COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

ARTICLE

Préserver les traditions égyptiennes tout en créant des emplois

19 mars 2015


Image

LES POINTS MARQUANTS
  • Un projet de tourisme éco-culturel lancé par une psychiatre égyptienne crée des emplois pour la population locale.
  • Une gastronomie et un artisanat menacés de disparition sont redynamisés pour être proposés aux visiteurs.
  • Un programme fournit des capitaux à des porteurs de projet afin qu’ils développent des entreprises sociales susceptibles d’avoir un effet bénéfique sur la population locale.

Mervat Abdel Nasser, une psychiatre et égyptologue égyptienne, a choisi d’implanter son projet, baptisé New Hermopolis (la « nouvelle Hermopolis »), dans le village de Tona el Gabal (district de Mallawi), à environ 320 kilomètres au sud du Caire. De retour en Égypte après avoir travaillé à l’étranger pendant des années, elle entend aujourd’hui se rendre utile à son pays en stimulant l’économie locale grâce à la mise en valeur du riche patrimoine égyptien.

Son projet est un village respectueux de l'environnement qui servira à promouvoir l’intérêt pour les antiquités, mais aussi à accueillir des concerts et d’autres événements culturels. Elle espère ainsi développer des sources de revenus pour la population locale. Elle veut notamment encourager les femmes de Tona el Gabal et des villages voisins à gagner leur vie en vendant des spécialités culinaires traditionnelles.


Image


Redha, 20 ans, mère de deux enfants, fait partie de ces femmes. Elle propose aux touristes et aux autres visiteurs des spécialités locales de Haute-Égypte. « J’ai trouvé cet emploi après être venue voir le projet par curiosité », explique-t-elle, alors qu’elle travaillait dans un champ juste en face. Um Amr, une femme d’un village voisin, dit que son mari l’a encouragée à développer ses compétences et à gagner de l’argent en venant travailler ici.

Au Royaume-Uni, Mervat Abdel Nasser enseignait la psychiatrie à l’université tout en se passionnant pour l’égyptologie. De retour dans son pays d’origine, elle veut contribuer à promouvoir les merveilles architecturales de l'Égypte antique et protéger des traditions culinaires qui sont menacées de disparition.

Son projet s’étend sur deux feddans (soit un peu moins d’un hectare). Il est situé à quelque trois kilomètres de la cité antique d’Hermopolis, qui recèle des vestiges des époques pharaonique, grecque et romaine. Il comprend un hôtel conçu dans le style architectural qui fait la renommée de cette région, ainsi qu’un centre culturel. Mais les ambitions de Mervat ne s’arrêtent pas là. Elle veut planter les arbres fruitiers qui étaient cultivés au temps des Pharaons, notamment des oliviers et des grenadiers.

La fondation créée par Mervat Abdel Nasser a fait partie des 35 porteurs de projet récompensés par le concours Development Marketplace organisé en Égypte en 2013 par le Groupe de la Banque mondiale, en collaboration avec des partenaires internationaux et locaux. Chacun des lauréats, issus de 14 gouvernorats égyptiens, a reçu 25 000 dollars ainsi qu’une aide au développement des capacités et une assistance technique afin qu’il puisse améliorer la viabilité et l’évolutivité de son projet.

Financée par la Banque mondiale, la Société financière internationale (IFC) et plusieurs pays donateurs, cette initiative a distribué 1,25 million de dollars pour créer des emplois et revitaliser et préserver un artisanat menacé de disparition.

Le programme Development Marketplace vise à identifier, soutenir et développer des entreprises sociales présentant un modèle économique novateur et susceptibles d’améliorer significativement les conditions de vie et les services pour les populations pauvres et mal desservies.

 

Api
Api