COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

Skip to Main Navigation

Sénégal - Vue d'ensemble

  • Situé dans la partie la plus occidentale de l'Afrique, le Sénégal est bordé par la Mauritanie, le Mali, la Guinée et la Guinée-Bissau. Il entoure lui-même la Gambie, pays anglophone dont la superficie est l’une des plus petites du continent. Doté d'un climat tropical et sec, le Sénégal compte 15,4 millions d'habitants, dont un quart vit dans la région de la capitale, Dakar, sur 0,3 % du territoire.

    Situation politique

    Le Sénégal est l’un des pays les plus stables d’Afrique. Depuis son indépendance en 1960, il a connu trois grandes alternances politiques, toutes pacifiques. Au pouvoir depuis 2012, le président Macky Sall a remporté un second mandat en février 2019. Celui-ci sera plus court que le précédent car, depuis le référendum de mars 2016, le mandat présidentiel a été ramené de sept à cinq ans.  

    Lors des législatives de 2017, la coalition au pouvoir, Benno Bokk Yakaar (« Union autour d’un même espoir » en wolof, l’une des principales langues du pays), a remporté 125 sièges sur 165. Une dizaine d’autres partis siègent également à l’Assemblée nationale. En raison de la pandémie de COVID-19, les élections locales et législatives pourraient être jumelées en 2022.

    Jusqu’ici, le Sénégal a été épargné par les violences qui secouent la région, mais les agissements des groupes terroristes dans les pays voisins et le trafic transfrontalier risquent d’alimenter l’instabilité.

    Situation économique

    Entre 2014 et 2018, le Sénégal a enregistré une croissance économique parmi les plus fortes d'Afrique, toujours supérieure à 6 % par an. La croissance du PIB réel s’est établie à 5,3 % en 2019, contre 6,3 % en 2017. Elle est principalement tirée par le secteur des services, tandis que, du côté de la demande, les principaux moteurs de la croissance sont les investissements (+12,5 %) et les exportations (+7,2 %). 

    Depuis début 2020, la pandémie de coronavirus (COVID-19) modifie considérablement les perspectives économiques du pays. En 2020, la croissance s'est fortement ralentie pour chuter à un niveau estimé à 1,3 %, les services (tels que le tourisme et les transports) et les exportations étant particulièrement touchés. Le Sénégal a réagi en prenant des mesures de confinement et en mettant en place un « programme de résilience économique et sociale » (PRES) afin de protéger les vies et les moyens de subsistance. Cependant, la faiblesse des réserves budgétaires et des filets de sécurité, la vulnérabilité du système de santé et le poids du secteur informel engendrent des difficultés.

    La reprise économique sera probablement progressive et portée par un retour en force de la consommation et des investissements privés. Les réformes envisagées dans le cadre du Plan Sénégal Émergent (PSE) doivent être approfondies pour que la croissance retrouve sa trajectoire d'avant la pandémie. Un afflux important d'investissements privés est essentiel pour accroître la capacité de production du Sénégal et soutenir la croissance des exportations. Les services continuent de tenir une place prépondérante dans le PIB, tandis que le secteur primaire (l'agriculture, en particulier) constitue le moteur de croissance le plus dynamique. La crise sanitaire actuelle a retardé les projets d'exploitation pétrolière et gazière, qui ne devraient contribuer aux recettes et aux exportations qu'aux alentours de 2025.

    Enjeux de développement 

    Le principal enjeu de développement consistera pour le Sénégal à atténuer l'impact socio-économique de la pandémie actuelle tout en favorisant une croissance durable et inclusive à long terme, ce qui nécessitera de : 

    1. améliorer la résilience aux risques macro-budgétaires, environnementaux et sociaux afin de préserver les investissements dans le capital humain et les moyens de subsistance des ménages ;

    2. renforcer et protéger le capital humain en vue de stimuler la croissance de la productivité ;

    3. accroître la compétitivité et la création d'emplois en améliorant la connectivité numérique et physique aux niveaux national et régional, augmenter l'efficacité des marchés du travail, abaisser le coût de l’énergie, réduire l’empreinte carbone et optimiser le mix énergétique, promouvoir le secteur tertiaire et stimuler la productivité et la compétitivité de l’agriculture et des chaînes de valeur associées. 

