Développement urbain - Vue d'ensemble

Actuellement, environ 54 % de la population mondiale vit dans des zones urbaines. Cette tendance devrait se poursuivre et, d’ici 2045, le nombre de citadins devrait être multiplié par 1,5 pour atteindre 6 milliards, soit 2 milliards de plus qu’aujourd’hui.

Les villes générant plus de 80 % du PIB mondial, l'urbanisation peut, si elle est maîtrisée, favoriser une croissance durable en renforçant la productivité, en permettant l'innovation et en faisant émerger de nouvelles idées.

Cependant, une urbanisation galopante s'accompagne de nombreux défis. Il faut notamment répondre à l'accroissement de la demande de logements abordables, de réseaux de transport bien connectés et d’autres infrastructures, de services essentiels et d’emplois, en particulier pour le milliard de citadins pauvres qui vivent souvent dans des quartiers informels.

En outre, les villes peuvent largement contribuer à lutter contre le changement climatique. À l’heure actuelle, elles consomment près des deux tiers de l'énergie mondiale et produisent plus de 70 % des émissions planétaires de gaz à effet de serre. À mesure qu’elles se développent, elles sont aussi davantage exposées aux risques de catastrophe et aux risques climatiques. Près de 500 millions de citadins vivent dans des zones côtières, ce qui les rend plus vulnérables aux ondes de tempête et à l'élévation du niveau de la mer.

Bâtir des villes « fonctionnelles », c'est-à-dire inclusives, sûres, résilientes et durables, nécessite d'intenses efforts de coordination des politiques et des choix d'investissement intelligents. Une fois la ville bâtie, sa forme physique et ses plans d’aménagement peuvent être immuables pendant des générations, et ouvrir la voie à une expansion urbaine intenable.

Les autorités nationales et locales doivent impérativement prendre dès à présent des mesures afin de préparer le développement à venir des villes et de créer des opportunités pour tous.

 

Dernière mise à jour: sept. 29,2015

Les travaux de la Banque mondiale dans le domaine du développement urbain visent à bâtir des localités durables. Ce projet s’inscrit en droite ligne du double objectif fondamental de la Banque, à savoir mettre fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée, grâce à une urbanisation inclusive (a), résiliente (a), à faibles émissions de carbone et habitable (a), mais aussi compétitive.

L’espace urbain constitue une plateforme idéale pour l’innovation et la coordination de politiques et d’actions à la croisée de multiples domaines d’intervention mais aussi des secteurs public et privé. Les travaux récents sur le logement abordable, un aspect essentiel de la qualité de vie pour un nombre croissant de citadins, et sur le tourisme durable, une source d’emplois et de compétitivité régionale, s’appuient sur ce type de plateformes transectorielles mises en place par le Groupe de la Banque mondiale.

Les opérations appuyées par la Banque et l’assistance technique qu’elle fournit permettront d’atteindre les cibles proposées pour l’Objectif de développement durable n° 11 : rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résilients et durables.

La nouvelle structure organisationnelle du Groupe de la Banque mondiale favorise le partage d’expérience entre les régions, en mobilisant un savoir et une expertise opérationnelle à l’échelle planétaire dans les domaines suivants :

  • Populations à faibles revenus et logement ;
  • Stratégie urbaine et analyse ;
  •  Gestion, gouvernance et financement de la ville ;
  • Infrastructures et services durables ;
  • Résilience et gestion du risque de catastrophe.

 

 

 

 

Dernière mise à jour: sept. 29,2015

Afin que l’urbanisation soit bien gérée et qu’elle contribue à une croissance durable et inclusive, la Banque mondiale effectue des travaux de recherche qui portent notamment sur le développement de l'espace urbain, le logement et l’environnement urbain à l’échelle régionale, ainsi que sur des examens des modèles d’urbanisation (a) à l’échelle des pays, qui visent à aider les responsables nationaux et municipaux à réfléchir de façon stratégique aux opportunités offertes par l’urbanisation et à lever les principaux obstacles à un développement urbain réussi.

Deux analyses récentes visent en particulier à aider les villes à gérer l’urbanisation et à soutenir une croissance durable et inclusive : Financing Transit-Oriented Development with Land Values (a), qui s’intéresse au financement d’un développement axé sur les transports grâce à la valorisation foncière, et East Asia’s Changing Urban Landscape: Measuring a Decade of Spatial Growth (a), qui porte sur une décennie de mutations du paysage urbain en Asie de l’Est.

Afin d’aider les autorités locales à renforcer leurs capacités de gestion financière et pour répondre à une demande croissante, la Banque mondiale organise deux fois par an un cours en ligne sur le financement des municipalités (a), qui s’accompagne d’un rapport intitulé Municipal Finances: A Handbook for Local Governments (a).

