COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

Skip to Main Navigation

Burundi - Vue d'ensemble

  • Pays enclavé d’Afrique de l’Est, le Burundi est une économie à faible revenu dont 80 % de la population travaille dans le secteur agricole. Entouré par le Rwanda au nord, la Tanzanie à l’est, la République démocratique du Congo à l’ouest, il est bordé au sud-ouest par le Lac Tanganyika. Avec 11,6 millions d’habitants, dont une proportion de femmes de 50,7 % (2018), il est l’un des pays les plus densément peuplé de la région des Grands Lacs. 

    Le Burundi a fait des progrès significatifs en matière de qualité et d’accès à l’éducation. Depuis l'introduction de l'enseignement primaire gratuit en 2005, le taux brut de scolarisation (TBS) dans l'enseignement primaire a atteint 120,3 % au cours de l'année scolaire 2018/2019 sans variation significative entre les provinces, le sexe ou la richesse.

    Contexte politique

    Le Burundi est une république constitutionnelle dont la deuxième grande ville, Gitega, est devenue la capitale politique en 2019. Gitega abrite la présidence de la République et le Sénat, alors que les principales institutions étatiques sont encore installées à Bujumbura, capitale économique. Un triple scrutin a été organisé au mois de mai 2020 qui regroupait les élections présidentielle, parlementaire et des conseillers communaux. Le général Évariste Ndayishimiye, ancien secrétaire général du parti au pouvoir (CNDD-FDD) et candidat de la majorité, a remporté ce scrutin. Il remplace ainsi le président Pierre Nkurunziza, décédé après15 années au pouvoir. La nouvelle constitution établit la présidence de la République du Burundi pour un mandat renouvelable de sept ans et crée la fonction de vice-président et de Premier ministre. Ces trois organes constituent les hautes autorités du pays. Le pays compte 36 partis politiques et c’est le CNDD-FDD qui a également obtenu la majorité des sièges aux élections parlementaires et des conseillers communaux. 

    Contexte socio-économique

    Le Burundi a traversé une situation économique délicate au cours des cinq dernières années, notamment en raison de la baisse de l’aide extérieure depuis 2015, ce qui a provoqué des difficultés budgétaires et en matière de balance des paiements. 

    Pour compenser cette perte, le Gouvernement a fortement mobilisé les ressources intérieures mais cela n'a pas été suffisant pour répondre à une demande sociale en hausse continue, poussée par une très forte démographie. On relève ainsi aux cours des dernières années :  

    • une hausse de la croissance économique, passée de 1,6 % en 2018 à 1,8 % en 2019 ;

    • une déflation due à la baisse des prix des produits alimentaires en 2018 (-2,8 %) qui s’est poursuivie en 2019 pour s’établir à 0,8 % alors que l’inflation avait atteint 16 % en 2017 ;

    • un fragile redressement de l'économie après cette crise, mais le revenu par habitant reste faible, estimé à environ 260 dollars pour 2019, du fait de la faiblesse de la croissance économique par rapport à la croissance démographique. 

    Impact de la pandémie de coronavirus (COVID-19)

    Le pays a mis en place des mécanismes pour faire face à la pandémie, notamment la fermeture de l’aéroport international de Bujumbura, le dépistage de masse, la formation du personnel soignant et l’établissement de centres de prise en charge des personnes testées positives.  

    La crise du COVID-19 aura aussi des répercussions sur l’économie du Burundi confrontée à un double choc de l’offre et de la demande. Tous les secteurs productifs devraient enregistrer une contraction, y compris l’agriculture, pilier important de l’économie burundaise. 

     

    Dernière mise à jour: 14 sept. 2020

  • Le Cadre de partenariat pays (CPF) approuvé par le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale en juillet 2019, se focalise sur deux domaines prioritaires, à savoir (i) le renforcement du capital humain et (ii) le renforcement des bases fondamentales à la résilience économique et sociale. La stabilité macroéconomique, les réformes structurelles et une gouvernance efficace guidée par l’engagement citoyen sont au cœur de ces deux axes prioritaires.

