Coordonnées du bureau-pays
Washington,
États-Unis

Chisako Fukuda
cfukuda@worldbank.org

Cette page en :

Développement urbain - Vue d'ensemble

Les villes se développent à une vitesse sans précédent. Dans les économies émergentes, la population urbaine devrait doubler sur la période 2000-2030, pour accueillir 2 milliards de personnes supplémentaires. Les zones urbaines bâties vont s'accroître de 1,2 million de kilomètres carrés, ce qui représente un quasi-triplement des zones urbaines à l'échelle mondiale par rapport à l'année 2000.

Les villes génèrent plus de 80 % du PIB mondial. Si elle est bien maîtrisée, l'urbanisation peut favoriser une croissance durable en renforçant la productivité, en permettant l'innovation et en faisant émerger de nouvelles idées, et en générant des économies d'énergie, d'espace et de ressources naturelles.

Cependant, l'urbanisation galopante s'accompagne de difficultés, notamment la nécessité de répondre à l'accroissement de la demande de services de base, d'infrastructures, de terrains et de logements abordables, en particulier pour le milliard de citadins pauvres qui vivent souvent dans des quartiers informels.

De plus, les villes représentent près des deux tiers de la consommation totale d'énergie à l'échelle mondiale et plus de 70 % des émissions de gaz à effet de serre.

À mesure que les villes se développent, leur exposition aux risques de catastrophe et aux risques climatiques augmente lui aussi. Près de 500 000 citadins vivent dans des zones côtières, ce qui les rend plus vulnérables aux ondes de tempête et à l'élévation du niveau de la mer.

Les chocs que subissent les systèmes urbains peuvent avoir un impact catastrophique sur la capacité d'une ville à satisfaire les besoins les plus essentiels de ses citoyens, et même réduire à néant les gains de développement économique accumulés pendant des décennies, en particulier dans les États fragiles de petite taille.

Bâtir des villes « fonctionnelles », c'est-à-dire écologiques, inclusives, résilientes et compétitives, nécessite d'intenses efforts de coordination des politiques et des choix d'investissement intelligents. L'assistance technique et financière de la Banque mondiale a fortement augmenté en matière de développement urbain : ses engagements totaux ont doublé pour atteindre une moyenne annuelle de 4,11 milliards de dollars sur les exercices 2009-13, contre 2,15 milliards sur les exercices 2004-08.

Dernière mise à jour: mars 25,2014

La stratégie de la Banque mondiale pour le développement urbain préconise de mettre l'accent sur des systèmes robustes et sur la gouvernance urbaine pour rendre possible une croissance durable et sans exclus. Le rapport de la Banque intitulé Aménagement du territoire, planification, transports et financement des villes aide les responsables municipaux à prendre des décisions informées pour atteindre les objectifs du plan d'action urbain, lequel vise à bâtir :

  • des villes vertes (a) en planifiant une croissance résiliente aux effets du changement climatique et sobre en carbone, en accédant aux financements nécessaires, en améliorant les systèmes de gestion des déchets solides, et en résolvant les problèmes de pollution et de qualité de vie ;
  • des villes inclusives (a) en améliorant l'accès aux terrains, aux logements abordables, aux emplois, aux services de base et aux opportunités économiques, et en intensifiant les efforts de réhabilitation des bidonvilles, de renforcement de la participation de la population locale, et de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale urbaines ;
  • des villes résilientes (a) en renforçant leur capacité à faire face aux chocs et à mieux gérer les risques climatiques, les risques de catastrophe, les chocs économiques et les conflits sociaux ;
  • des villes compétitives qui attirent les investissements et les emplois en améliorant le fonctionnement des marchés fonciers, les interconnexions et la réglementation au niveau infranational, en constituant un environnement propice aux entreprises, et en exploitant de manière plus efficace les biens fonciers et immobiliers ;
  • des systèmes de gestion urbaine et dispositifs de gouvernance solides en renforçant les marchés de l’immobilier et du logement, en améliorant les finances municipales et la prestation des services publics, et en accroissant la capacité des villes à mener à bien des politiques intégrées d'aménagement et de développement du territoire.

Dernière mise à jour: mars 25,2014

La Banque mondiale a lancé plusieurs initiatives remarquables sur le plan du développement urbain. On peut notamment citer en premier lieu, les examens des modèles d'urbanisation (a), qui établissent un diagnostic de la situation dans 30 pays (représentant 53 % de la population urbaine mondiale) afin de mieux comprendre comment les différents acteurs coordonnent leurs décisions d'investissement en milieu urbain. Et, en second lieu, le Programme pour la solvabilité des villes, qui fournit une assistance technique et des activités de renforcement des capacités pour aider les responsables municipaux à atteindre la solvabilité afin d'autofinancer les nouveaux investissements.

