COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

ARTICLE 13 juin 2020

Compétences et Technologies Numériques : Comment les Universités Africaines tentent de redresser la difficile courbe d'apprentissage

Lorsque Morgane, étudiante en maîtrise en études internationales, est revenue de ses vacances de printemps dans sa prestigieuse université de Washington DC pour ses derniers cours avant les examens finaux, elle ne s’attendait pas à ce que tout se passe mal. Son professeur non plus. Les deux ont eu quelques difficultés à passer à l'enseignement en ligne en une journée. Pendant une semaine, ses cours ont été suspendus en raison d'une atteinte à la vie privée. La transition massive vers l'éducation en ligne à travers le monde a provoqué un cauchemar d'apprentissage à distance pour les étudiants et les éducateurs.

Si telle est la situation aux États-Unis, imaginez la situation en Afrique. Alors que pays après pays annonçaient des fermetures aux frontières, les universités se vidaient. La majorité des étudiants se retrouvent chez eux, la plupart n'ayant pas accès aux ordinateurs portables et dans certains cas, même aux smartphones. Selon Mike Hughes, conseiller en science, technologie et innovation, ministère de l'Éducation, gouvernement du Rwanda, « Il est important de maintenir l'équité en matière d'éducation pendant cette pandémie de COVID-19 ». De nombreux étudiants issus de milieux pauvres n'ont pas d'électricité à la maison. Même s'ils ont accès à Internet à domicile, le coût est élevé. La situation peut être similaire à celle de certains professeurs qui n'ont pas d'appareils technologiques à la maison. La plupart des universités ont un contenu en ligne limité et les enseignants et les étudiants n'ont pas les compétences numériques requises pour s'engager dans l'enseignement et l'apprentissage en ligne. Les référentiels en ligne ont besoin d'espace serveur, qui n'est pas immédiatement disponible. Les étudiants en sciences et technologies sont affectés par le manque d'accès aux ressources en ligne qui pourraient se substituer aux laboratoires et aux expériences pratiques. Face à ces difficultés, de nombreux gouvernements ont commencé à utiliser les chaînes de télévision pour diffuser des leçons.

À court terme, le Partenariat pour les compétences en sciences appliquées, ingénierie et technologie (PASET) a fait un effort particulier pour mobiliser des ressources techniques afin d'aider les universités africaines en cette période difficile de transition vers l'apprentissage en ligne. L'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) (Royaume du Maroc) et le Worcester Polytechnic Institute (Massachusetts, États-Unis), deux des universités partenaires internationales du Fonds régional de bourses d’études et d’innovations du PASET(RSIF), offrent un soutien aux universités africaines hôtes du RSIF par le biais de webinaires, de courts programmes sur la formation en ligne ainsi qu’un accès aux ressources électroniques. Anouar Jamali, Directeur de l'Initiative Afrique à l'UM6P souligne que « En ces temps difficiles où nos universités sont confrontées aux mêmes problèmes de perturbation de l'enseignement dispensé, l'UM6P & EPFL (Suisse), partenaires de l'initiative “Excellence in Africa”, ont décidé d'unir leurs forces pour aider à atténuer les effets de la crise actuelle en mettant à la disposition des partenaires académiques africains, une série de ressources pédagogiques telles qu'un webinaire les 19 mai (en français) et 20 mai (en anglais) sur l'utilisation du web des ressources pédagogiques dans l'enseignement supérieur dédiées à plus de 150 points focaux (affaires académiques et responsables informatiques) représentant 50 établissements. »

Au-delà du soutien immédiat à la transition vers l'apprentissage en ligne, il est nécessaire d'aider les universités et le système éducatif au sens large à rétablir l'apprentissage et la continuité. Un aspect essentiel de ce processus est d'avoir des directives et des communications claires, des admissions aux examens, et comment faire fonctionner les laboratoires et les foyers pour étudiants. Les systèmes de gestion de l'apprentissage doivent être achetés ou partagés et les cours doivent migrer en ligne. Les étudiants et les facultés doivent être formés aux compétences numériques pour utiliser cette technologie. Des groupes de soutien technique et des services d'assistance doivent être créés.

Certains projets innovants menés par des universités partenaires comme l’UM6P vont du développement d'applications de traçage numérique à la fabrication de respirateurs en passant par la fabrication de masques de protection pour le personnel de première ligne, la production de gel hydroalcoolique, le développement d'une plateforme Marketplace dédiée aux coopératives et à l'utilisation de l'intelligence artificielle pour modéliser les tendances pandémiques. Pour le directeur de l'Initiative Afrique à l'UM6P, il ne fait aucun doute que « ces projets représentent un grand potentiel pour le continent pour développer des solutions 100% made in Africa ».

La crise COVID-19 façonne le paysage de l'éducation d'une manière complètement sans précédent. Les universités et les étudiants sont confrontés à un degré élevé de perturbation que les cohortes précédentes n'ont pas connu. Selon Mike Hughes, conseiller du ministère de l'Éducation de la Science, de la Technologie et de l'Innovation, gouvernement du Rwanda, « Cette pandémie a illustré comment les récents efforts conjoints entre les facultés et les gouvernements africains, et entre les secteurs de l'éducation et de la technologie développeront le potentiel de la prochaine génération. Il n'a jamais été aussi important de se concentrer sur les compétences numériques et les technologies numériques et les avantages qu'elles apportent à tous, dans le monde, en particulier pour les universités africaines. »

Image

Webinar UM6P & EPFL. Credit: Mohammed VI Polytechnic University (UM6P)

 


Api
Api