    Le Burundi bénéficie des financements du Groupe de la Banque mondiale à travers l’Association internationale de développement (IDA), programmés par cycle de 3 ans sur la base des performances. En plus du financement d’IDA-18 qui s'élevait à 300 millions de dollars, le pays a également bénéficié de 15 millions de dollars, provenant de la fenêtre régionale pour les réfugiés et les communautés hôtes. Son taux d’achèvement a été de 100 % à la fin de l’exercice 2020 avec un décaissement moyen pour l’ensemble du portefeuille de 27 %, bien au-delà des objectifs, fixés à 20 % pour la région Afrique. La nouvelle allocation IDA-19 s’élève à 321 millions de dollars. Elle sera complétée par une allocation de 256 millions de dollars provenant de l’allocation pour la prévention et la résilience (PRA) dédiée aux pays affectés par la fragilité, les conflits et la violence (FCV). Le Burundi est également éligible au fonds régional IDA-19, le fonds de réponse aux crises et le fonds pour le secteur privé IFC-MIGA-IDA19. 

    Le portefeuille actuel de la Banque Mondiale au Burundi comprend douze projets nationaux et trois projets régionaux pour un investissement total évalué à 863,30 millions de dollars. La répartition par secteur est la suivante :

    • énergie 39 %

    • agriculture 16 %

    • santé 15 %

    • gouvernance et la création d’emploi 9 %

    • développement social 7 %

    • protection sociale 5 % 

    • éducation 5 % 

    • environnement 4 %

    En Avril 2020, un montant additionnel de 5 millions de dollars a été débloqué pour aider le pays à faire face à la pandémie de coronavirus (COVID-19) tandis qu’un financement d’urgence du Mécanisme de financement d'urgence en cas de pandémie (PEF) de 1,6 million de dollars a été décaissé dans le cadre d’une initiative tripartite entre le gouvernement du Burundi, les partenaires techniques et financiers et le secteur privé. Grâce à cette initiative, le prix du savon, , a été réduit de moitié et une campagne de sensibilisation au lavage régulier des mains pour les populations les plus vulnérables a été lancée. 

    La Société financière internationale (IFC) au Burundi se focalise sur les programmes de renforcement des capacités des femmes entrepreneures. Un Diagnostic systématique du secteur privé est prévu en 2021 qui fournira des options pour un engagement stratégique d’IFC au Burundi.

    Dernière mise à jour: 14 sept. 2020

  • Développement Humain : 

    Le Projet d’appui au système de santé "KIRA" (2017- 2021, 50 millions de dollars) a pour objectif d’améliorer l’utilisation des services de qualité en matière de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et des adolescents dans tout le pays à travers un financement basé sur la performance (FBP). Grâce à ce projet : 

    • plus de 1,5 millions de femmes ont bénéficié d’un accouchement assisté par un personnel qualifié ;  

    • 6,3 millions d’enfants ont été complètement vaccinés, c’est-à-dire qu’ils ont reçu la deuxième dose du vaccin anti rougeole prévu entre 18 et 23 mois de vie ; 

    • 15 millions de femmes et d’enfants ont reçu des services de nutrition de base. 

    Le Projet d’appui aux filets sociaux "MERANKABANDI" (2017-2022, 40 millions de dollars) a pour objectif de fournir des transferts monétaires réguliers aux ménages ayant des enfants (de 0 à 12 ans) vivant en situation d’extrême pauvreté et de vulnérabilité tout en consolidant les mécanismes clés d’exécution pour le développement d’un système de filets sociaux de base. Les résultats du projet incluent :  

    • des transferts réguliers d’argent pour 56 090 ménages se trouvant dans 16 communes des provinces de Gitega, Karuzi, Kirundo et Ruyigi pour les sortir de la pauvreté ;  

    • des séances bimensuelles d’accompagnement des ménages bénéficiaires afin de promouvoir leurs investissements dans le capital humain ; 

    • la distribution de kits scolaires au profit de 2 018 enfants du groupe ethnique des Twa pour l’année scolaire 2019/2020. 

