ARTICLE

Assurer l’avenir : atténuer les conséquences des catastrophes naturelles en Europe du Sud-Est

20 janvier 2015


Image

LES POINTS MARQUANTS
  • En 2014, la croissance dans les six pays de l’Europe du Sud-Est a été pratiquement nulle selon la dernière édition du rapport économique semestriel consacré à cette région.
  • Les intempéries — notamment les inondations sans précédent de mai et les conséquences résiduelles d’événements majeurs antérieurs — ont largement contribué à ce résultat, témoignant de la vulnérabilité générale de ces économies aux aléas climatiques extrêmes.
  • D’où l’importance de développer les marchés de l’assurance afin de protéger les propriétaires de biens immobiliers et les entreprises contre les catastrophes naturelles.

En ce début d’année 2015, nombreux sont les décideurs du monde entier à dresser un bilan des 12 derniers mois, en s’intéressant notamment aux évolutions économiques, sociales et politiques ayant eu le plus d’influence sur la croissance dans leurs pays et régions respectifs. Dans le cas de l’Europe du Sud-Est, le tableau est dans l’ensemble moins positif qu’escompté par bon nombre d’observateurs (a). Si quelques-uns des six pays composant l’Europe du Sud-Est devraient connaître une croissance limitée, la région pâtit de la stagnation et de la contraction des autres puisque, selon la dernière édition du rapport semestriel consacré à la situation de l’économie, sa performance devrait s’établir à seulement 0,2 % en 2014 et atteindre à peine 1,3 % en 2015.

Alors que l’Albanie et l’ex-république yougoslave de Macédoine ont connu une accélération en 2014 par rapport à 2013, la croissance du Kosovo et du Monténégro, toujours positive, a été inférieure aux attentes. Ensemble, la stagnation en Bosnie-Herzégovine et la croissance négative en Serbie — première économie de la région — sont venues freiner l’essor de l’ensemble régional. Sans oublier la persistance d’un chômage élevé, la faiblesse des taux d’activité, l’atonie de la création d’emplois formels et le poids d’une fonction publique pléthorique et inefficace, qui ont constitué autant d’entraves à la croissance en 2014. En dépit des améliorations apportées au climat de l’investissement, les marges de progrès sont conséquentes.




Si ces problèmes structurels, comme d’autres, empêchent la croissance de s’installer durablement dans la région, une difficulté d’un genre nouveau, nettement moins prévisible, a fait son apparition en 2014 et a largement contribué à la médiocre performance de ces pays et de la région tout entière : les intempéries.

Des événements météorologiques extrêmes, notamment les inondations dévastatrices de mai, ont frappé une grande partie de la région en 2014, qui ont rejailli négativement sur pratiquement tous les secteurs d’activité, de l’agriculture au tourisme en passant par l’énergie.

« Les conditions météorologiques expliquent en grande partie les résultats de la région en 2014 », souligne Gallina Vincelette, l’auteur principal du rapport. « Les inondations et d’autres catastrophes naturelles ont souligné l’extrême vulnérabilité de ces pays face à ce type d’événements et leur manque de préparation ».

En mai, des pluies diluviennes ont provoqué les pires inondations dans la région depuis plus d’un siècle. Les pertes de production et les dommages auraient amputé près de 15 % du PIB de la Bosnie-Herzégovine (a), qui déplore plus de 20 morts et quelque 90 000 déplacés (a). En Serbie (a), où pratiquement aucun secteur de l’économie n’a été épargné, le bilan se chiffrerait à 4,7 % de la richesse nationale. Sans compter les dégâts à l’échelle de la région, qui se chiffrent en milliards de dollars.

D’autant que ces inondations sont intervenues après une série d’événements climatiques contraires dans la région, aggravant ainsi les répercussions négatives sur la croissance en 2014 : la sécheresse de 2012 et un hiver particulièrement rigoureux avaient fragilisé le secteur agricole, limité la production d’énergie, freiné le tourisme et ramené le rythme de la construction en deçà des normes habituelles.

Les graves conséquences de ces conditions extrêmes sur les économies de la région soulignent bien la vulnérabilité globale de ces pays. Les décideurs continuent d’étudier des solutions pour éviter ou, à tout le moins, atténuer ces chocs climatiques.

Le rapport souligne qu’au-delà des efforts d’adaptation et d’atténuation (construction de digues anti-inondations et d’infrastructures climato-résistantes par exemple), il faudrait développer les marchés de l’assurance afin de mieux protéger les propriétaires de biens immobiliers et les entreprises contre les catastrophes naturelles, en particulier dans le secteur agricole. Les ménages les plus pauvres se concentrant davantage dans l’agriculture et les milieux ruraux, la nécessité d’introduire des mécanismes de protection contre les chocs découlant des inondations, des sécheresses et des vagues de chaleur devient encore plus pressante.

Alors que 40 % des Albanais et 20 % des habitants de Bosnie-Herzégovine et de Serbie travaillent dans l’agriculture, le taux de souscription à des plans d’assurance contre les aléas climatiques et d’autres catastrophes naturelles est particulièrement faible parmi ces populations. Dans l’ex-République yougoslave de Macédoine, seuls 4 % des agriculteurs déclarés assurent leurs récoltes contre le risque d’intempéries. Les compagnies d’assurance représentent 3 % seulement du total des actifs du système financier au Kosovo, et à peine 5 % en Bosnie-Herzégovine.