La Banque propose également des ateliers consacrés à la solvabilité des villes (a) afin de favoriser les investissements dans des infrastructures urbaines qui prennent en compte le changement climatique. Organisés au Kenya, en Corée, en Tanzanie, en Colombie, en Ouganda, au Rwanda et en Jordanie, ces ateliers ont permis d’épauler plus de 150 villes dans 30 pays. La Banque travaille aussi avec ses partenaires au renforcement des capacités de planification « climato-intelligente » grâce à un programme de certification et à un outil de planification de l’action climatique en milieu urbain.

Quelques exemples d’appui aux projets :

  • Viet Nam : la rénovation urbaine améliore la qualité de vie (a). Dans un Viet Nam à l’urbanisation galopante, les quartiers pauvres d’Hô-Chi-Minh-Ville et d’autres villes du pays sont souvent inondés à cause de systèmes d’assainissement inadéquats, ce qui expose la santé et l’environnement à de graves risques. Le Projet de rénovation urbaine au Viet Nam s’est attelé à ces problèmes grâce à un financement de 382 millions de dollars accordés par la Banque mondiale. Il a amélioré la qualité de vie de 7,5 millions de citadins pauvres en modernisant les réseaux d’adduction d’eau et d’assainissement, ainsi que les routes, les égouts, les lacs, les canaux et les ponts. Les populations ont pris part à la conception et à la mise en œuvre.
  • Jordanie : améliorer l’infrastructure urbaine pour redynamiser les villes historiques (a). La Banque mondiale a apporté une aide financière et technique afin de développer un tourisme durable dans cinq villes culturelles clés, invitant les entrepreneurs et la population à soutenir le développement économique local. Ce projet a conduit à une hausse de 18 % du nombre de touristes et à 6 millions de dinars jordaniens dépensés annuellement, générant près de 800 emplois directs et indirects.
  • Tanzanie : Arusha améliore les services, l’accès et la qualité de vie de ses habitants (a). Avec les 213 millions de dollars accordés par le Groupe de la Banque mondiale et les 18,5 millions de dollars du gouvernement danois, Arusha et d’autres villes de taille moyenne en pleine croissance ainsi que les autorités locales procurent des services essentiels de meilleure qualité. Elles édifient en effet des infrastructures indispensables et adoptent des approches innovantes de la gestion urbaine. L’amélioration de la qualité des données y contribue : un système de collecte d’informations sur les recettes des autorités locales facilite le recouvrement et renforce la viabilité financière de ces villes en pleine expansion.
  • Honduras : lutter contre la violence et améliorer la qualité de vie des citadins pauvres (a). Le projet Barrio-Ciudad contribue à la qualité de vie de 56 000 bénéficiaires directs et de 925 000 bénéficiaires indirects dans 21 quartiers urbains pauvres de huit villes en forte croissance. Depuis 2013, tous les ménages ont notamment accès à l'eau potable, contre 90 % en 2005, et 81 % bénéficient de systèmes d’assainissement dotés d'égouts, contre 25 % seulement en 2005. Ce projet comporte également des activités de prévention de la délinquance et de la violence au niveau local.
  • Azerbaïdjan : contribuer à une gestion sans risque des déchets (a). La Banque aide les autorités azéries à améliorer les opérations de collecte et d’élimination des déchets solides dans la région du Grand Bakou, qui ne bénéficiaient autrefois d’aucun programme de gestion et présentaient un danger pour l’environnement. Le nouveau système, instauré par le Projet de gestion intégrée des déchets solides, comporte un plan d’incinération et de valorisation répondant aux normes internationales, ce qui est inédit dans ce pays. Les déchets provenant de 78 décharges à ciel ouvert ont été complètement éliminés, et des décisions ont été prises en concertation avec les populations locales afin d’éviter une nouvelle contamination des zones nettoyées.
  • Pakistan : donner accès aux services municipaux (a). Alors que la province du Pendjab se dote d’un gouvernement décentralisé, la Banque mondiale a organisé des formations sur le renforcement des capacités et sur l’amélioration de la prestation de services à l’intention des autorités municipales de cette province, qui doivent désormais proposer des services essentiels. En conséquence, un outil en ligne de gestion des performances a été mis en place dans 105 collectivités locales ; un système comptable et financier automatisé a permis d’améliorer les informations financières publiées, le rapprochement comptable et la tenue d’un livre des recettes et des dépenses ; 3 137 personnes ont été formées dans les domaines des technologies de l’information, de la planification (notamment par l’utilisation d’un systèmes d'information géographique, ou SIG, pour l'aménagement du territoire) ainsi que de l’exploitation et de l’entretien des infrastructures.

 

Dernière mise à jour: sept. 29,2015


Planification, transports et financement des villes
Planning, Connecting, Financing: Priorities for City Leaders

Priorités pour les collectivités locales

Les pays en développement connaissent une urbanisation rapide. Pour relever les défis associés, les collectivités locales doivent réagir rapidement pour planifier, relier et financer leurs villes afin d'atteindre une croissance durable et résiliente.





GALERIE PHOTO
Plus de photos »