    Infrastructures : 

    Le projet d’aménagement hydroélectrique de Jiji Mulembwe (2015-2019, 270,4 millions de dollars) a pour objectif d’augmenter la fourniture en hydroélectricité propre et à faible coût au réseau national du Burundi en apportant 49 MW d’énergie supplémentaire au pays. Les résultats du projet incluent : 

    • des indemnisations pour 1 579 ménages affectés par le projet ; la construction de quarante maisons, d’une école et d’une église au cours de l’année fiscale 2019-2020 ; 

    • la mise en place d’un plan d’améliorations des performances de la REGIDESO, par l’acquisition d’un système d’information de gestion, d’un système d’information géographique et d’un système de compteurs intelligents pour les clients industriels, permettant ainsi une meilleure gestion de l’ensemble de ses clients et une amélioration de ses recouvrements.     

    Développement Durable :  

    Le projet développement local pour l’emploi (2018-2022, 50 millions de dollars) a pour objectif de créer des activités génératrices de revenus pour les particuliers et les entreprises et d’améliorer l’accès aux infrastructures de base dans certaines régions, en ciblant les populations vulnérables et les Moyennes, Petites et Micro-Entreprises dans certaines chaînes de valeur. Les résultats du projet incluent : 

    • la construction et la réhabilitation d’infrastructures de base, qui ont généré 200 000 emplois et ont permis un accès accru à ces infrastructures de base pour 50 000 personnes ; 

    • un soutien institutionnel, qui a permis l’organisation des audits institutionnel, organisationnel et financier de 8 entités (Mairie de Bujumbura, 5 communes, le Fonds national d’investissement communal (FONIC) et la Direction de la décentralisation) ; 

    • l’élaboration d’études d’impact environnemental de 8 sous-projets pour la sauvegarde environnementale et sociale ; 

    • un appui en matériel informatique pour l'Agence burundaise des élus locaux (ABELO)

     

    Dernière mise à jour: 14 sept. 2020

  • La Banque mondiale co-préside le Groupe consultatif sur les politiques (PAG) qui coordonne les interventions de développement des partenaires techniques et financiers installés au Burundi.

    Elle collabore également de manière étroite avec les différentes agences des Nations unies dans la mise en œuvre des projets ainsi que dans l’élaboration de rapports et le renforcement des capacités. Le Groupe de la Banque mondiale coopère, soit en co-financement soit en partenariat avec les banques régionales telles que la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque européenne d’investissement (BEI).

    Dans le domaine de gestion macro-économique, la Banque est un partenaire du Fonds monétaire international (FMI).

    Dernière mise à jour: 14 sept. 2020

Api


FINANCEMENTS

Burundi: Engagements par exercice (en millions de dollars)*

*Les montants comprennent les engagements de la BIRD et de l’IDA


GALERIE PHOTO

Plus de photos Arrow

Pour Approfondir

Le coronavirus provoque une récession

Selon nos dernières perspectives économiques, la croissance africaine pourrait se rétracter jusqu’à -5,1 % à cause de la pandémie

Booster le potentiel de l’Afrique

Découvrez en quoi consiste notre plan pour aider les pays africains à investir davantage et mieux dans leur population.

L’Association internationale de développement en Afrique

Des millions d’Africains sont sortis de la pauvreté grâce au soutien de l’IDA qui a permis de créer des emplois, améliorer le capital humain et de fournir des services essentiels.

Vidéos de la Banque mondiale Région Afrique

Consultez les dernières vidéos, podcasts et photos qui illustrent le travail de la Banque mondiale en Afrique.

Évaluation des politiques et des institutions publiques

La qualité des politiques publiques et des cadres institutionnels des pays les plus pauvres d’Afrique s’est peu, voire pas du tout, améliorée ces dernières années.

Autres ressources:

Coordonnées du bureau-pays

Contact bureau principal
3 Avenue de l'Aviation
Bujumbura
Burundi
+257 22 206200
Informations générales et renseignements
Ange Dany Gakunzi
Chargée des relations extérieures
+257-22-20-6200
agakunzi@worldbankgroup.org
Plaintes et problèmes liés aux projets
burundialert@worldbank.org