Les prévisions pour 2015 en Albanie, au Kosovo, en ex-République yougoslave de Macédoine et au Monténégro tablant sur une croissance de 3 % ou plus, la région de l’Europe du Sud-Est pourrait bien sortir peu à peu de la stagnation. Mais en plus de s’atteler aux problèmes de chômage, de création d’emplois et de productivité des entreprises locales, les décideurs des six pays devront intégrer les menaces imprévisibles (inondations, sécheresses et catastrophes naturelles de tout ordre). Pour anticiper les conséquences d’une prochaine catastrophe, ils pourraient compléter les initiatives actuelles d’adaptation et d’atténuation engagées par des mécanismes tels qu’une couverture assurantielle, notamment au profit des populations les plus vulnérables. D’autant que l’existence de tels dispositifs pourrait également faciliter les efforts de relèvement sur le terrain en cas de nouveau choc météorologique.

Si ces problèmes structurels, comme d’autres, empêchent la croissance de s’installer durablement dans la région, une difficulté d’un genre nouveau, nettement moins prévisible, a fait son apparition en 2014 et a largement contribué à la médiocre performance de ces pays et de la région tout entière : les intempéries.

Des événements météorologiques extrêmes, notamment les inondations dévastatrices de mai, ont frappé une grande partie de la région en 2014, qui ont rejailli négativement sur pratiquement tous les secteurs d’activité, de l’agriculture au tourisme en passant par l’énergie.

« Les conditions météorologiques expliquent en grande partie les résultats de la région en 2014 », souligne Gallina Vincelette, l’auteur principal du rapport. « Les inondations et d’autres catastrophes naturelles ont souligné l’extrême vulnérabilité de ces pays face à ce type d’événements et leur manque de préparation ».

En mai, des pluies diluviennes ont provoqué les pires inondations dans la région depuis plus d’un siècle. Les pertes de production et les dommages auraient amputé près de 15 % du PIB de la Bosnie-Herzégovine (a), qui déplore plus de 20 morts et quelque 90 000 déplacés (a). En Serbie (a), où pratiquement aucun secteur de l’économie n’a été épargné, le bilan se chiffrerait à 4,7 % de la richesse nationale. Sans compter les dégâts à l’échelle de la région, qui se chiffrent en milliards de dollars.

D’autant que ces inondations sont intervenues après une série d’événements climatiques contraires dans la région, aggravant ainsi les répercussions négatives sur la croissance en 2014 : la sécheresse de 2012 et un hiver particulièrement rigoureux avaient fragilisé le secteur agricole, limité la production d’énergie, freiné le tourisme et ramené le rythme de la construction en deçà des normes habituelles.

Les graves conséquences de ces conditions extrêmes sur les économies de la région soulignent bien la vulnérabilité globale de ces pays. Les décideurs continuent d’étudier des solutions pour éviter ou, à tout le moins, atténuer ces chocs climatiques.

Le rapport souligne qu’au-delà des efforts d’adaptation et d’atténuation (construction de digues anti-inondations et d’infrastructures climato-résistantes par exemple), il faudrait développer les marchés de l’assurance afin de mieux protéger les propriétaires de biens immobiliers et les entreprises contre les catastrophes naturelles, en particulier dans le secteur agricole. Les ménages les plus pauvres se concentrant davantage dans l’agriculture et les milieux ruraux, la nécessité d’introduire des mécanismes de protection contre les chocs découlant des inondations, des sécheresses et des vagues de chaleur devient encore plus pressante.

Alors que 40 % des Albanais et 20 % des habitants de Bosnie-Herzégovine et de Serbie travaillent dans l’agriculture, le taux de souscription à des plans d’assurance contre les aléas climatiques et d’autres catastrophes naturelles est particulièrement faible parmi ces populations. Dans l’ex-République yougoslave de Macédoine, seuls 4 % des agriculteurs déclarés assurent leurs récoltes contre le risque d’intempéries. Les compagnies d’assurance représentent 3 % seulement du total des actifs du système financier au Kosovo, et à peine 5 % en Bosnie-Herzégovine.

Les prévisions pour 2015 en Albanie, au Kosovo, en ex-République yougoslave de Macédoine et au Monténégro tablant sur une croissance de 3 % ou plus, la région de l’Europe du Sud-Est pourrait bien sortir peu à peu de la stagnation. Mais en plus de s’atteler aux problèmes de chômage, de création d’emplois et de productivité des entreprises locales, les décideurs des six pays devront intégrer les menaces imprévisibles (inondations, sécheresses et catastrophes naturelles de tout ordre). Pour anticiper les conséquences d’une prochaine catastrophe, ils pourraient compléter les initiatives actuelles d’adaptation et d’atténuation engagées par des mécanismes tels qu’une couverture assurantielle, notamment au profit des populations les plus vulnérables. D’autant que l’existence de tels dispositifs pourrait également faciliter les efforts de relèvement sur le terrain en cas de nouveau choc météorologique.


Api
Api