Skip to Main Navigation
Évènements

Voyage d'étude virtuel : « Mieux prévenir, mieux reconstruire : vers une Algérie plus résiliente »

18 - 27 mai 2021

Virtuel

Image

Le gouvernement algérien, en collaboration avec la Banque mondiale, organise un voyage d’étude virtuel visant à rassembler des parties prenantes algériennes avec des experts en gestion des risques de catastrophe du monde entier.

Cette série portera sur des thèmes différents, tels que la gestion des risques de séismes, d’inondations, et de feux de forêts, et recensera les bonnes pratiques en matière de gestion des risques de catastrophes en provenance de pays partageant un profil similaire à celui de l’Algérie dans ce domaine. Le dialogue interactif offert pendant ce voyage d’étude virtuel fournira un aperçu des progrès effectués et des difficultés rencontrées, et offrira aux parties prenantes algériennes l’occasion de discuter et d’affiner leurs stratégies en matière de préparation, de réduction et de réponse aux catastrophes, sur la base des meilleures pratiques internationales.

  • Image
    Date : Mardi 18 mai 2021; Heure : 14h00 à 17h00 (Heure d’Alger)

    Chaque année dans le monde, les tremblements de terre et autres risques naturels continuent de causer d’énormes dégâts humains et matériels. En Algérie, les pertes annuelles moyennes associées aux tremblements de terre sont estimées à environ 991 millions de dollars américains. Bien qu’il soit impossible d’empêcher la survenue des tremblements de terre, il est néanmoins envisageable de s’y préparer davantage et de « reconstruire en mieux », et ce, en tirant les enseignements d’expériences passées.

    Ce premier webinaire de la série « Mieux prévenir, mieux reconstruire : vers une Algérie plus résiliente » abordera l’importance d’une approche globale et multisectorielle de la gestion des risques de catastrophes, nécessitant l’intégration de différents niveaux de gouvernement et une collaboration étroite avec les communautés, la société civile, les collectivités locales et autres parties prenantes, afin d’augmenter la résilience aux catastrophes. L’évènement examinera les bonnes pratiques et leçons apprises en matière de gestion des risques majeurs, spécifiquement les risques sismiques, en provenance de 3 pays : le Japon, la Turquie et le Népal.

     

     

    Agenda:

     Modérateur | Emmanuel Cuvillier, Représentant résident de la Banque mondiale en Algérie
    13h30 – 14h00Accueil des participants
    14h00 – 14h20

    Allocutions d’ouverture

    Jesko Hentschel, Directeur des opérations pour le Maghreb et Malte, Banque mondiale

    14h20 – 14h50

    Aperçu sur le projet de stratégie nationale de prévention et de gestion des risques majeurs en Algérie

    Abdelhamid Afra, Délégué national aux risques majeurs, ministère de l’Intérieur, Algérie

    14h50 – 15h20

    Préparation aux risques de séismes au Japon : de la prévention à la résilience

    Mikio Ishiwatari, Conseiller principal, Agence japonaise de coopération internationale ; Professeur invité, Université de Tokyo

    15h20 – 15h50

    Présentation du projet d'atténuation des risques sismiques et de préparation aux situations d’urgence à Istanbul

    Kazım Gökhan ELGİN, Directeur du projet d'atténuation des risques sismiques et de préparation aux situations d'urgence à Istanbul

    15h50 – 16h20

    Tremblements de terre au Népal : leçons apprises et stratégies en place

    Anil Pokhrel, Directeur général de l'Autorité nationale en matière de réduction et de gestion des risques de catastrophe, Népal

    16h20 – 16h45Discussions
    16h45 – 17h00

    Allocution de clôture

    Jaafar Friaa, Chef de service au pôle mondial d’expertise en Développement urbain, gestion du risque de catastrophe, résilience et foncier pour la Région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), Banque mondiale

     

  • Image
    Date : Jeudi 20 mai 2021; Heure : 14h00 à 16h00 (Heure d’Alger) / 21h00 à 23h00 ET

     

    L’Algérie, la France, et l’Asie du Sud partagent un défi commun, celui des inondations. En Algérie, les inondations continuent de faire des victimes et causent une perte annuelle moyenne d’environ 178 millions de dollars américains. De même, des milliers de personnes en Asie du Sud ont trouvé la mort dans des inondations et glissements de terrain provoqués par les moussons annuelles. En France, elles constituent le premier risque naturel, et ce, en raison de l’importance des dommages engendrés, du nombre de communes concernées, de l’étendue des zones inondables et de la densité de population y résidant.

    Au cours de ce deuxième webinaire, les participants se pencheront sur ce qui fonctionne et ne fonctionne pas en matière de prévention des risques d’inondation et discuteront des meilleures pratiques pour renforcer la résilience aux inondations.

