COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

publication 12 décembre 2018

Accompagner la fermeture des mines de charbon : garantir une transition juste pour tous

Image

LES POINTS MARQUANTS

  • Un nouveau rapport de la Banque mondiale aide les pouvoirs publics à anticiper et gérer les fermetures de mines de charbon ainsi que leur impact sur les moyens de subsistance des populations.
  • Face aux conséquences socio-économiques de la fermeture des mines de charbon, les pays peuvent s’employer à assurer une « transition juste pour tous » en planifiant, en collaborant en amont avec les parties prenantes et en mettant en place des programmes d’aide sociale solides.
  • Le rapport met en lumière des exemples passés à travers le monde et tire notamment les enseignements de 11 projets financés par la Banque mondiale.

Un nouveau rapport de la Banque mondiale éclaire cette question en tirant les enseignements de l’expérience des pays ayant accompli cette transition.

Il est possible de garantir une « transition juste pour tous » en instaurant un dialogue précoce avec les parties prenantes et en mettant en place des programmes d’aide sociale solides. Les pouvoirs publics jouent un rôle de premier plan dans ce processus, puisque c’est sur eux que pèse le coût de la fermeture des mines et des programmes d’aide à la transition de la main-d’œuvre, même quand ces mines sont privées, souligne le rapport intitulé en anglais Managing Coal Mine Closure: Achieving a Just Transition for All (Télécharger le PDF en anglais)

Il est cependant possible de prendre des mesures pour faciliter cette transition :

  • La gestion des conséquences de la fermeture des mines de charbon sur le plan social et de l’emploi requiert la collaboration de plusieurs organismes publics, tandis que les aspects matériels de l’arrêt de l’exploitation seront mieux gérés par une entité spécifique dédiée.
  • Sachant qu’un grand nombre de centres charbonniers ne sont pas en mesure de créer des possibilités d’emploi alternatives, les pouvoirs publics peuvent mettre en place des programmes de mobilité de la main-d’œuvre qui permettront aux anciens mineurs et à leurs familles de s’installer dans des régions économiquement dynamiques et offrant de nouvelles perspectives de travail.

« Nous mettons l'accent sur la dimension humaine et aidons les pays à accélérer la transition énergétique. Une transition qui soit juste pour tous signifie que les moyens de subsistance des personnes et des communautés doivent être protégés, ce qui nécessite une approche bien gérée, durable et à long terme. Les gouvernements doivent se préparer bien en amont de la fermeture des mines de charbon et mettre en place des filets de sécurité solides pour les travailleurs avant les suppressions d'emplois. »
Image
Riccardo Puliti
Directeur principal du pôle Énergie et industries extractives, Banque mondiale


L’industrie du charbon s’étant déplacée de l’Ouest à l’Est du globe, c’est l’Asie qui sera essentiellement concernée par les futures fermetures de mines et par les pertes d’emplois qui en découleront. Les trois grands producteurs mondiaux de charbon que sont la Chine, l’Inde et l’Indonésie seront les plus affectés.

Les politiques d’abandon du charbon sont plus que jamais à l’ordre du jour alors que la communauté internationale lutte pour réduire les effets du changement climatique. Elles sont également essentielles pour accélérer la transition énergétique et atteindre l’Objectif de développement durable n° 7, à savoir garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable.

Forgé par la Confédération syndicale internationale, le concept d’une « transition juste pour tous » appelle à rapprocher et faire dialoguer les travailleurs, les employeurs et les gouvernements pour impulser les plans, politiques et investissements nécessaires à une transformation rapide et équitable.