ARTICLE

Sud-Soudan: améliorer le quotidien de 8,3 millions d’habitants

28 mai 2013



LES POINTS MARQUANTS
  • Les programmes de développement ont eu un impact positif sur la vie quotidienne des habitants du Soudan du Sud.
  • Le plus jeune État du monde a bénéficié de 718 millions de dollars d’une aide du Fonds fiduciaire multidonateurs ce à quoi vient s’ajouter un crédit de 130 millions de dollars de l’IDA
  • Si les soins médicaux, l’éducation et les services d’assainissement s’améliorent, il reste encore beaucoup à faire pour améliorer les indicateurs sociaux.

JUBA, le 28 mai 2013_ Alors que le Soudan du Sud fêtera, le 9 juillet prochain, le deuxième anniversaire de son indépendance,  le pays commence à ressentir les effets de plus de sept années d’initiatives en faveur du développement. Toutes visaient à améliorer le quotidien de ses 8,3 millions d’habitants.

À commencer par la santé, avec la construction de 87 hôpitaux, dispensaires et autres centres médicaux sur tout le territoire qui permettent d’améliorer l’accès de plus d’un million de personnes à des soins de base. L’hôpital universitaire de Juba, édifié en 2006-07, attire des étudiants en médecine de tout le pays et assure déjà la prise en charge médicale tant attendue des habitants de la capitale et des localités voisines. En milieu rural, des dispensaires mobiles assurent les soins et, que ce soit en ville ou à la campagne, c’est un nombre sans précédent de familles qui ont enfin  accès à des produits de santé.

Sur le plan de l’éducation, 336 salles de classe du primaire ont été bâties, 2,2 millions de manuels scolaires distribués dans les dix États du Soudan du Sud et environ 1 000 enseignants formés. Plus de 7 000 étudiants ont bénéficié d’une formation professionnelle dans un pays où le chômage reste massif.

« Avant, les enfants suivaient les cours sous un arbre, alors qu’aujourd’hui, ils ont de vraies salles de classe », se réjouit Joseph Amule. Cet instituteur à l’école primaire de Loa, dans l’Équatoria-Central, se souvient de l’époque où il fallait se contenter des troncs et des rochers en guise de mobilier scolaire…

Le Fonds fiduciaire multidonateurs pour le Sud-Soudan (MDTF-SS) a vu le jour en 2005. Géré par le gouvernement sud-soudanais, il est le fruit d’une coopération avec 14 partenaires internationaux unis pour soutenir les efforts de reconstruction du pays, la lutte contre la pauvreté, l’amélioration de la gouvernance et le développement humain. Doté de 718 millions de dollars, le MDTF-SS a constitué la plus importante source de financement pour le Sud-Soudan pendant la période de transition qui devait le conduire à l’indépendance puis au lendemain de la constitution de la République du Soudan du Sud.

Le MDTF-SS a financé l’édification de plus de 300 bâtiments publics — hôpitaux, salles de classe, foyers et bureaux officiels, dont un complexe rassemblant 18 ministères — ainsi que la réfection de quelque 2 500 kilomètres de routes reliant Juba aux capitales des États.

Pour Bella Bird, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Soudan du Sud, le Soudan et la Somalie, « le MDTF-SS a obtenu des résultats remarquables alors même que le pays traversait une délicate période de transition. L’une de nos grandes sources de satisfaction tient au fait que ses projets ont été cités en exemple dans une évaluation indépendante pour la manière dont ils ont contribué à renforcer les capacités du gouvernement sur le plan des services, de la construction des infrastructures et de la conception de programmes de lutte contre la pauvreté ».

Selon le directeur général du ministère en charge des ressources hydriques, le MDTF-SS aura facilité l’accès de plus d’un million de Soudanais du Sud à des services de santé et d’assainissement de base de meilleure qualité. Il aura aussi contribué à l’émancipation des femmes afin qu’elles participent à la croissance économique du pays.

« Les femmes du Soudan du Sud sont sorties du conflit fortes et déterminées à reconstruire leurs vies et la nation », observe Mary Jervas, ministre adjointe des Finances. « Grâce au MDTF-SS, plus de 180 associations féminines ont reçu des fonds en appui à l’activité économique, pour la création d’ateliers de couture, de sites de transformation alimentaire ou de petits commerces ».

Prochaines étapes

Au-delà de ces succès indéniables, le Soudan du Sud doit encore franchir une quantité d’obstacles : le chômage des jeunes est massif et préoccupant quand on connaît le poids démographique de la jeunesse dans ce pays et les risques de troubles ; le secteur agricole reste peu productif ; la mortalité maternelle est importante (une femme sur sept meurt encore en couches — c’est l’un des taux les plus élevés au monde) ; et l’accès à l’éducation est limité, surtout pour les filles. Une Soudanaise du Sud a ainsi plus de chance de mourir en couches que de compléter sa  scolarité !

Le MDTF-SS a pris fin le 28 mai 2013, mais le pays continuera de bénéficier de l’appui de la communauté internationale pour assurer son développement, notamment grâce à un crédit de 130 millions de dollars de l’IDA, le fonds du Groupe de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres.

Dans son allocution lors de la cérémonie de clôture du MDTF-SS, le président Salva Kir a remercié les bailleurs de fonds pour leur soutien : « La Banque mondiale et les autres partenaires nous ont aidés, à travers ce Fonds fiduciaire multidonateurs, et nous entendons bien poursuivre cette collaboration pour accomplir notre mission d’édification d’un Soudan du Sud pacifique et prospère ».


Api
Api