Mauritanie - Vue d'ensemble

  • Pays essentiellement désertique, la Mauritanie dispose de grandes étendues pastorales et de seulement 0,5 % de terres arables. Avec environ 4 millions d'habitants (2018) selon l'Office national de la statistique et une densité de 3,9 personnes au kilomètre carré, c’est le quatrième pays le moins densément peuplé d’Afrique. En 2020, sa population urbaine sera plus importante que celle rurale avec 52,8 % de citadins, contre 48,3 % en 2013.

    Situation politique

    Mohamed Ould Ghazouani a remporté le premier tour des élections présidentielles du 22 juin 2019 avec 52 % des voix, après la décision du président Mohamed Ould Abdel Aziz de ne pas briguer un troisième mandat pour se conformer à la Constitution, marquant ainsi une première transition démocratique en Mauritanie. Le président Ould Cheikh El Ghazouani a pris ses fonctions en août 2019 et a formé son gouvernement.

    Situation économique

    En 2018, la croissance économique a poursuivi sa reprise progressive. La croissance du PIB suit une trajectoire à la hausse depuis 2015. Elle est passée de 3,1 % en 2017 à 3,6 % en 2018. Cette progression a été tirée par l’activité robuste des télécommunications, des transports, de l’électricité et du secteur primaire. En revanche, le secteur extractif continue de freiner la croissance. Par ailleurs, la croissance démographique dynamique (environ 2,8 %) augmente plus vite que la reprise économique qui, de fait, demeure insuffisante et ne se traduit que par une hausse de 0,6 % du PIB réel par habitant. Cette situation compromet les progrès accomplis en matière de réduction de la pauvreté entre 2008 et 2014.

    La situation budgétaire s'est encore renforcée en 2018. La poursuite du rééquilibrage budgétaire a permis de transformer le déficit budgétaire de 0,3 % du PIB en 2017 en un excédent de 1,5 % du PIB en 2018. Un excédent enregistré pour la première fois depuis 2013. En revanche, les termes d’échange défavorables, combinée avec des problèmes persistants de production dans les industries extractives, ont aggravé le déficit du compte courant, qui est passé de 13,9 % du PIB en 2018 à 18,7 % du PIB en 2019. Malgré le creusement du déficit, le financement a été assuré par une hausse des investissements directs étrangers liés à l’exploration gazière offshore et des flux financiers des secteurs extractifs.

    Perspectives à moyen terme

    Les perspectives économiques à moyen terme sont favorables. La croissance devrait augmenter pour atteindre une moyenne de 6,2 % sur la période 2019-2021. Cette bonne trajectoire devrait être tirée par la poursuite de la croissance du secteur primaire, le renforcement du secteur des services, grâce à la mise en œuvre des réformes structurelles et, la hausse de la production minière. Ce cadre macroéconomique robuste devrait se renforcer à condition que le gouvernement maintienne sa prudence budgétaire, en s’assurant que la dette publique demeure viable. L'amélioration des termes de l’échange grâce à l’augmentation des prix internationaux du fer devraient atténuer les pressions externes et permettre à la banque centrale de répondre aux besoins de financement.

    Situation sociale

    La Mauritanie a connu une période de croissance soutenue entre 2008 et 2014, qui s’est accompagnée de progrès significatifs sur le plan du bien-être des ménages. La croissance réelle des dépenses des ménages s’élevait en moyenne à 1,52 % par habitant et par an. Toutes les catégories de revenu en ont bénéficié et le pays a enregistré une nette réduction du taux de pauvreté, qui a reculé de 44,5 à 33 % sur cette période. L’amélioration des niveaux de vie a été plus marquée pour les populations vivant dans la pauvreté et l’extrême pauvreté que pour le reste de la population. Les inégalités ont par conséquent diminué : le coefficient de Gini, qui mesure les disparités de revenu dans une population donnée, a baissé de 35,3 à 31,9 entre 2008 et 2014. Ces avancées s’expliquent par la hausse de la production, de la productivité et des revenus enregistrée dans les zones rurales à la suite de la restructuration du secteur de l’agriculture et de l’élevage, ainsi que par d’autres facteurs tels que les migrations internes et l’évolution des prix relatifs.