Un certain nombre de projets de la Banque aident des villes du monde entier, à différents stades de développement urbain, à devenir plus vertes, plus inclusives, plus résilientes et plus compétitives :

Des villes plus vertes : au Maroc, le programme de prêts à l’appui des politiques de développement pour le traitement des déchets solides (une série de prêts consentis en 2009, 2011 et 2013 pour respectivement 133, 139 et 130 millions de dollars) a contribué à améliorer le secteur des déchets ménagers en cessant de mettre uniquement l’accent sur la propreté des villes pour prendre en compte des considérations sociales, environnementales et économiques plus larges.

Des villes plus inclusives : au Honduras, le projet Barrio-Ciudad (2005-2013, 15 millions de dollars, IDA) a contribué à améliorer la qualité de vie de 56 000 bénéficiaires directs et de 925 000 bénéficiaires indirects dans 21 quartiers urbains pauvres de 8 villes connaissant une croissance rapide. Pour les ménages concernés, les améliorations sont notamment l'accès universel à l'eau potable en 2013, contre 90 % de la population en 2005, et des systèmes d'égouts avec assainissement pour 81 % de la population, contre seulement 25 % en 2005. Des activités de prévention du crime et de la violence au niveau local ont également été intégrées au projet.

Des villes plus résilientes : au Viet Nam, le projet d'assainissement écologique de Hô-Chi-Minh-Ville (2001-2012, 248 millions de dollars, IDA) a permis de transformer le canal fortement pollué qui traversait le quartier des affaires de la ville en un endroit agréable qui attire désormais les gens et les entreprises, tout en contrôlant les flux d'eaux usées et en luttant contre les inondations. 1,2 million de personnes bénéficient désormais d'un système moderne d'assainissement et de lutte contre les inondations qui constitue un véritable modèle pour d'autres projets de nettoyage d'une voie navigable.

Des villes plus compétitives : en Russie, le projet de développement économique de Saint-Pétersbourg (a) (2003-2014, 101 millions de dollars, BIRD) a contribué au développement économique local par le biais d'un ensemble de mesures visant à développer les PME et les marchés du foncier et de l'immobilier, ainsi qu'à améliorer la gestion financière de la ville et à renforcer ses investissements dans la réhabilitation de neuf sites historiques présentant un fort intérêt culturel.

Des systèmes de gestion urbaine plus solides : en Tanzanie, le projet en faveur des villes stratégiques (a) (2010-2015, 163 millions de dollars, IDA, avec un financement supplémentaire de 50 millions de dollars en cours de préparation) constitue le premier appui de la Banque à la politique de décentralisation de l'État. Toutes les infrastructures urbaines sont financées, gérées, mises en œuvre et entretenues par les autorités locales, de manière décentralisée. Le premier système informatisé de gestion de l'urbanisme et des recettes basé sur les SIG a été introduit, avec rapports sur les taxes, collecte des recettes et planification urbaine. Les travaux d'infrastructure réalisés jusqu'à présent couvrent 123 km de routes, 15 km de canaux de drainage, 3 décharges, et 6 gares routières et parkings gros porteurs, le nombre de bénéficiaires directs étant estimé à 620 837 à l'heure actuelle.

Une gouvernance urbaine renforcée : au Pakistan, le projet d'amélioration des services municipaux du Punjab (2006-2013, 50 millions de dollars, BIRD) a permis d'instiller une culture de gestion des performances au sein de 105 collectivités locales. Cela a notamment contribué à optimiser les systèmes et les processus métier, ce qui s'est à son tour traduit par des améliorations notables en termes de gouvernance, de transparence et de responsabilité.

Dernière mise à jour: mars 25,2014
Planification, transports et financement des villes
Planning, Connecting, Financing: Priorities for City Leaders

Les pays en développement connaissent une urbanisation rapide. Pour relever les défis associés, les collectivités locales doivent réagir rapidement pour planifier, relier et financer leurs villes afin d'atteindre une croissance durable et résiliente.
En savoir plus »

Dans le Groupe Banque mondiale

En savoir plus sur ce que font les différentes institutions appartenant au Groupe de la Banque mondiale en matière de développement urbain.