COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

La Banque mondiale octroie 50 millions de dollars pour étendre le réseau de télécommunications haut débit d’Afrique centrale

18 avril 2012




Washington, le 18 Avril 2012. Le Conseil des Administrateurs de la Banque mondiale a approuvé en juin 2011 un financement de 50 millions de dollars pour la deuxième partie de la première phase du Programme  de réseau de télécommunications haut débit d’Afrique centrale (CAB APL1B). Suite à cette approbation, le Tchad et la République Centrafricaine (RCA), les deux pays bénéficiaires, viennent de boucler aujourd’hui 18 avril 2012, la signature des accords de financement de ce projet à caractère régional qui vise à étendre la couverture géographique et l’utilisation des services de réseau à haut débit à l’échelon régional et à en réduire le prix.

Le  Projet CAB APL1B va  contribuer à déployer une infrastructure de fibre optique au Tchad et en République centrafricaine en vue  de former un réseau régional interconnecté aux câbles sous marins de l’est et de l’ouest du continent africain. A travers ses composantes, le projet contribuera à mettre en place un cadre de Partenariat Public Privé (PPP) pour développer et opérationnaliser la connexion entre Bangui et Bemal à l’intérieur de la RCA, et Doba et Goré à la frontière Sud du Tchad, et Ndjamena et Adré à la frontière Soudanaise à l’Est. D’autre part il est prévu une assistance technique de nature à faciliter l’examen, l’amélioration et l’élaboration de la législation du Bénéficiaire régissant l’information, du «cyber» cadre juridique et institutionnel du Bénéficiaire, notamment en ce qui concerne la cybersécurité, la cybercriminalité, la vie privée, la promotion du secteur des TIC du Bénéficiaire et l’appui aux entités du Bénéficiaire chargées des TIC.

En effet, la particularité de cette phase est d’accroitre la connectivité par le financement des équipements des réseaux pour l’établissement d’un réseau national et régional en accès ouvert sur la base de PPP, c’est-à-dire par le recours au fonds publics en complément de financements privés, quand le profil de risque est peu attractif et quand le fonctionnement général est géré par le secteur privé. « Pour la structuration de CAB International, les deux Etats (Tchad et RCA) octroieront à une société privée, par un Appel d’Offres global international facilité par la Commission de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), et contrôlé par les deux Etats, un contrat de PPP en vue de développer et gérer un réseau constitué de fibres optiques dédiées au trafic international, et d’en assurer l’entretien et deux licences d’exploitation », a expliqué Jerôme Bezzina, Responsable de l’Equipe du Projet basé à Yaoundé.

En termes d’impact, le projet s'inscrit dans les stratégies de développement global des deux pays. Le secteur des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) en Afrique subsaharienne a directement contribué à la croissance économique en générant 50 milliards de dollars d’investissements entre 1998 et 2008. Comme le secteur s'est développé, il a aussi stimulé d’autres domaines de la l'économie grâce à la réduction du coût des affaires. « Le projet CAB APL1B va entraîner une réduction significative du coût de la bande passante internationale au Tchad et en RCA et cela devrait avoir un impact similaire ; il appuiera directement la stratégie de la réduction de la pauvreté à travers la relance de la croissance économique, la promotion des investissements, le développement de l'intégration régionale et l’amélioration de la prestation des services publics », s’est réjoui Gregor Binkert, Directeur des Opérations de la Banque mondiale pour la RCA.

Plus concrètement, le projet CAB APL1B cible directement l'une des principales contraintes liées au développement économique du Tchad et de la RCA à savoir leur situation géographique de pays enclavés. En connectant le deux pays aux réseaux de télécommunications haut débit, le projet va améliorer l'accès géographique et l'utilisation des services du réseau dorsal ainsi que la réduction de leurs coûts. En plus des bénéficiaires directs du projet (nombre de personnes ayant accès aux services de communication internationale améliorée et plus abordable), l'impact du projet CAB APL1B devrait se faire sentir dans les économies des deux pays. L'expérience des autres régions de l'Afrique montre qu'il y a forte demande pour ces services, une fois qu'ils sont mis à la disposition de façon abordable. Une fois ces services sont généralisés, ils deviennent une plate-forme de prestation de services, un outil permettant d'accéder au niveau des ressources mondiales d'information et un canal pour développer des idées d’entreprise.

Sur le montant global de 58 millions de dollars américains débloqué pour le projet, la contribution d’IDA est de 50 millions dont 30 millions pour le Tchad et 20 millions pour la RCA. Le reste de 8 millions de dollars américains représente la contrepartie du Gouvernement tchadien.

Le projet CAB APL1B est à la fois un modèle d’intégration car sa conception et sa mise en œuvre ont nécessité le concours de plusieurs organisations régionales telles que la Banque africaine de développement (BAD) et la CEMAC. C’est suite à la déclaration des Chefs d’Etat de la CEMAC de N’Djaména du 25 avril 2007, que le Cameroun, la RCA et le Tchad ont décidé de planifier conjointement la mise en place d’un réseau international de connexions terrestres en fibres optiques connectées aux réseaux sous-marins haut débit. Les discussions entre pays ont induit une structuration intégrée du projet pour la RCA et le Tchad et la signature d’un protocole d’accord d’interconnexion entre les réseaux de fibres optiques centrafricains et tchadiens.

Contacts médias
À Chad
Edmond Dingamhoudou
Téléphone : (235) 6612 7334
edingamhoudou@worldbank.org
À Washington
Aby Toure
Téléphone : (202) 473-8302
akonate@worldbank.org


Api
Api