     

    Agenda:

     Modérateur | Salim Rouhana, Spécialiste principal en développement urbain et résilience, Banque mondiale
    13h30 – 14h00Accueil des participants
    14h00 – 14h10

    Allocution d’ouverture

    Emmanuel Cuvillier, Représentant résident de la Banque mondiale en Algérie

    14h10 – 14h25

    Allocution d’ouverture

    Abdelhamid Afra, Délégué national aux risques majeurs, ministère de l’Intérieur, Algérie

    14h25 – 14h50

    Améliorer la résilience aux inondations : leçons apprises en Asie du Sud

    À confirmer

    14h50 – 15h20

    Gestion intégrée des risques d’inondations : apprendre de l'expérience française

    Aurélien Chartier, Syndicat Mixte des Inondations, Aménagement et Gestion de l'Eau (SMIAGE), France

    15h20 – 15h50Discussions
    15h50 – 16h00

    Allocution de clôture

    Raja Rehan Arshad, Spécialiste principal de la gestion des risques de catastrophe foncier pour la Région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), Banque mondiale

     

  • Image
    Date : Mercredi 26 mai 2021; Heure : 14h00 à 16h00 (Heure d’Alger) / 21h00 à 23h00 ET

    Les catastrophes naturelles et le changement climatique ont un impact dévastateur sur les villes et leur population. D’ici 2030, en l’absence d’importants investissements visant à rendre les villes plus résilientes, le changement climatique risque de faire plonger 77 millions de citadins supplémentaires dans la pauvreté. Les zones urbaines, qui sont par ailleurs le moteur de la croissance mondiale, contribuent à hauteur de 80 % au PIB mondial. Cependant, les mêmes facteurs de densité démographique, d’emplois et d’actifs, qui déterminent si largement le succès des villes, contribuent également à les rendre extrêmement vulnérables à la vaste gamme de chocs et de perturbations naturels et anthropiques qui les affectent de plus en plus à l’heure actuelle.

    Ce troisième webinaire vise à renforcer la compréhension de la résilience urbaine et à présenter un réel modèle de réussite, celui de sa mise en œuvre dans la ville de Amman, en Jordanie. L’évènement abordera également le rôle des villes dans la planification de la réduction des risques, mais également en matière d’investissement dans le renforcement de la résilience urbaine, et ceci, afin de permettre aux systèmes, services et personnes de faire face à la multiplication des catastrophes auxquelles ils sont confrontés, y compris les pandémies, et de favoriser leur adaptation aux chocs et aux tensions, ainsi que leur processus de reconstruction.

     

    Agenda:

     Modérateur | Karima Ben Bih, Spécialiste en gestion des risques de catastrophes, Région MENA, Banque mondiale
    13h30 – 14h00Accueil des participants
    14h00 – 14h10

    Allocution d’ouverture

    Ayat Soliman, Directrice régionale, Département du développement durable pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, Banque mondiale

    14h10 – 14h40

    Pandémies, villes, et gestion de risques de catastrophes : l’expérience de la Banque mondiale

    Sameh Wahba, Directeur du Pôle mondial d’expertise en Développement urbain, gestion du risque de catastrophe, résilience et foncier, Banque mondiale

    14h40 – 15h00

    Renforcement de la résilience urbaine face aux catastrophes : leçons apprises en Amman

    Nuha Qteish, Directrice de la Planification, municipalité du Grand Amman, Jordanie

    15h00 – 15h50Discussions
    15h50 – 16h00

    Allocution de clôture

    Jaafar Friaa, Chef de service au pôle mondial d’expertise en Développement urbain, gestion du risque de catastrophe, résilience et foncier pour la Région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), Banque mondiale

     

  • Image
    Date : Jeudi 27 mai 2021; Heure : 13h00 à 16h00 (Heure d’Alger) / 08h00 à 11h00 ET

     

    Au cours de la période 2010-2019, l’Algérie a enregistré en moyenne près de 3 000 incendies par an, avec des feux de forêt couvrant une superficie annuelle moyenne de plus de 30 000 hectares. Plusieurs recherches ont démontré que le changement climatique favorise les incendies de forêts. En effet, la fréquence et l’intensité des périodes de chaleur et de sécheresse, entre autres facteurs, augmentent sous l’effet du changement climatique, ce qui accroît le risque d’incendie. La prévention des incendies de forêt sera au centre des discussions lors de cet événement qui conduira les participants, invités à partager leurs expériences en matière de gestion des incendies, à un voyage d’étude virtuel au Portugal et en France.

