IDA) le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres.

    Une revue de mi-parcours du CPS lancée en 2016 propose d’étendre la stratégie jusqu’en 2018. Dans le même temps, la Banque a lancé des consultations nationales pour établir un diagnostic de la situation économique et sociale des Comores (SCD) en octobre 2017. Le nouveau Cadre de Partenariat Pays (CPF) est prévu courant 2018.

     La Banque mondiale a développé plusieurs projets pour lever les principaux freins à l'activité économique. Elle soutient le redressement du secteur de l'électricité (RES – 5 millions de dollars) et le projet d'infrastructure régionale de communication (RCIP4 – 22 millions de dollars). Dans le secteur de la pêche, la Banque mondiale finance des projets de cogestion des ressources côtières et des moyens de subsistance durables (CoreCSuD – 2,7 millions de dollars) ainsi que de gestion durable des ressources halieutiques dans l’océan indien du Sud-Ouest (SWIO Fish - 9,5 millions de dollars). Elle soutient également la mise en place d’aides sociales (6 millions de dollars) afin d’augmenter les revenus des communautés les plus pauvres.

    Fin 2016, la Banque mondiale a approuvé un don de 2,5 millions de dollars pour renforcer le système de statistiques aux Comores afin de réaliser notamment le quatrième recensement général et la nouvelle enquête sur les conditions de vie des ménages et la pauvreté.

    Des progrès importants ont été réalisés dans le secteur des télécommunications à travers le Projet régional d’infrastructures de communications - Phase 4, (RCIP-4) qui finance le câble sous-marin FLY-LION3

    La Banque mondiale fournit enfin un important programme d’assistance technique en matière de politiques économiques et budgétaires 

    Dernière mise à jour: 18 mai 2018

  • La Banque mondiale a contribué aux réformes récentes de la gestion des finances publiques et au renforcement des services publics. Son assistance technique a permis de finaliser le recensement des fonctionnaires dont le paiement des salaires est désormais effectué par un système centralisé. Le Trésor public a été réorganisé et vient de se doter d’un nouveau système de gestion de l’information financière.

    Le Groupe de la Banque mondiale poursuit son action en faveur des communautés locale les plus vulnérables afin de réduire la pauvreté en milieu rural par le biais du programme de filet sociaux de sécurité et d’autres projets de développement local. Ce programme permet de financer de nombreuses activités de protection sociale et de nutrition au profit des groupes vulnérables, notamment les femmes et les jeunes.

    Depuis le démarrage du projet de redressement du secteur de l’énergie (PRSE), la performance commerciale de l’entreprise publique de distribution d’électricité (MAMWE) s’est améliorée de manière substantielle. Fin 2017, le recouvrement des factures d’électricité, jusque-là trop faible et qui contribuait aux pertes commerciales de la MAMWE, a augmenté jusqu’à 79% (compteurs à prépaiement exclus) ou 88,7% (compteurs à prépaiement inclus) contre 55% auparavant.

    Grâce au projet de Cogestion des ressources côtières pour une subsistance durable (CoreCSuD), financé par le Japanese Social Development Fund (JSDF), 30 villages pilotes ont bénéficié d’infrastructures de pêche ; 75 ouvrages communautaires ont été réalisés ; 17 accords de cogestion des ressources côtières auront été signés ; et les capacités des institutions de gestion des pêches ont été renforcées. Toujours dans le même secteur, 31 communautés ont bénéficié des micro-projets dans le cadre du projet SWIOFish1.

    Le Groupe de la Banque mondiale soutient aussi l’accès à l’éducation de base. En 2014, 76 % des jeunes de cinq à quinze ans étaient scolarisés en 2014 contre 67% en 2004, et 39 % des adultes avaient atteint un niveau d’enseignement secondaire ou supérieur contre 9% en 2004 (dont 34% des femmes et 41% des hommes).

    Dernière mise à jour: 18 mai 2018

  • Une bonne coordination des bailleurs de fonds est essentielle pour maximiser les résultats de développement dans un pays aux capacités très limitées. La Banque travaille en étroite collaboration avec l’Union européenne (UE), la France, le Fonds monétaire international (FMI), les différentes agences de l’ONU ainsi que la Banque africaine de développement (BAD) pour harmoniser les efforts des bailleurs. 

    Dernière mise à jour: 18 mai 2018

Api


FINANCEMENTS

Comores: Engagements par exercice (en millions de dollars)*

*Les montants comprennent les engagements de la BIRD et de l’IDA


GALERIE PHOTO

Plus de photos Arrow

ACTIONS

19 avr. 2018

Africa's Pulse, No. 17, Avril 2018

Nos dernières perspectives économiques tablent sur une croissance à 3,1 % en 2018, qui s’établira à 3,6 % en moyenne sur 2019–20.

07 juin 2017

Réfugiés : comment l’Afrique fait face

De nombreux pays africains, parfois très pauvres, s’attachent à intégrer durablement les réfugiés.

30 oct. 2017

L’Association internationale de développement en Afrique

En attribuant près de 50% de ses ressources à 39 pays africains, l’IDA aide les pays les plus défavorisés de la planète.

30 oct. 2017

Multimédia de la Banque mondiale Région Afrique

Consultez les dernières vidéos, audiodiffusions et galleries de photos qui reflètent le travail de la Banque mondiale en Afrique ...

31 oct. 2017

Doing Business aux Comores (a)

Le rapport « Doing Business » évalue la règlementation des affaires dans le monde. Découvrez le classement de votre pays.

Autres ressources:

Coordonnées du bureau-pays

Point de contact principal
1 Rue Andriamifidy
BP 4140
Antananarivo 101, Madagascar
+261-20-22-560-00
Informations générales et renseignements
Diana Styvanley
Chargée de communication
+261320500127
dstyvanley@worldbank.org
Plaintes et problèmes liés aux projets
comorosalert@worldbank.org