Ouzbékistan : une économie axée sur l’efficacité énergétique

L’Ouzbékistan s’applique à réduire sa consommation d’énergie dans le secteur de l’industrie

30 avril 2013

Le torchage des rejets de gaz naturel est un problème répandu en Ouzbékistan et engendre des pertes qui se sont élevées à 500 millions de dollars (3 % du PIB) en 2011.

Un financement supplémentaire de 100 millions de dollars vient renforcer un projet d’efficacité énergétique entrepris par l’Ouzbékistan dans le secteur industriel. Ce nouveau prêt devrait permettre au pays d’économiser plus de 200 000 MWh et de réduire de 400 000 tonnes ses émissions de CO2. Grâce aux mesures introduites dans le cadre du « Projet d’efficacité énergétique pour les entreprises industrielles », l’Ouzbékistan devrait économiser plus de 2 milliards de dollars dans les années à venir.
MULTIMÉDIA
50 000 MWh

Économies prévues en Ouzbékistan d’ici la fin 2014, avec une réduction des émissions de carbone de 150 000 tonnes métriques.

Source »

CARTE DES PROJETS

Au cours des deux dernières décennies, les pays de la région Europe et Asie centrale ont fait de grands progrès dans la réduction de leur intensité énergétique globale en améliorant la maîtrise de l’énergie et en réduisant les coûts économiques, environnementaux et sociaux de leurs secteurs énergétiques. Ces progrès se sont chiffrés à une baisse de 32 % de l’intensité énergétique régionale entre 1990 et 2007, tandis que l’ensemble de la région poursuit actuellement ces efforts.

Si ces pays sont parvenus à réduire de la sorte les coûts mais aussi la consommation d’énergie, c’est en grande partie grâce aux améliorations obtenues dans le champ de l’efficacité énergétique. Équipements vieillissants, technologie dépassée et problèmes persistants comme le torchage des rejets de gaz naturel sont autant de facteurs à l’origine de l’inefficacité considérable constatée dans les secteurs énergétiques de nombreux pays de la région, y compris l’Ouzbékistan.

Open Quotes

En investissant un dollar dans l'efficacité énergétique au niveau de la demande, l’Ouzbékistan réduit de deux dollars les investissements nécessaires au niveau de l’offre. Close Quotes

Takuya Kamata
Responsable des opérations de la Banque mondiale pour l'Ouzbékistan

Les équipements vétustes sont source d’inefficacité, et l’inefficacité énergétique coûte à l’Ouzbékistan environ 4,5 % de son PIB chaque année. Plus de photos

Les autorités ouzbèkes ont fait de la réduction de la consommation énergétique et de la promotion de l’économie d’énergie les priorités économiques du pays. Le secteur de l’énergie est en effet crucial pour la croissance économique du pays. Il représente près de 50 % des dépenses d’investissement en Ouzbékistan, contribue à 7 % du produit intérieur brut (PIB) total et génère plus de recettes d’exportation que n’importe quel autre secteur. La maîtrise de l’énergie est donc un domaine d’amélioration essentiel pour stimuler la croissance.

L’Ouzbékistan est l’un des pays à plus forte intensité énergétique au monde, ce qui signifie que les améliorations apportées à l’efficacité énergétique peuvent avoir des retombées économiques majeures. En raison des équipements et des technologies vétustes utilisés dans tout le pays, plus de 60 % de l’énergie primaire mobilisée pour fournir des services énergétiques est perdue dans les systèmes de traitement et d’acheminement. Le torchage est également un problème répandu en Ouzbékistan, engendrant des pertes qui se sont élevées à 500 millions de dollars (3 % du PIB) en 2011.

Le gouvernement, qui s’emploie à remédier à ces problèmes, collabore avec le Groupe de la Banque mondiale sur l’instauration d’une série de mesures d’efficacité énergétique qui visent à faire économiser au pays plus de 2 milliards de dollars dans les prochaines années. Cette collaboration s’inscrit dans le cadre du Projet d’efficacité énergétique pour les entreprises industrielles, qui a récemment bénéficié d’un financement supplémentaire. Lancé en 2010, ce projet a déjà un impact tangible sur le secteur énergétique du pays. Lorsque la première phase du projet sera terminée à la fin 2014, un an plus tôt que prévu, le pays aura économisé 50 000 MWh et réduit ses émissions de carbone de 150 000 tonnes grâce à la réhabilitation des stations de distribution, au remplacement des chaudières et autres équipements obsolètes, et à la mise en œuvre d’autres mesures d’efficacité énergétique.

L’Ouzbékistan est l’un des pays à plus forte intensité énergétique en Europe orientale et en Asie centrale, et réduire la consommation d’énergie est une priorité absolue pour le gouvernement.

« En investissant un dollar dans l'efficacité énergétique au niveau de la demande, l’Ouzbékistan réduit de deux dollars les investissements nécessaires au niveau de l’offre », explique Iskander Buranov, spécialiste de l’énergie au Groupe de la Banque mondiale et chef d’équipe du projet. « Ce projet peut avoir des bénéfices à long terme pour le pays en augmentant considérablement l’efficacité énergétique et la compétitivité des entreprises industrielles du pays tout en réduisant simultanément les émissions de carbone. »

Fort de ses premiers succès, le gouvernement ouzbek a récemment augmenté la portée de ce projet de 100 millions de dollars grâce à un financement supplémentaire fourni par le Groupe de la Banque mondiale. Ce dernier engagement en faveur de l’efficacité énergétique est conforme à un décret présidentiel de 2012 dans lequel le gouvernement s’engage prioritairement à réduire l’intensité énergétique grâce à l’augmentation de la productivité, à la réduction des coûts de production, à l’incorporation de technologies énergétiques de pointe, ainsi qu’à la rénovation et au remplacement, à large échelle, des équipements et technologies obsolètes.

Les projets financés par la Banque mondiale incluront, entre autres initiatives, la récupération et l’utilisation des gaz de combustion et la mise à niveau des stations de pompage des entreprises industrielles. Plus de photos

Des données récentes montrent qu’un investissement de 170 millions de dollars dans la maîtrise de l’énergie au cours des 10 prochaines années pourrait entraîner une réduction de 15 % de la consommation électrique industrielle de l’Ouzbékistan d’ici 2022. Cette dernière série d’investissements rapproche considérablement l’Ouzbékistan de son objectif et devrait avoir un impact majeur d’ici 2018, notamment sous la forme d’économies d’énergie de plus de 200 000 MWh et d’une réduction des émissions nationales de CO2 de 400 000 tonnes.

En effectuant les investissements nécessaires aujourd’hui, l’Ouzbékistan se positionne pour être demain l’un des leaders de l’énergie dans la région et une vitrine du potentiel économique, social et environnemental que recèlent les initiatives d’efficacité énergétique.