Skip to Main Navigation
NOTE 18 juin 2021

COVID-19 : Initiative de suspension du service de la dette

Dans un souci d’amélioration de la transparence, cette page web offre une présentation détaillée des pays participants à l’Initiative de suspension du service de la dette (ISSD), avec notamment le montant des sommes dues à chacun de leurs créanciers, sur la base des Statistiques sur la dette internationale (a) de la Banque mondiale. Les données relatives à l’encours de la dette et aux paiements exigibles au titre du service de la dette sont présentées par mois et par année. Elles sont susceptibles d’évoluer et feront l’objet d’une actualisation régulière.
 

Présentation 

La pandémie de coronavirus (COVID-19) a frappé de plein fouet les pays les plus pauvres, en engendrant une récession qui risque d'entraîner 100 millions de personnes supplémentaires dans l'extrême pauvreté.

C'est dans ce contexte que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) ont appelé les pays du G20 à mettre en place l’Initiative de suspension du service de la dette (ISSD). L’ISSD aide les pays à concentrer leurs ressources sur la lutte contre la pandémie et à protéger la vie et les moyens de subsistance de millions de personnes vulnérables. Depuis son entrée en vigueur le 1er mai 2020, elle a permis d'alléger la dette de plus de 40 pays, pour un montant total d’environ 5 milliards de dollars.

Soixante-treize pays sont admis à bénéficier (a) d’une suspension temporaire des paiements dus au titre du service de la dette contractée auprès de leurs créanciers bilatéraux publics. Le G20 a également appelé les créanciers privés à participer à cette démarche sur des bases comparables. La période de suspension, dont la fin était initialement prévue le 31 décembre 2020, a été prolongée jusqu’à juin 2021.

La Banque mondiale et le FMI apportent leur soutien à la mise en œuvre (a) de l’Initiative, en veillant au suivi des dépenses, en promouvant la transparence en matière de dette publique et en encourageant une politique d’emprunts prudente. Les pays emprunteurs qui bénéficient de l’ISSD s’engagent à utiliser les ressources ainsi dégagées pour financer une hausse des dépenses sociales, sanitaires et économiques en réponse à la crise. Ils s’engagent également à communiquer l’intégralité des engagements financiers du secteur public (emprunts et instruments assimilables à des titres d’emprunt). Enfin, ils s’engagent aussi à limiter leurs emprunts non concessionnels conformément aux niveaux convenus dans le cadre des programmes du FMI et des politiques de la Banque mondiale en la matière. 

Impact de l’ISSD sur les pays à faible revenu

(Ces estimations correspondent aux données disponibles au 18 juin 2021. Elles seront actualisées une fois par semaine.)


Loading
country dssi Participation? risk of external debt distress risk of overall debt distress date of DSA Publication Potentiel d’économies Mai-décembre 2020 Potentiel d’économies Janvier-juin 2021
% of GDP USD millions) % of GDP USD millions

1Estimations des paiements dus au titre du service de la dette contractée auprès de tous les créanciers bilatéraux publics tels que définis et classés dans le Système de notification de la dette (DRS) et les Statistiques sur la dette internationale (IDS) de la Banque mondiale (a). Ces estimations reposent sur des projections mensuelles des IDS, calculées à partir du montant en cours et décaissé de la dette extérieure contractée ou garantie par le secteur public à la fin de l’année 2019. Les données pour le Soudan du Sud, la Micronésie, Vanuatu, les Tuvalu, Kiribati et les Îles Marshall ne sont pas disponibles. Les données relatives au PIB sont issues des Perspectives de l’économie mondiale publiées par le FMI en avril 2021. La base de données des IDS est disponible ici (a).

2Selon les évaluations fournies par les analyses de viabilité de la dette (DSA) disponibles fin mars 2021.

3Pays non couvert par le cadre de viabilité de la dette établi conjointement par la Banque mondiale et le FMI pour les pays à faible revenu.

4Pays IDA selon la classification en vigueur pour l’exercice 2020, et Angola.

5Indique si un pays a formulé une demande de participation en 2020 et 2021.