    Toutefois, certaines catégories de la population mauritanienne n’ont  pas bénéficié de ce phénomène et le pays est à la traîne sur un grand nombre d’indicateurs sociaux. La pauvreté n’a pas reculé à Nouakchott, en raison probablement des migrations vers les zones urbaines, la capitale attirant les plus pauvres d’entre les pauvres. Les taux d’activité et d’emploi n’ont pas progressé, et ceux qui sont exclus du progrès social, à savoir notamment les jeunes, les femmes et les travailleurs pauvres, sont de plus en plus marginalisés. Les taux de scolarisation des enfants de 6 à 11 ans est de seulement 55 %, un tiers des ménages vivent dans des logements précaires, et 38 % de la population s’éclaire à l’électricité.

    Dernière mise à jour: oct. 10, 2019

  • En 1963, le Groupe de la Banque mondiale a mené son premier projet de développement en Mauritanie, avec le financement de la MIFERMA, une multinationale du secteur minier. Cette collaboration a été progressivement étoffée à partir de 1985.

    Actuellement, le portefeuille de la Banque en Mauritanie comporte six projets nationaux et neuf régionaux, pour un engagement global de 342,36 millions de dollars.  Les engagements de la Société financière internationale (IFC), filiale du Groupe de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, ont atteint 55,3 millions en août 2019, alors que les engagements bruts de l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) étaient de 300 millions de dollars au 31 août 2019.

    Par ailleurs, le Groupe de la Banque mondiale a approuvé le 12 juillet 2018 un nouveau cadre de partenariat qui régit ses activités en Mauritanie jusqu’en 2023, avec l’objectif de créer les conditions d’une croissance durable et inclusive.

    Dernière mise à jour: oct. 10, 2019

  • Donner davantage d’autonomie aux communes

    Le Programme national intégré d’appui à la décentralisation, au développement local et à l’emploi des jeunes (PNIDDLE), est un programme phare du gouvernement mauritanien qui cible les communes les plus démunies à travers le territoire. Financé à hauteur de 52 millions de dollars sur budget de l’État avec un appui de 25 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA), le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres, ce programme, lancé en 2014, vise à promouvoir la gouvernance locale en mettant l’accent sur une approche participative des communes. Le Programme qui appuie 100 communes réparties dans 10 Wilayas du pays a financé la réalisation et l’équipement de près de 563 projets d’infrastructures communales (notamment écoles, centres de santé, hôtels de ville, maisons des jeunes et stades) et un nombre important de services marchands (notamment marchés municipaux, aires d’abattage et gares routières). Il a permis de créer l’équivalent de 1 232 emplois annuels à temps plein et de former 2 000 personnes (élus, personnels communaux et techniques). Le PNIDDLE a également contribué au renforcement des capacités des administrations centrales les plus impliquées dans sa mise en œuvre. Enfin, le PNIDDLE a financé la réalisation d’importantes études et réformes dans le domaine de la décentralisation telles que des études sur les finances locales et la fiscalité, le Fonds rural de développement (FRD), la décentralisation du système de passation des marchés communaux et la Stratégie nationale de décentralisation et de développement local.

    Briser le cycle de la pauvreté intergénérationnelle

    Le Projet d’appui au système de filets sociaux soutient la stratégie gouvernementale de protection sociale pour protéger les ménages pauvres et vulnérables et investir dans leur capital humain afin de briser le cycle de la pauvreté intergénérationnelle. Le projet appuie trois instruments essentiels :

    • Le Registre social qui fournit à tout programme social un mécanisme efficace et transparent pour cibler les pauvres et les vulnérables. En avril 2019, près de 100 000 ménages étaient inclus dans ce registre ;
    • Le Programme national de transfert social Tekavoul. En avril 2019, environ 30 000 ménages en situation d’extrême pauvreté bénéficiaient de transferts monétaires et de promotion sociale des bonnes pratiques en matière de santé, d’hygiène et de développement de la petite enfance ;
    • Le programme de filets sociaux réactifs aux chocs Elmaouna. Depuis 2017, ce programme appuie plusieurs milliers de ménages en situation d’insécurité alimentaire pendant la période de soudure.