    Situation sociale

    La pandémie de COVID-19 risque de mettre en péril les gains socio-économiques résultant de l'amélioration de l'accès à des services clés, tant en termes d'accessibilité financière que de déploiement des infrastructures. Elle pourrait entraîner de lourdes pertes pour les ménages du fait de la diminution des revenus du travail et hors travail (en particulier les transferts d'argent privés), de l'inflation des prix intérieurs et des perturbations dans la fourniture de services essentiels.

    Dernière mise à jour: 20 juil. 2020

  • L’action du Groupe de la Banque mondiale au Sénégal

    Le programme du Groupe de la Banque mondiale au Sénégal pour les exercices 2020 à 2024 est régi par un cadre de partenariat-pays (CPF) (a) entré en vigueur le 5 mars 2020. Ce cadre stratégique a été élaboré sur la base du deuxième plan d'action prioritaire (2019-2023) du Plan Sénégal Émergent et du diagnostic-pays systématique (a) récemment conduit par la Banque. Il soutient trois domaines d’intervention :  

    1. renforcer le capital humain pour améliorer la productivité et générer un dividende démographique ; 

    2. stimuler la compétitivité et la création d'emplois grâce à une croissance tirée par le secteur privé ;

    3. accroître la résilience et la durabilité dans un contexte de hausse des risques.

    Le portefeuille de la Banque mondiale au Sénégal compte 22 projets d’investissement nationaux d’un montant total de 2,2 milliards de dollars et neuf opérations régionales à hauteur de 346,5 millions de dollars, tous financés par l’Association internationale de développement (IDA). Du côté de la Société financière internationale (IFC), le portefeuille atteint actuellement 164 millions de dollars tandis que les engagements bruts de l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) ressortent à 309 millions.

    Action d’urgence face à la pandémie de COVID-19 : Le Groupe de la Banque mondiale recourt à divers mécanismes pour apporter un soutien immédiat au Sénégal.

    • Santé : La Banque mondiale appuie le plan national de lutte contre le coronavirus par le biais de trois initiatives : 

    1. le projet de renforcement des systèmes régionaux de surveillance des maladies (REDISSE), par lequel la Banque contribue à l'achat d'équipements destinés à protéger les agents de santé et à répondre à d'autres besoins essentiels ;

    2. un financement de 20 millions de dollars alloué dans le cadre du mécanisme d'aide accélérée COVID-19 et approuvé le 2 avril 2020 ;

    3. le projet d’appui aux investissements dans la santé de la mère, de l’enfant et de l’adolescent, une nouvelle opération d’un montant de 140 millions de dollars (dont 10 millions de dollars apportés par le GFF) qui pourrait être restructurée en fonction des besoins.

    • Protection sociale : Le projet de filets sociaux, actuellement en cours, pourrait être mobilisé pour renforcer l'aide aux populations vulnérables durant cette crise. Ce sont au total 20 millions de dollars de fonds non décaissés qui peuvent être utilisés immédiatement pour assurer des transferts aux 560 000 ménages inscrits dans le registre national unique (RNU). 

    • Finances publiques : Le Conseil des administrateurs a approuvé une opération à l’appui des politiques de développement d’un montant de 100 millions de dollars afin d'aider à combler le déficit de financements et à répondre aux besoins urgents de liquidités. Ce montant s'ajoute à l'aide du FMI qui s'élève à 220 millions de dollars environ.  

