ARTICLE

Les enfants d’Afrique ont-ils tous les mêmes chances ? Un rapport sur les opportunités en Afrique subsaharienne

30 juin 2015

Image

Ana Revenga, Directrice principale du pôle Réduction de la pauvreté et des Inégalités de la Banque mondiale, présente les résultats du rapport.

Photo: Ibrahim Ajaja / Groupe Banque mondiale

LES POINTS MARQUANTS
  • Des progrès impressionnants en termes de fréquentation scolaire.
  • De grands défis sont encore à surmonter en termes d’accès aux infrastructures élémentaires.
  • Offrir des opportunités aux enfants dès le plus jeune âge est un autre domaine où les efforts publics et où les initiatives politiques peuvent faire la différence

Au cours des deux dernières décennies, l’Afrique subsaharienne a connu une forte croissance économique. Comment cela se traduit-il du point de vue de l’accès à l’éducation, à la santé et aux infrastructures élémentaires pour les enfants ?

Ce rapport explique comment ces « opportunités » ont évolué au cours des années 2000 dans 20 pays de la région. Les six (6) principales conclusions du rapport nous rappellent les progrès significatifs réalisés en Afrique subsaharienne  ainsi que les défis à surmonter pour mettre fin à l’extrême pauvreté et stimuler la prospérité partagée :

1. Des progrès encourageants et mesurables ont été obtenus concernant l’amélioration des opportunités pour les enfants en Afrique. Dans presque tous les cas, les progrès ont été rapides et se sont accompagnés d’une réduction des inégalités d’opportunités, ce qui implique que ces progrès ont profité aux enfants dont les chances étaient moindres à l’origine.

2. En général, les résultats montrent que les écarts entre les pays les plus performants et les pays moins performants en termes d’opportunités majeures pour les enfants (en particulier l’accès a l’éducation et à la santé) se sont réduits sur la période. Notons par exemple une réduction des écarts entre les pays francophones et les pays anglophones. Cela montre qu’un meilleur accès aux services élémentaires pour les enfants est possible, même dans les pays les plus pauvres.

3. Ces avancées supportent l’idée selon laquelle les initiatives politiques peuvent faire la différence, notamment les actions permettant de compenser les désavantages propres à chaque groupe (scale effects).


Image


4. La plupart des pays étudiés ont accompli des progrès impressionnants en termes de fréquentation scolaire, réduisant considérablement l’écart avec les pays de la région Amérique latine et Caraïbes (LAC region). Toutefois, des progrès restent à faire concernant le taux d’achèvement des études et la proportion d’enfants commençant l’école a l’âge normal.

5. De grands défis sont encore à surmonter en termes d’accès aux infrastructures élémentaires tels que l’électricité, l’eau potable, les installations sanitaires adéquates, etc. Les pays les plus performants de la région sur ces questions sont derrière les pays les moins performants de la LAC region…

6. Offrir des opportunités aux enfants dès le plus jeune âge est un autre domaine où les efforts publics et politiques pourraient permettre d’importants progrès. Cette étude montre que tous les pays sont plus performants lorsqu’il s’agit d’offrir des opportunités aux enfants plus âgés qu’aux plus jeunes.

La conférence du 25 juin dans les locaux parisiens de la Banque mondiale a été l’occasion de présenter les conclusions de ce rapport et a permis aux participants d’échanger avec les intervenants quant aux actions à entreprendre pour offrir les mêmes opportunités à tous les enfants d’Afrique, et plus généralement pour réduire les inégalités dans le continent.


Api
Api