ARTICLE 07 mars 2019

Electriciennes, plombières et entrepreneures : les nouveaux visages de la main d'oeuvre Caribéenne

Image

Jennyfer Blandino vient d’avoir 21 ans. Elle vit en République Dominicaine. Comme toutes les femmes de son âge, elle est dans un moment clé de sa vie. Tous les choix de carrière qu’elle fait maintenant affecteront non seulement sa vie professionnelle et sa sécurité financière, mais aussi son équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Les femmes ne bénéficient , aujourd’hui, que des trois quarts des droits qui sont reconnus aux hommes selon un nouvel indice publié par la Banque mondiale . Ceci les empêche d’accéder à l’emploi ou de créer une entreprise et de prendre les décisions économiques les plus adaptées pour elles et leurs familles Elles gagnent également 20% de moins que les hommes.

Pour Jennyfer et de nombreuses autres femmes des Caraïbes et du monde entier, éliminer les obstacles qui les empêchent de diriger des entreprises et de bénéficier des mêmes opportunités économiques que les hommes est essentiel pour elles et leurs familles, et profitera à la société. Aucun pays ne peut réaliser tout son potentiel tant que chacun de ses habitants est à même de réaliser le sien.

Découvrez certaines de ces femmes entrepreneures qui incarnent la force du changement.

“Je n’aurais jamais imaginée être plombière.”

Image
Jennyfer et 30 000 autres jeunes de la République Dominicaine ont, récemment, décidé d’intégrer une formation professionnelle proposée par « Progresando Unidos », un programme de protection sociale soutenu par la Banque mondiale. Jennyfer a opté pour le cours de plomberie, qui comprend une dimension à la fois technique et entrepreneuriale. Jennyfer sourit quand elle s'imagine plombière. “Je pensais vraiment que la plomberie était un métier réservé aux hommes.”

Ces métiers traditionnellement masculins sont une bonne opportunité pour favoriser l’insertion des femmes dans le marché du travail Dominicain, étant donné qu’ils ne représentent actuellement que 5% des emplois pourvus par les femmes. Jennyfer est fière d’affirmer que ses nouvelles compétences en plomberie lui ouvrent de nouvelles perspectives : “ Je peux maintenant démarrer ma propre entreprise ”.

“Quand on forme une femme, on forme une nation.”

Image
Rita Hilton a démarré son entreprise de transformation agroalimentaire en Jamaïque, il y a 30 ans. Au début, Carita Jamaica n’employait que deux personnes. À présent, Rita supervise plus de 30 personnes, dont la plupart sont des femmes issues des quartiers vulnérables des alentours. Le mentorat et le soutien technique reçus par Rita en marketing et en finance, dans le cadre du programme WINC (Women Innovators Network in the Caribbean), ainsi que le soutien financier reçu dans le cadre du projet FCGP (Foundation for Competitiveness and Growth Project) l’ont aidé à placer Carita Jamaica sur la voie du succès.

Elle a foi en son entreprise et sa capacité à créer une « source d’emplois précieuse » qui générera de nombreuses opportunités pour le développement général des femmes dans l’industrie. “Quand on orme une femme, on forme une nation,” affirme-t-elle fièrement. En Jamaïque, seules 29,5% des entreprises de taille moyenne comme Carita sont dirigées par des femmes et seulement 8,3% dans le cas des grandes entreprises. 

Réussir en tant qu'entrepreneur

Image
“Pour réussir en tant qu’entrepreneur, il vous faut des objectifs clairs et, surtout, une forte discipline.” explique Marielle Jacques, une entrepreneure haïtienne qui prospère dans le quartier des affaires de Tabarre dans la métropole de Port-au-Prince. “Je suis fière de ce que j'ai réalisé en 30 ans de carrière. Maintenant, mon entreprise emploie 14 personnes et j'ai pu ouvrir une nouvelle succursale dans une ville de province.” Aujourd'hui, Marielle a 52 ans. Elle voyage souvent, loin de son île natale, pour trouver les articles ménagers les plus compétitifs qu'elle pourra ensuite vendre dans ses magasins.

Selon le Global Findex 2017 de la Banque mondiale, seules 18% des femmes d'Amérique latine et des Caraïbes ont accès au crédit. Marielle a pu obtenir un prêt dans une banque commerciale, pour ouvrir deux magasins et développer son activité. Elle a obtenu ce prêt avec l’aide d’un programme de conseil de la SFI en charge d’aider les institutions financières à fournir un accès au financement aux petites et moyennes entreprises. En Haïti, la plupart de ces PME sont dirigées par des femmes.

“Je vois clairement un avenir.”

Image
Lorsque Tracy Stewart, mère de six enfants, a vu dans le journal l’offre de la Fondation pour la Formation à Sint Maarten proposant une formation en électricité, elle y a vu tout de suite une opportunité pour elle d’aller de l’avant. “J'étais serveuse depuis plusieurs années et je me suis retrouvée au chômage après l'ouragan Irma. Cette formation proposait quelque chose de différent et je sais que l'île a besoin d'électriciens qualifiés. En tant que femme, je pouvais m'inscrire, alors je me suis dit pourquoi pas.”

Pendant six mois, elle s’est rendue assidûment, tous les jours, à ses cours, ce qui n’a pas été une tâche facile pour une mère qui a des bébés jumeaux à la maison. “Il y a eu des moments difficiles à gérer avec les bébés, mais avec l'aide de la famille, nous nous en sommes sortis. Je veux continuer mes études pour devenir une électricienne hautement qualifiée.” Tracy est l'une des 900 étudiants à avoir suivi une formation professionnelle pour développer des compétences et réintégrer le marché du travail après le passage de l'ouragan Irma. Plus de 60% des étudiants sont des femmes. Le programme, qui a débuté à l’initiative de l’industrie hôtelière de l’île, bénéficie du soutien du SXMTF (Sint Maarten Recovery, Reconstruction and Resilience Trust Fund).

Ces témoignages prouvent que lorsque les femmes travaillent et sont mieux payées, elles peuvent apporter leur précieuse contribution à l’économie et à la société.

« Jennyfer et de nombreuses autres femmes entrepreneures des Caraïbes ont montré que le changement est réel et qu'il est en cours », a déclaré la directrice de la Banque mondiale en Haïti, Anabela Abreu.

Tahseen Sayed, directrice de pays pour les Caraïbes, a ajouté : « Lorsque les femmes se voient proposer les mêmes choix et les mêmes opportunités, elles excellent et ouvrent la voie. Nous sommes fiers d’avoir joué un petit rôle dans leurs histoires. ”



Api
Api