    Pour conclure cette série de webinaires, les panelistes présenteront les résultats du diagnostic rapide sur les risques de catastrophes en Algérie, préparé par la Banque mondiale. L'étude fournit un profil de risque de catastrophes et de risques climatiques et en quantifie les impacts macro-économiques. Elle fait un état des lieux des forces et des défis du cadre réglementaire et institutionnel existant et évalue la résilience aux risques en étudiant les plans et les stratégies clés du secteur.

     

    Agenda: 

     Modérateur | Carole Megevand, Leader de secteur, Développement durable, Région Maghreb, Banque mondiale
    13h00 – 13h10

    Allocution d’ouverture

    Carole Megevand, Leader de secteur, Développement durable, Région Maghreb, Banque mondiale

    13h10 – 13h30

    Feux de forêt en Algérie : enjeux et prévention

    Ilham Loucif, Directrice, Direction Générale des Forêts (DGF), Algérie

    13h30 – 13h50

    Prévention et sensibilisation aux risques de feux de forêts

    Fantina Tedim, Professeur associé, Université de Porto, Portugal 

    13h50 – 14h15

    Leçons tirées des feux de forêts à Marseille, France

    Pascal Worytko, Bataillon de marins-pompiers de Marseille, France

    14h30 – 14h50

    Actions préventives pour renforcer la gestion des incendies de forêt

    Andrea Kutter, Spécialiste principale de la gestion des ressources naturelles, Banque mondiale

    15h00 – 15h20

    Présentation des résultats du diagnostic sur les risques de catastrophes en Algérie

    Karima Ben Bih, Spécialiste en gestion des risques de catastrophes, Région MENA, Banque mondiale

    15:20 – 15:40Discussions
    15:40 – 15:50

    Allocution de clôture

    Abdelhamid Afra, Délégué national aux risques majeurs, ministère de l’Intérieur, Algérie

    15:50 – 16:00

    Allocution de clôture

    Emmanuel Cuvillier, Représentant résident de la Banque mondiale en Algérie


     

  • Image

    Abdelhamid Afra est le délégué national aux risques majeurs au sein du ministère de l'Intérieur en Algérie. Avant de devenir professeur à l'École nationale des travaux publics d'Alger, il a travaillé comme professeur au Centre National d'Études et de Recherches Intégrées du Bâtiment. Il est titulaire d'un doctorat de l'École nationale des ponts et chaussées de France.

    Image

    Kazım Gökhan Elgin est le fondateur et directeur de l'Unité de coordination du projet d'Istanbul (IPCU). Il dirige le projet d'atténuation des risques sismiques et de gestion des urgences (ISMEP), un projet de 2,3 milliards d'euros financé par les organisations internationales, visant à améliorer la préparation de la ville d'Istanbul à un potentiel tremblement de terre.

    Anil Pokhrel est le directeur général de l'Autorité nationale chargée de la réduction et de la gestion des risques de catastrophe au sein du gouvernement du Népal. Il a auparavant travaillé dans plusieurs pays d'Asie du Sud, de l'Est, centrale et occidentale, sur plusieurs projets d’assistance technique en matière de changement climatique, de réduction et de gestion des risques de catastrophe.

    Image

    Mikio Ishiwatari est professeur invité à l'Université de Tokyo et conseiller principal en gestion des catastrophes et des ressources en eau pour l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA). Auparavant, il a travaillé comme ingénieur gouvernemental au ministère japonais du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme, comme spécialiste du développement urbain à la Banque asiatique de développement et comme spécialiste principal de la gestion des risques de catastrophe à la Banque mondiale.

    Image

    Nuha Qtaish est architecte et urbaniste. Elle occupe actuellement le poste de directrice générale de la planification à la municipalité du Grand Amman (GAM). Auparavant, elle a travaillé comme directrice au Département de zonage et à la Direction des licences de construction au sein de l'Autorité des zones de développement franches (JFDZ). Elle a contribué à la rédaction du règlement de zonage d'Amman et de la loi municipale d'Amman.

    Image

    Ilham Loucif est Directrice de la Protection de la Faune et de la Flore a la Direction Générale des Forêts en Algérie. Elle a occupé auparavant les postes de chercheur à l’Institut National de Recherche Forestière et sous Directrice des Aires Protégées et des Habitats Naturels. Elle est titulaire d’un diplôme d’Etudes Approfondies, option foresterie de Institut Agronomique Méditerranéen de Chania en Grèce.

    Image

    Fantina Tedim est professeure assistante à l'Université de Porto. Ses recherches portent sur les risques de catastrophe comme résultants de l’interaction entre société et environnement, sur la communication en matière de risques, et sur les concepts de vulnérabilité et de résilience dans une approche multi-aléas.

DÉTAILS

  • Place: Virtuel
  • Date: 18-27 mai 2021