COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

ARTICLE

Haïti améliore l’accès à l’éducation avec une stratégie gouvernementale ciblée

21 novembre 2012


Image

LES POINTS MARQUANTS
  • Le Président Martelly a lancé le Programme de Scolarisation Universelle, Gratuite et Obligatoire.
  • Haïti a un des plus faibles taux de scolarisation au monde.
  • Le programme Education Pour Tous, financé par la Banque mondiale, comprend des subventions, des formations, du renforcement institutionnel et des plats chauds pour les enfants.

«J’aime bien l’école parce que j’y apprends des choses. Quand je serais grand, je travaillerai avec les ordinateurs». Pétion Jordeans, 7 ans, étudie à l’Institution Mixte ADEG qui reçoit une subvention du gouvernement haïtien pour accueillir des enfants défavorisés.

Pétion habitait encore récemment dans un des camps de déplacés situés près de l’institution et ne pourrait probablement pas se rendre à l’école sans la subvention.

La  mère d’Emmanuelle Durvil, une petite fille de 9 ans, confirme : « Je ne travaille pas,  sans la subvention je ne pourrais pas mettre ma fille à l’école». Emmanuelle tient à finir sa scolarité dans cet établissement et veut devenir professeur.

Un pivot de la politique de développement du gouvernement

Lancé en 2007, le programme de subvention est un des piliers de la stratégie nationale d’action pour l’Education pour Tous du gouvernement haïtien.  Elaboré sur la base de cette stratégie, le programme Education Pour Tous comprend, en plus de la subvention, la formation des enseignants, le renforcement institutionnel du Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP) et l’amélioration des compétences en lecture.

Grâce au dernier volet, la santé et la nutrition,  85 000 enfants ont pu bénéficier d’un plat chaud depuis 2007.

En 2011, le Président Martelly fait de l’éducation un fondement de son programme gouvernemental et lance le  Programme de Scolarisation Universelle, Gratuite et Obligatoire. Au cours de l’année académique 2011-2012, ce programme a permis à plus d’un million d’enfants de 6 à 12 ans d’accéder gratuitement à l’éducation.

Le défi est de taille : Haïti est un des pays ayant les plus faibles taux de scolarisation dans le monde -  76% au niveau primaire et seulement 22% au niveau secondaire. De plus, 85% des enseignants ne sont pas qualifiés pour l’enseignement primaire.

Environ 500 000 enfants n’étaient pas scolarisés avant le séisme. De fortes disparités existent au niveau de l’accès à l’éducation entre les régions et les catégories sociales à cause des inégalités de revenus.

La banque mondiale soutient le programme Education Pour Tous depuis 2007 avec 108 millions de dollars.


« Nous avons donné les livres de lecture, de vocabulaire et de mathématiques aux enfants. »

Monsieur Dieudonné

directeur de l'Institution Mixte de l’ADEG

Assurer l’accès à l’éducation pour les enfants défavorisés

Près de 170,000 enfants de familles défavorisées ont pu être scolarisés à travers des établissements privés au terme de l’année scolaire 2011-2012, grâce au programme de subvention financé par Education pour Tous.

Les écoles reçoivent une subvention annuelle de 90 dollars par enfant et s’engagent en échange à avoir un nombre minimal d’enseignants qualifiés et à fournir à chaque enfant bénéficiaire trois manuels scolaires et un uniforme. Les enfants sont financés de leur 1ère à leur 6ème année fondamentale.

 « Nous avons donné les livres de lecture, de vocabulaire et de mathématiques aux enfants» déclare le directeur de l'Institution Mixte de l’ADEG, Monsieur Dieudonné. L’école accueille 500 enfants dont près de la moitié sont subventionnés par le programme. Grâce à la subvention, il a pu rénover une partie de l’établissement pour améliorer l’espace d’étude des enfants.

Cependant, cette subvention ne peut à elle seule couvrir tous les frais de scolarité d’un enfant qui incluent par exemple d’autres manuels scolaires. Ces frais sont trop élevés pour les classes pauvres dans un système éducatif dominé par les écoles privées.

Pour pallier l’inégalité d’accès à l’éducation, les écoles des zones rurales des départements  de l’Artibonite et des Nippes ont été les premières à être subventionnées. A ce jour, les subventions touchent 8 des 10 départements du pays.

Près de 1400 nouveaux enseignants qualifiés

Un autre objectif de l’Education pour Tous est d’améliorer la qualité de l’enseignement en formant des maîtres de façon accélérée sur 3 ans dans les 10 départements.

500 maîtres sont certifiés chaque année au niveau des Ecoles Normales d’Instituteurs. Grâce à la FIA, Formation Initiale Accélérée des maîtres, près de 1400 étudiants-maître supplémentaires ont été diplômés en 2012. 

1278 autres étudiants le seront l’année prochaine et 1500 viennent de commencer leur formation. Les étudiants sont sélectionnés après leur baccalauréat, suivent une année de formation accélérée, puis deux années de stages avec encadrement pédagogique.

«Aujourd’hui je peux dire au moins que j’ai un métier en main. J’ai toujours voulu travailler avec les enfants et c’est un rêve que je peux concrétiser maintenant.» confie une jeune stagiaire de la FIA.

Elle travaille dans l’école nationale « République de l’Equateur» où les conditions de travail sont difficiles : les élèves sont plus de 50 par classe et manquent souvent de matériel. «Parfois il n’y a pas d’enseignants disponibles», explique la directrice, Mme Rose Marie Bien-Aimé. « Les stagiaires servent alors de titulaires sous ma supervision».

Son souhait? Que les stagiaires qui ont été dans son école puissent y travailler une fois leur diplôme obtenu.


Api
Api