    Dernière mise à jour: 20 juil. 2020

  • Le Groupe de la Banque mondiale a aidé le Sénégal à obtenir des résultats dans divers secteurs du développement. En voici un aperçu : 

    Projet d'amélioration de la qualité et de l’équité dans l'éducation de base

    • 2 500 000 bénéficiaires directs du projet ;

    • construction de deux lycées d'excellence pour l'intégration, l’équité et la qualité (LINEQ) et 600 élèves inscrits, avec une parité absolue entre garçons et filles ;

    • amélioration des compétences de la compréhension en lecture chez les élèves du primaire ;  

    • augmentation de 32 à 37 % de la proportion d'élèves du cycle secondaire inscrits dans les filières mathématiques et scientifiques (S1, S2), l’objectif étant d’atteindre 45 % d'ici la fin 2021.

    Projet d’appui au transport et à la mobilité urbaine 

    • 726 000 bénéficiaires directs du projet ;

    • 6 650 emplois créés grâce à des investissements à forte intensité de main-d'œuvre ;

    • réduction du temps de trajet entre Rufisque et Lompoul de 211 à 153 minutes ;

    • réduction du temps de trajet entre Lompoul et Gandiol de 202 à 100 minutes ;

    • formation de 600 jeunes lors de travaux de voirie ;

    • revêtement de 27 kilomètres de voies urbaines ;

    • intégration de 1 307 minibus dans le cadre du renouvellement du parc de véhicules.

    Projet d’approvisionnement en eau et d’assainissement en milieu urbain

    • élargissement de l’accès à des sources d’eau améliorées au profit de 180 000 citadins ; 

    • élargissement de l’accès à des installations sanitaires améliorées au profit de 80 000 personnes ;

    • élargissement de l’accès à des services d’eau améliorés au profit de 321 000 personnes ; 

    • 820 000 bénéficiaires directs du projet.

    Projet de filets sociaux 

    Grâce au projet de filets sociaux, le gouvernement du Sénégal a inscrit 442 000 ménages dans le registre national unique (environ 30 % de la population), tandis que le programme national de bourses de sécurité familiale a atteint son objectif final de 300 000 ménages bénéficiaires (environ 20 % de la population).

    Dernière mise à jour: 20 juil. 2020

  • La plupart des organismes bilatéraux et multilatéraux de développement sont présents au Sénégal. Des progrès ont été accomplis en vue d’harmoniser l’aide au développement, conformément aux principes formulés dans la Déclaration de Paris et dans le Programme d’action d’Accra. 

    Dernière mise à jour: 20 juil. 2020

Api


FINANCEMENTS

Sénégal: Engagements par exercice (en millions de dollars)*

*Les montants comprennent les engagements de la BIRD et de l’IDA


GALERIE PHOTO

Plus de photos Arrow

POUR APPROFONDIR

Le coronavirus provoque une récession

Selon nos dernières perspectives économiques, la croissance africaine pourrait se rétracter jusqu’à -5,1 % à cause de la pandémie

Booster le potentiel de l’Afrique

Découvrez en quoi consiste notre plan pour aider les pays africains à investir davantage et mieux dans leur population.

L’Association internationale de développement en Afrique

Des millions d’Africains sont sortis de la pauvreté grâce au soutien de l’IDA qui a permis de créer des emplois, améliorer le capital humain et de fournir des services essentiels.

Vidéos de la Banque mondiale Région Afrique

Consultez les dernières vidéos, podcasts et photos qui illustrent le travail de la Banque mondiale en Afrique.

Évaluation des politiques et des institutions publiques

La qualité des politiques publiques et des cadres institutionnels des pays les plus pauvres d’Afrique s’est peu, voire pas du tout, améliorée ces dernières années.

Autres ressources:

Coordonnées du bureau-pays

Point de contact principal
Corniche Ouest X
Rue Léon Gontran Damas
Dakar, Senegal
+221-33-859-41-00
Informations générales et renseignements
Mademba Ndiaye
Chargé des relations extérieures
+221-33-859-41-00
mademba@worldbank.org
Plaintes et problèmes liés aux projets
senegalalert@worldbank.org