COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

Skip to Main Navigation
COMMUNIQUÉS DE PRESSE 03 mars 2020

Le « dividende de l’égalité des sexes » en matière de rémunération pourrait atteindre 172 000 milliards de dollars

WASHINGTON, 3 mars 2020 — Selon un nouveau rapport du Groupe de la Banque mondiale publié à la veille de la Journée internationale des femmes, le rattrapage des écarts de rémunération qui pénalisent les femmes tout au long de leur vie professionnelle pourrait procurer un dividende de 172 000 milliards de dollars à l’économie mondiale.

Intitulée How Large is the Gender Dividend? Measuring Selected Impacts and Costs of Gender Inequality, cette étude établit qu’en rémunérant les femmes au même niveau que les hommes, les gains en termes de richesse du capital humain seraient d’environ un cinquième à l’échelle de la planète — et supérieurs à 50 % pour les femmes.

 « Ce rapport s’appuie sur des recherches ayant montré à quel point les écarts de salaire entre les hommes et les femmes constituent un frein puissant à l’expression du potentiel économique des pays », explique Caren Grown, directrice principale pour l’égalité hommes-femmes à la Banque mondiale. « Seules des mesures visant à redistribuer et rééquilibrer la prise en charge au sein des familles, constituer un vivier de talents pour favoriser le rattrapage des femmes en termes d’emploi et d’entrepreneuriat et faire évoluer les lois et les normes sociales limitant les capacités d’expression des filles et des femmes permettront d’améliorer les perspectives de rémunération des femmes pendant leur vie professionnelle. »

En plus de ces déséquilibres financiers, le rapport — qui bénéficie du soutien d’Affaires mondiales Canada — s’intéresse à d’autres aspects des inégalités hommes-femmes : les performances éducatives, le mariage et les grossesses précoces ; la fécondité et la croissance démographique ; la santé, la nutrition, le bien-être et les violences ; ou encore la capacité d’action et de décision et le capital social. Il met ainsi en évidence :

  • l’impact durable des inégalités entre les sexes sur la vie des femmes et notamment leur effet délétère à l’adolescence ;
  • les conséquences sanitaires néfastes pour les jeunes mères et leurs enfants des mariages et des grossesses précoces, lesquels contribuent par ailleurs à enraciner ces inégalités ;
  • les effets sur les performances en termes de développement, qui perdurent sur plusieurs générations.

« Il faut investir de manière à créer des opportunités pour les filles et les femmes tout au long de leur vie, retarder l’âge du mariage et de la première grossesse et renforcer la richesse du capital humain », insiste Quentin Wodon, économiste principal à la Banque mondiale et auteur principal du rapport.

Le Groupe de la Banque mondiale a également publié des données retraçant l’évolution du droit des femmes dans le monde sur une période de 50 ans, qui identifient les obstacles juridiques à l’emploi des femmes et à la création d’entreprises par les femmes. Complémentaires aux séries chronologiques établies par le programme Les Femmes, l’Entreprise et le Droit, ces données montrent qu’en 1970, les femmes avaient en moyenne moitié moins de droits que les hommes dans les domaines couverts — une proportion atteignant désormais les trois quarts. En 50 ans, 1 518 réformes ont été engagées dans le monde, avec des effets concrets sur les législations régissant le travail des femmes. Malgré les progrès indéniables, ces tendances soulignent la nécessité de passer à la vitesse supérieure, surtout sur le front des lois affectant la reprise du travail après une maternité, afin que les filles d’aujourd’hui n’aient pas à attendre encore un demi-siècle pour pouvoir décider elles-mêmes de leur avenir économique.

Le rapport How Large is the Gender Dividend? fait suite à une étude parue en mai 2018, intitulée Unrealized Potential: the High Cost of Gender Inequality in Earnings.

L’édition 2020 du rapport Les Femmes, l’entreprise et le droit fait le point sur les réformes engagées entre 2017 et 2019.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2020/125/Gender

Contacts

À Washington
Sheryl Silverman
+1 202 473-3297
ssilverman@worldbankgroup.org
Les Femmes, l’Entreprise et le Droit
Nina Vucenik
+1 202 458-7321
nvucenik@worldbankgroup.org
Api
Api