Skip to Main Navigation

Le Plan de la Banque mondiale pour le capital humain en Afrique

Image

Le Plan de la Banque mondiale pour le capital humain en Afrique

Lancé en 2019, le Plan pour le capital humain en Afrique énonce clairement les cibles et les engagements devant permettre de réaliser le potentiel de l’Afrique subsaharienne grâce à son capital humain, c’est-à-dire la santé, les connaissances, les compétences et la résilience des populations du continent. Carte maîtresse à jouer, sa jeunesse est la clé de sa prospérité dans une économie mondialisée et numérisée.


Les points marquants 

  • Le Plan pour le capital humain en Afrique continue de progresser, servant aujourd’hui de cadre à la lutte contre la crise de la COVID-19 en Afrique subsaharienne. 
  • Il permet de structurer et dynamiser les efforts de secours, de restructuration et de redressement déployés pour aider les pays et les gouvernements d’Afrique subsaharienne à construire un avenir plus durable, inclusif et résilient en mettant l’accent sur leurs populations. 
  • Depuis le lancement du Plan pour le capital humain en Afrique, en 2019, la Banque mondiale, les pays participants et les communautés concernées ont renforcé leurs investissements en faveur des populations d’Afrique, en particulier pour promouvoir l’autonomisation des femmes et une transition démographique plus rapide. 


S’articulant autour de leviers susceptibles de changer la donne et de cibles ambitieuses à l’horizon 2023 — mortalité infantile, retards de croissance, résultats d’apprentissage des filles et des garçons, couverture sociale, grossesses adolescentes, hygiène et assainissement — le Plan pour le capital humain en Afrique est le fer de lance des efforts de la Banque mondiale visant à renforcer le développement du capital humain dans la région et améliorer son indice de capital humain. 

Cette initiative a été lancée à la suite du score particulièrement bas obtenu par l’Afrique subsaharienne dans l’indice de capital humain, un instrument établi par la Banque mondiale pour mesurer la qualité des investissements dans la prochaine génération de travailleurs d’un pays. Des résultats qui s’expliquent par l’importance de la mortalité et des retards de croissance dans la région et par les insuffisances des apprentissages chez les élèves — autant de facteurs qui pénalisent directement la productivité des économies. Un enfant venu au monde en 2020 dans un pays d’Afrique subsaharienne ne réalisera que 40 % de la productivité qu’il/elle aurait pu atteindre en bénéficiant d’une prise en charge éducative et sanitaire complète. 

Le Plan pour le capital humain en Afrique s’inscrit dans une initiative mondiale pilotée par la Banque mondiale afin d’intensifier et améliorer les investissements dans les populations pour accroître l’équité et intensifier la croissance économique.  

Depuis le lancement du Plan pour le capital humain en Afrique, en 2019, la Banque mondiale, les pays participants et les communautés concernées ont renforcé leurs investissements en faveur des populations d’Afrique. Des efforts importants ont notamment été engagés pour autonomiser les femmes et accélérer la transition démographique de l’Afrique. La Banque mondiale a mobilisé plus de 6 milliards de dollars en faveur de nouveaux projets visant à renforcer l’autonomie des femmes dans la région. Ses engagements au titre de projets de développement humain dans la région ont doublé, dont près de la moitié dans des pays touchés par la fragilité, les conflits et la violence. Les équipes du Groupe de la Banque mondiale sont de plus en plus nombreuses à mettre le capital humain au premier plan, comme l’atteste la priorité donnée à la sécurité routière dans les projets de transport et à l’électrification de tous les centres de santé et de toutes les écoles en Afrique à l’horizon 2030. 

Le Plan pour le capital humain en Afrique s’efforce aussi d’innover. Une première génération de projets accompagne les réformes des politiques sur le capital humain en vue, par exemple, d’améliorer la protection juridique des femmes et des enfants. De nouvelles formations à grande échelle du personnel du Groupe et de ses clients visent à généraliser l’utilisation des données géolocalisées collectées à l’aide des téléphones portables dans le but d’optimiser l’exécution des projets et la fourniture des services. 

Sept leviers pour rebattre les cartes et accélérer le développement du capital humain 

La crise de la COVID-19 souligne la nécessité de protéger et de renforcer le capital humain dans l’effort général visant à sauver des vies, promouvoir le bien-être et sauvegarder la productivité future. Pour accélérer le rythme de développement du capital humain face à la pandémie, la Banque mondiale a mis en exergue sept leviers pour changer la donne parmi les priorités qui font l’objet d’un suivi dans son Plan pour le capital humain en Afrique : 

  1. Augmenter les financements de la Banque mondiale en faveur du capital humain en Afrique
  2. Rallier les équipes et les partenaires de la Banque mondiale autour du capital humain pour permettre le déploiement de solutions intersectorielles complètes et à grande échelle
  3. Accompagner les réformes pour lever les freins juridiques et réglementaires
  4. Accélérer la transition démographique en favorisant l’autonomisation des femmes et des filles
  5. Prévenir et inverser l’érosion du capital humain dans les environnements touchés par la fragilité, les conflits et la violence
  6. S’appuyer sur la technologie et les innovations dans les projets afin de faire progresser le capital humain
  7. Poursuivre les recherches et les actions de sensibilisation en vue de renforcer la base de connaissances et la demande d’investissement dans le capital humain 

FICHES-PAYS ET DONNÉES SUR LE CAPITAL HUMAIN 

Angola

[Brief | Data]

Bénin

[Brief | Data | SES-HCI]

Botswana

[Brief | Data]

Burkina Faso

[BriefData | SES-HCI]

Burundi

[Brief | Data | SES-HCI]

Cameroun

[Brief | Data | SES-HCI]

République centrafricaine

[Brief | Data]

Tchad

[Brief | Data | SES-HCI]

Comores

[Brief | Data | SES-HCI]

République Démocratique du Congo

[Brief | Data | SES-HCI]

Congo, Rep.

[Brief | Data | SES-HCI]

Côte d'Ivoire

[Brief | Data | SES-HCI]

Eswatini

[Brief | Data | SES-HCI]

Éthiopie

[Brief | Data | SES-HCI]

Gabon

[Brief | Data | SES-HCI]

Gambie

[Brief | Data | SES-HCI]

Ghana

[Brief | Data | SES-HCI]

Guinée

[Brief | Data]

Kenya

[Brief | Data | SES-HCI]

Lesotho

[Brief | Data | SES-HCI]

Libéria

[Brief | Data]

Madagascar

[Brief | Data | SES-HCI]

Malawi

[Brief | Data | SES-HCI]

Mali

[Brief | Data | SES-HCI]

Mauritanie

[Brief | Data]

Maurice

[Brief | Data]

Mozambique

[Brief | Data | SES-HCI]

Namibie

[Brief | Data | SES-HCI]

Niger

[Brief | Data | SES-HCI]

Nigéria

[Brief | Data]

Rwanda

[Brief | Data]

Senegal

[Brief | Data | SES-HCI]

Seychelles

[Brief | Data]

Sierra Leone

[Brief | Data]

Afrique du Sud

[Brief | Data]

Soudan du sud

[Brief | Data]

Soudan

[Brief | Data]

Tanzanie

[Brief | Data | SES-HCI]

Togo

[Brief | Data | SES-HCI]

Ouganda

[Brief | Data | SES-HCI]

Zambie

[Brief | Data | SES-HCI]

Zimbabwe

[Brief | Data | SES-HCI]

  


Image
click