COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

ARTICLE

En Afghanistan, l’apprentissage de l’informatique renforce les compétences des étudiants et leurs perspectives d'emploi

14 juillet 2015


Image

Comme 209 autres étudiants, Fatima, 20 ans, vient d'obtenir son diplôme après une formation de trois mois dédiée aux technologies de l'information. 

Rumi Consultancy/Banque mondiale

LES POINTS MARQUANTS
  • L’offre de cours spécialisés en technologies de l'information permet à des étudiants de Kaboul de perfectionner leurs compétences et d’améliorer leurs chances de trouver un emploi.
  • Le succès rencontré par cette formation répond à l'une des principales priorités du gouvernement afghan : former la population aux technologies de l'information et de la communication (TIC).
  • Le dispositif de formation correspond à l’un des volets du Projet de développement du secteur des TIC en Afghanistan entrepris avec l'appui financier de la Banque mondiale.

KABOUL (Afghanistan) – À 20 ans seulement, Fatima est parvenue à décrocher une place, parmi 2 500 candidats, dans un cours dédié aux technologies de l'information. Elle figure parmi les 209 étudiants qui ont rempli avec succès les conditions d'admission à cette formation diplômante.

« Nous apprenons en très peu de temps ce qui prendrait normalement trois semestres dans les universités publiques. Les cours sont à la fois théoriques et pratiques, ce qui les rend très efficaces », explique Fatima.

Fatima a suivi pendant trois mois le cours dispensé par l'Institut de formation de Rana, à Kaboul. Cette formation s'inscrit dans le cadre du Projet de développement du secteur des TIC en Afghanistan, financé par la Banque mondiale.


Image

L’enseignement des TIC figure depuis quelques années parmi les principales priorités du gouvernement afghan et de ses partenaires internationaux. 

Rumi Consultancy/Banque mondiale

« Les diplômés de la première promotion ont décroché des emplois dans de grandes entreprises. Ce résultat suffit en lui-même à démontrer que le projet est un succès. »

Mohammad Rafi Bayez

Enseignant en Informatique

Image

Les étudiants apprennent par exemple à gérer un méga réseau d'ordinateurs ainsi qu'à déployer des stratégies de sécurité au sein du réseau d'une organisation.

Rumi Consultancy/Banque mondiale

Gestion des systèmes, mise en réseau et sécurité des données, technologies Microsoft, gestion de base de données, conception et développement de site web, développement de logiciels : les disciplines enseignées dans le cadre de ce programme sont d'une grande variété.

Mohammad Rafi Bayez, l'un des enseignants chargés du programme, explique que cette formation a débuté récemment et que la deuxième promotion est sur le point de la terminer. « Les diplômés de la première promotion, qui ont bénéficié d'un programme de certification s'étalant sur quatre mois, ont décroché des emplois dans de grandes entreprises. Ce résultat suffit en lui-même à démontrer que le projet est un succès », s'enthousiasme-t-il.

Le programme de formation correspond à un volet du Projet de développement des technologies de l'information et de la communication entrepris par le ministère afghan des Télécommunications et des Technologies de l'information avec l’aide d’un don de la Banque mondiale de 50 millions de dollars octroyé en avril 2011. S'appuyant sur le succès rencontré par des initiatives précédentes, ce projet ouvre la voie à la phase suivante du développement des TIC dans le pays, en se concentrant sur les nouvelles opportunités liées au développement de l'internet et en cherchant à « surfer » sur la véritable révolution que suscitent les smartphones dans le monde entier. Il contribue notamment à élargir l'utilisation des applications mobiles afin d'améliorer la prestation des services publics et la gestion des programmes dans l’administration.

Ce projet, qui a également pour objectif clé de renforcer les capacités des responsables publics, a notamment consisté à former les fonctionnaires à la gouvernance mobile, à l’élaboration de cadres réglementaires pertinents à l'ère de l’internet ou encore à la promotion d'un environnement propice au développement du secteur des technologies de l'information. Plus de 150 fonctionnaires à tous les niveaux de l’État et à différents échelons ont pu bénéficier de cette formation. 

Un engouement formidable pour les nouvelles technologies

Ramazan, 23 ans, lui aussi étudiant à l'Institut de formation de Rana, est du même avis que Fatima concernant l'utilité du cours. Bien qu'étant déjà titulaire d'une licence de la faculté d'informatique de l'Université polytechnique de Kaboul, il estime que cette formation lui a appris beaucoup plus de choses utiles pour trouver un emploi. « J'ai énormément appris ici », explique-t-il. « Je suis très reconnaissant au gouvernement afghan de promouvoir ce genre de programme. »

Selon Sameer Ahmad Ahadi, coordinateur technique du Projet de développement du secteur des TIC, l’objectif est « de former un total de 1 500 spécialistes des TIC ». La troisième et dernière phase du programme est en cours de mise en œuvre. « L'objectif de cette formation ciblée est d'aider les entreprises à trouver des spécialistes des technologies de l'information tout en améliorant les perspectives d'emploi des participants », précise-t-il.

L’enseignement des TIC figure depuis quelques années parmi les principales priorités du gouvernement afghan et de ses partenaires internationaux. À l'heure actuelle, 1 500 personnes au total ont été formées dans le cadre du Projet de développement du secteur des TIC, en Afghanistan et à l'étranger. Le projet vise à favoriser le développement des services liés à l’internet et à la téléphonie, tout en optimisant les investissements réalisés dans ce secteur.

Les étudiants de l'Institut de formation de Rana ne sont pas les seuls à vouloir accéder à un enseignement spécialisé dans les technologies de l'information. Une multitude d'autres jeunes aspirent à prendre leur vie en main en apprenant à maîtriser ces technologies, alors que leur pays s'est engagé sur la voie du développement de ce secteur.

L'Institut Aptech est un autre établissement situé à Kaboul qui dispense une formation spécialisée en technologies de l'information dans le cadre du même projet.

Mohammad Munib, 24 ans, y étudie la gestion des systèmes. Il souligne qu'il a découvert un certain nombre de disciplines qui n'avaient pas été abordées pendant son cursus universitaire : « Nous avons notamment appris comment gérer un méga réseau d'ordinateurs ou déployer des stratégies de sécurité au sein du réseau d'une organisation ».

Hedayatullah, de l'Institut Aptech, relève l'intérêt que les jeunes portent à ces formations : « Ce projet a été conçu pour former 350 spécialistes des technologies de l'information. Pourtant, rien que pour la première promotion, 252 étudiants ont déjà décroché leur diplôme, tandis que 252 autres ont intégré le programme ».


Api
Api