COMMUNIQUÉS DE PRESSE 13 décembre 2018

La Banque mondiale, le Canada et le Royaume-Uni s’engagent pour aider les pays à sortir du charbon et accélérer leur passage à des énergies plus propres

KATOWICE, 13 décembre 2018 – La Banque mondiale, le Canada et le Royaume-Uni ont annoncé aujourd’hui de nouveaux engagements pour fournir un appui financier, une assistance technique et des conseils aux pays en développement ayant entrepris de s’affranchir du charbon et d’accélérer le passage à des sources d’énergie plus propres.

. Ce financement aidera les pays en développement asiatiques à diminuer leur production de charbon, tout en améliorant l’efficacité énergétique et en développant des alternatives bas carbone.

Parallèlement, , un dispositif d’assistance technique administré par la Banque mondiale et conçu pour aider les pays à revenu faible ou intermédiaire à adopter des solutions énergétiques écologiquement viables.

Les deux programmes viendront soutenir le déploiement de technologies solaires et de stockage par batteries, le développement de la géothermie et de l’éolien en mer, la fermeture des centrales à charbon et l’amélioration de l’efficacité énergétique, en particulier pour les bâtiments et les systèmes de climatisation.

sur les travailleurs et les communautés. Ces pays doivent en effet prendre des mesures pour protéger les emplois et les compétences et préserver l’environnement, en mettant notamment en place des filets sociaux solides pour les mineurs et en assurant la reconversion des sites miniers.

À l’occasion de la COP24 qui se déroule actuellement en Pologne, la Banque mondiale présente un rapport consacré à cette question et intitulé en anglais Managing Coal Mine Closure: Achieving a Just Transition for All. La nouvelle publication tire les enseignements des exemples passés et préconise un certain nombre de mesures cruciales pour minimiser les conflits sociaux et les difficultés économiques nés de la fermeture des mines de charbon.

L’analyse révèle que ces conséquences socio-économiques sont considérables, comme en témoigne le retard social et économique persistant de certaines régions dépendantes du charbon. Les pouvoirs publics peuvent toutefois assurer une « transition juste pour tous »* en instaurant en amont des concertations et des programmes d’aide sociale solides pour les mineurs, les familles et les communautés.

Les pouvoirs publics jouent un rôle de premier plan dans ce processus, puisque c’est sur eux que pèse le coût de la fermeture des mines et des dispositifs d’aide à la transition pour la main-d’œuvre, même quand ces mines sont privées. Sachant qu’un grand nombre de centres charbonniers ne sont pas en mesure de créer des possibilités d’emploi alternatives, les pouvoirs publics peuvent mettre en place des programmes de mobilité de la main-d’œuvre qui permettront aux anciens mineurs et à leurs familles de s’installer dans des régions économiquement dynamiques et offrant de nouvelles perspectives de travail. L’industrie du charbon s’étant déplacée de l’Ouest à l’Est du globe, c’est l’Asie qui sera essentiellement concernée par les futures fermetures de mines et par les pertes d’emplois qui en découleront. Les trois grands producteurs mondiaux de charbon que sont la Chine, l’Inde et l’Indonésie seront les plus affectés.

« Nous voulons aider les pays à accélérer leur transition énergétique en accordant notre priorité à ses aspects humains. C’est tout l’enjeu d’une transition juste pour tous : il est indispensable de protéger les moyens de subsistance des populations et les communautés, et cela passe par une stratégie de long terme, soutenue et bien menée. Les pouvoirs publics doivent anticiper bien en amont la fermeture des mines de charbon et mettre en place des filets sociaux solides pour les travailleurs avant même qu’ils ne perdent leurs emplois », souligne Riccardo Puliti, directeur principal du pôle Énergie et industries extractives à la Banque mondiale.

« La réalisation des objectifs de l’accord de Paris passe par l’élimination progressive du charbon. La pollution due au charbon a de graves répercussions sur le changement climatique, la santé et les populations. Ces populations doivent être au centre de nos politiques de lutte contre le changement climatique. Nous savons que nous devons sortir du charbon en apportant notre soutien aux travailleurs et aux territoires qui en dépendent, parce que cette transition n’est pas toujours facile. Ensemble, nous pouvons réduire les émissions et faire en sorte que les personnes bénéficient de bonnes perspectives d’emploi dans l’économie décarbonée de demain », déclare Catherine McKenna, ministre canadienne de l'Environnement et du Changement climatique.

« Le Royaume-Uni et le Canada sont les chefs de file de la sortie du charbon dans le monde. Cette année, notre pays a fourni 1 700 heures d’électricité sans charbon. Mais le changement climatique est un problème mondial qui nécessite une réponse commune. Ce fonds de la Banque mondiale, abondé par une contribution de 20 millions de livres du Royaume-Uni, permettra de diffuser une expertise de pointe afin d’encourager les pays en développement à renoncer au charbon pour leur production d’électricité et à se convertir aux énergies renouvelables, en les aidant ainsi à sauver la planète tout en insufflant à leur économie un élan indispensable », indique Claire Perry, ministre britannique pour l’Énergie et la Croissance propre.

 

* Forgé par la Confédération syndicale internationale, le concept d’une « transition juste pour tous » est axé sur l’emploi et les moyens de subsistance, et vise à faire en sorte que nul ne soit laissé pour compte dans le cadre de nos efforts pour réduire les émissions, protéger le climat et promouvoir la justice sociale et économique. Une transition juste repose sur la nécessité de créer des débouchés alternatifs suffisants et en temps voulu pour remplacer les emplois perdus.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2019/099/EEX

Contacts

À Washington
Zubin Bamji
+1 (202) 458-0431
zbamji@worldbank.org
Clare Murphy-McGreevey
+1 (202) 458-1501
cmurphymcgreevey@worldbank.org
Service audiovisuel
Huma Imtiaz
+1 (202) 473-2409
himtiaz@worldbankgroup.org
Api
Api