COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

Des équipements solaires portables pour les éleveurs nomades

08 avril 2013


Image

En Mongolie, la plupart des éleveurs nomades avaient peu ou pas accès à des services énergétiques modernes avant la mise en oeuvre du projet. 

Groupe de la Banque mondiale

Le Projet d’énergie renouvelable pour l’accès à l’électricité des zones rurales a aidé le gouvernement mongol à achever la réalisation de son « Programme national d’électrification solaire de 100 000 gers ». Ce programme a permis à plus d’un demi-million d’éleveurs nomades d’avoir accès à l’électricité au moyen d’installations solaires portables à usage domestique. Le projet a aussi contribué au financement de travaux d’amélioration des systèmes de distribution électrique dans les districts (soum), avec notamment la remise en état des mini-réseaux et l’installation de systèmes hybrides basés sur l’emploi de technologies d’énergie renouvelable pour les alimenter en énergie.

Défi

Un quart de la population de la Mongolie est constituée d’éleveurs nomades, dont le revenu par habitant et par an n’atteignait même pas, au début des années 2000, les 470 dollars correspondant à la moyenne nationale. Les éleveurs avaient peu ou pas accès à des services énergétiques modernes.

En 2000, le gouvernement mongol a lancé son « Programme national d’électrification solaire de 100 000 gers » (ger signifie yourte en mongol). Le programme consistait à fournir aux éleveurs des installations solaires photovoltaïques portables et donc adaptées au genre de vie qui caractérise cette population nomade, en soutenant ainsi son mode de vie traditionnel. En 2005, et grâce à des subventions octroyées par plusieurs pays donateurs, le gouvernement était parvenu à équiper plus de 30 000 familles d’éleveurs.

L’initiative commençait cependant à s’essouffler. S’il voulait assurer le bon déroulement du programme mais aussi élargir sa portée pour atteindre le but fixé, le gouvernement devait considérablement accroître les efforts voués à cette entreprise.

Solution

En 2006, la Banque mondiale a accepté d’accompagner les efforts déployés par le gouvernement mongol en mettant sur pied un Projet d’énergie renouvelable pour l’accès à l’électricité des zones rurales.

En s’inspirant de la réussite de projets d’électrification rurale menés dans d’autres pays, la Banque a aidé le gouvernement à revoir certains aspects essentiels du programme et à adapter de nouvelles options aux défis particuliers qui se posaient à la Mongolie.

Le projet a reposé sur un mécanisme de partage des coûts avec les éleveurs qui a eu pour conséquence d’élargir avec succès le programme. Il s’agissait de faire acheter les installations solaires directement par les éleveurs et, compte tenu du revenu limité dont ces derniers disposaient, de rendre cette acquisition abordable par le versement d’une subvention couvrant la moitié du coût.

Un contrôle de qualité et un processus de certification selon des normes rigoureuses ont par ailleurs été mis en place, ce qui a permis aux éleveurs de procéder à ces achats en toute confiance.

Le projet a également ouvert cinquante points de vente et de service après-vente à travers le pays et mis ainsi à la disposition des éleveurs des services essentiels à une distance raisonnable.

Résultats

  • Plus de 67 000 systèmes solaires domestiques ont été vendus entre 2006 et 2012, dans un périmètre couvrant la totalité des provinces (aimag) du pays. Plus d’un demi-million de personnes, soit entre 60 et 70 % des éleveurs nomades de Mongolie, ont maintenant accès à l’électricité.
  • Cinquante points de vente et de service après-vente ont été créés, dont au moins un dans chacune des 21 provinces que compte le pays.
  • Ces points de vente proposent également des appareils électroniques et électroménagers que les foyers nouvellement électrifiés souhaitent à présent acquérir.
  • Grâce à l’électricité, les éleveurs sont connectés au reste du monde : ils peuvent désormais écouter la radio et regarder la télévision à l’aide d’antennes paraboliques, recharger leurs téléphones portables et prendre facilement connaissance des cours du marché de leurs produits. Les enfants peuvent aussi lire et étudier sous des lampes électriques même pendant la nuit.
  • Le projet a remis en état les réseaux de distribution d’électricité dans 30 districts et équipé 15 districts de systèmes hybrides utilisant des sources d’énergie renouvelable dans le but de réduire le recours, coûteux, au diesel.
  • Le projet a donné lieu à la formation de 400 personnes environ, ce qui a permis de renforcer les capacités institutionnelles nationales pour la mise en œuvre de projets et de politiques dans le domaine de l’énergie renouvelable.

« Avant, nous devions nous débrouiller avec des bougies et des lampes à huile. La vie des éleveurs, avant et après le projet, c’est comme le jour et la nuit. »

Baatar Khandaa

éleveur

Contribution du Groupe de la Banque mondiale

Le projet a été financé en partie par un don de 3,5 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA, Banque mondiale).

Partenaires

Le projet a également bénéficié d’un don de 3,5 millions de dollars du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et d’un don de 6 millions de dollars du gouvernement des Pays-Bas.

Le Programme pour les énergies de substitution en Asie (ASTAE) a fourni un soutien financier pour la diffusion des résultats du projet, notamment à travers la publication d’un rapport et la production d’un documentaire qui illustre l’impact du projet et sa contribution au programme d’électrification solaire de la Mongolie. Les fonds de l’ASTAE ont également joué un rôle important en matière d’assistance technique et de soutien à la mise en œuvre du projet pendant sa phase de lancement.

Perspectives

Quelque 200 à 300 000 éleveurs n’ont toujours pas accès à l’électricité en Mongolie. Il faut souhaiter que les systèmes et institutions mis en place dans le cadre de ce projet poursuivent l’effort engagé pour procurer une source moderne d’électricité à l’ensemble des éleveurs nomades dispersés dans tout le pays. Le Plan national de développement des énergies renouvelables adopté en 2005 par le gouvernement mongol vise à apporter l’électricité à la totalite de la population. Alors que la Mongolie connaît actuellement un essor économique lié à l’exploitation de ses richesses minières, des initiatives du type de celle menée en direction de l’électrification des éleveurs nomades peuvent contribuer à faire en sorte que cette importante communauté, véritable trait d’union entre le pays et son patrimoine historique, ne soit pas laissée pour compte tout en lui permettant de préserver son mode de vie.

Bénéficiaires

Une enquête portant sur 800 familles d’éleveurs ayant acheté des systèmes solaires par le biais du projet a révélé des niveaux élevés de satisfaction (plus de 93 % des clients étaient soit « extrêmement satisfaits » ou « très satisfaits »). La majorité des personnes interrogées ont cité « l’accroissement de la productivité au travail » comme étant le principal bienfait de l’acquisition de ces systèmes. En outre, alors que la quasi-totalité d’entre elles n’avaient pas de téléphone mobile ni la télévision par satellite avant le projet, elles sont aujourd’hui plus de 90 % à en bénéficier.

« Avant, nous devions nous débrouiller avec des bougies et des lampes à huile. La vie des éleveurs, avant et après le projet, c’est comme le jour et la nuit », témoigne Baatar Khandaa.

MULTIMÉDIA

Image
70 %
des éleveurs nomades de Mongolie ont maintenant accès à l’électricité.


Carte du projet (a)