    Promouvoir l’autonomisation des femmes au Sahel

    Le Projet d’autonomisation des femmes et de dividende démographique au sahel (SWEDD) est une initiative régionale visant à renforcer le niveau d'autonomisation des femmes et des adolescentes en vue d’accélérer la transition démographique dans la région. Le projet cible les filles âgées de 10 à 19 ans qui courent un risque élevé de mariage et de maternité précoces et les accompagne grâce à un paquet d'interventions adaptées à leur âge et fondées sur des données probantes pour mettre fin aux pratiques néfastes, améliorer les compétences de vie, maintenir les filles à l’école et augmenter leur potentiel de gains. Le SWEDD Mauritanie est financé à hauteur de 17 millions de dollars dont 2 millions provenant du budget de l’État et 15 millions d’un don de l’IDA. Sur la base de travail effectué dans le cadre du SWEDD, un chantier a été consacré à la capture du Dividende démographique dans la stratégie de croissance accélérée et de prospérité partagée (SCAPP) pour la période 2016-2030. Ainsi, la Mauritanie a lancé une campagne de communication pour changer les comportements qui est menée sur les thématiques de scolarisation des filles, de l’autonomisation économique des femmes, du mariage des enfants et de l’espacement des naissances, bénéficiant de l’appui fort des Imams et chefs religieux ayant enregistré les messages de la campagne en référence à la position de l’Islam.

    Dernière mise à jour: oct. 10, 2019

  • La Mauritanie bénéficie du concours financier de différentes organisations extérieures : Banque africaine de développement, Union européenne, Nations Unies et donateurs bilatéraux et reçoit l’appui du Fonds monétaire international à travers la Facilité élargie de crédit. Elle reçoit aussi une aide financière de fonds arabes, tandis que la Chine a récemment accru son soutien.

    Dernière mise à jour: oct. 10, 2019

Api


FINANCEMENTS

Mauritanie: Engagements par exercice (en millions de dollars)*

*Les montants comprennent les engagements de la BIRD et de l’IDA


GALERIE PHOTO

Plus de photos Arrow

POUR APPROFONDIR

La croissance ne décolle pas

Attendue à 2,6 % en 2019, la croissance africaine continue de pâtir d’une conjoncture internationale incertaine.

Booster le potentiel de l’Afrique

Découvrez en quoi consiste notre plan pour aider les pays africains à investir davantage et mieux dans leur population.

L’Association internationale de développement en Afrique

Des millions d’Africains sont sortis de la pauvreté grâce au soutien de l’IDA qui a permis de créer des emplois, améliorer le capital humain et de fournir des services essentiels.

Vidéos de la Banque mondiale Région Afrique

Consultez les dernières vidéos, podcasts et photos qui illustrent le travail de la Banque mondiale en Afrique.

Évaluation des politiques et des institutions publiques

La qualité des politiques publiques et des cadres institutionnels des pays les plus pauvres d’Afrique s’est peu, voire pas du tout, améliorée ces dernières années.

Autres ressources:

Coordonnées du bureau-pays

Point de contact principal
Thiane Dia
Assistante
Lot N. 02 F Nord Liaison Ksar
BP 667
Nouakchott, Mauritanie
TEL.: (+222) 45 25 10 17
TEL.: (+222) 45 25 13 59
FAX.: (+222) 45 25 13 34
Informations générales et renseignements
Mademba Ndiaye
Chargé de communications
Dakar, Sénégal
+221-33-859-41-00
mademba@worldbank.org
Plaintes et problèmes liés aux projets
mauritaniaalert@worldbank.org