InfoDev : Cultivons l’innovation

05 avril 2013


Image

Philip Wilson, le PDG d'Ecofiltro, s'exprime devant une audience à Solola, au Guatemala.

Ecofiltro

InfoDev est un programme de partenariat mondial du réseau Finance et développement du secteur privé du Groupe de la Banque mondiale, entretenant un réseau d’environ 400 pépinières d’entreprises réparties dans plus de 100 pays. Ces dernières soutiennent des jeunes entrepreneurs et entreprises en création par le biais d’un accompagnement, d’un espace de travail et, dans la plupart des cas, d’un financement initial. Ce réseau d’incubation a accompagné plus de 25 000 entreprises et aidé à la création de près de 250 000 emplois au cours des dix dernières années.

Défi

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) ont longtemps joué un rôle fondamental en matière de développement, car les agences de développement cherchaient à étendre l’accès à internet et aux réseaux mobiles. La dernière décennie a toutefois démontré qu’il fallait prêter une plus grande attention aux applications et aux services ; la croissance repose désormais sur l’exploitation de ces réseaux pour résoudre les problèmes de développement.

InfoDev appuie la promotion de la connectivité par le biais d’une série de manuels très utilisés et reconnus auprès des organes de réglementation du secteur des TIC, tels que le Broadband Strategies Handbook (manuel sur les stratégies en matière de haut débit) et l’ICT Regulation Toolkit (une palette d’outils sur la réglementation des TIC). Par ailleurs, InfoDev soutient aussi désormais le développement d’applications et de contenus, notamment en élargissant son réseau de pépinières à des organisations axées sur l’entreprenariat technologique : laboratoires d’applications mobiles, centres d’innovation climatique ou encore plateformes de réseaux sociaux mobiles. Grâce à un accompagnement, à un accès à des laboratoires d’essai et parfois à des subventions, ces organisations favorisent le développement de technologies qui apportent des solutions à des problèmes régionaux de développement. En juin 2011, mLab East Africa a ainsi organisé un concours permettant à des entrepreneurs de présenter leurs idées d’applications à un public de bailleurs de fonds et d’acteurs du secteur. Les gagnants ont obtenu un soutien financier et une couverture médiatique internationale. Le grand gagnant, MEDKenya, a développé une appli pour téléphone portable qui fournit un examen des symptômes et des informations de premiers secours par SMS.

Il ne s’agit là que d’un exemple des innovations soutenues et facilitées par InfoDev. Deux laboratoires d’applications mobiles (mLabs), l’un au Kenya et l’autre en Afrique du Sud, ont été créés au cours de l’exercice 2011 et trois autres sont en préparation. La même année, InfoDev a par ailleurs lancé quatre plateformes de réseaux sociaux mobiles, lesquelles organisent tous les mois des événements de réseautage, des discussions et des ateliers sur le développement d’applications. Trois autres doivent voir le jour au cours de l’exercice 2012. Plusieurs centres d’innovation climatique seront lancés en 2012 (en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud et en Asie de l’Est) afin de soutenir des entrepreneurs locaux offrant des solutions technologiques propres aux problèmes énergétiques et climatiques.

Démarche

Plusieurs grands projets InfoDev sont en cours pour l’exercice 2012 et au-delà. En s’appuyant sur un réseau de près de 400 pépinières d’entreprises, InfoDev a obtenu des financements de la part de l’Agence canadienne de développement international (ACDI), du DfID (Département britannique pour le développement international) et du ministère des Affaires étrangères finlandais. Ces subventions permettront de développer des réseaux spécialisés de laboratoires d’applications mobiles (cinq sont à l’étude), des centres d’innovation climatique (six), des pépinières d’entreprises pour les Antilles (six) et des centres d’innovation et d’entrepreneuriat agro-industriels (quatre prévus en Afrique).

Après deux ans d’évaluations et de rencontres avec les parties prenantes, le premier centre d’innovation climatique ouvrira au Kenya début 2012, tandis que d’autres centres ouvriront en Éthiopie et en Inde plus tard dans l’année. Chacun d’entre eux devrait soutenir 70 entreprises sur une période de cinq ans, en apportant une participation de 100 000 à 700 000 dollars. Parmi les priorités figurent l’énergie renouvelable, l’assainissement de l’eau, les microsystèmes hydroélectriques, la bioénergie, les transports et l’énergie solaire. Ce projet représente également une nouvelle étape innovante pour InfoDev, qui joue désormais le rôle d’« accélérateur » en associant incubation et financement.

Actuellement prévus pour l’Éthiopie, le Mozambique, le Sénégal et la Tanzanie, les centres d’innovation et d’entreprenariat agro-industriels aideront les petites et moyennes entreprises spécialisées dans les produits agricoles après récolte. Le premier centre ouvrira ses portes en 2012 ou en 2013. Un nouveau programme financé à hauteur de 20 millions de dollars sur sept ans pour établir six nouvelles pépinières d’entreprises dans les Antilles (EPIC) verra le jour à la même échéance.

InfoDev poursuit aussi son action de long terme auprès des décideurs publics en fournissant aux organes de réglementation et aux représentants des gouvernements des manuels objectifs et faisant autorité sur les questions liées aux TIC. Au cours de l’exercice 2012, InfoDev lancera deux manuels — ICT in Agriculture Sourcebook (guide de ressources sur les TIC dans l’agriculture) et Broadband Strategies Handbook (manuel sur les stratégies en matière de haut débit) — ainsi qu’une série de six études de cas sur le rôle des TIC dans la reconstruction post-conflit.

Résultats

Les projets d’InfoDev contribuent à l’accomplissement des résultats suivants :

  1. Environ 25 000 entreprises réparties dans plus de 100 pays sont intégrées à des pépinières. À la fin de l’exercice 2011, plus de 3 500 sociétés à travers le monde étaient sorties de ces programmes d’incubation et près de 250 000 emplois avaient été créés.
  2. Depuis l’exercice 2011, plus de 500 responsables ont suivi des formations dans le cadre du Programme de formation à la gestion de pépinières d’entreprises d’InfoDev, le premier programme de formation complet destiné aux responsables de pépinières d’entreprises dans les pays en développement.
  3. Au cours des exercices 2010 et 2011, InfoDev a commandé ou effectué 19 études stratégiques, portant notamment sur l’utilisation des tâches en ligne pour le développement, sur la place des systèmes d’information géographique dans le développement, ainsi que sur le rôle des TIC dans la reconstruction post-conflit.
  4. Au cours de l’exercice 2010, InfoDev a soutenu le jeu en ligne EVOKE destiné aux adolescents et aux jeunes adultes afin de les sensibiliser à des problèmes de développement concrets et de les encourager à imaginer des solutions possibles. Le jeu, qui a attiré près de 20 000 participants à travers le monde entre mars et mai 2010, a remporté le prix Direct Impact du 8e festival annuel Games for Change de New York — pour en savoir plus : http://www.urgentevoke.com/).
  5. À la fin de l’exercice 2011, InfoDev avait lancé deux laboratoires d’applications mobiles, l’un à Pretoria, en Afrique du Sud, et l’autre à Nairobi, au Kenya.
  6. Depuis l’exercice 2011, InfoDev a établi cinq plateformes de réseaux sociaux mobiles (au Kenya, au Népal, en Tanzanie, en Ouganda et au Viet Nam) qui organisent tous les mois des rencontres, des discussions et des ateliers sur les problèmes de développement des applications mobiles.
  7. En novembre 2010, à l’occasion du 10e anniversaire de cette publication, InfoDev a publié une édition spéciale du Manuel sur la réglementation des télécommunications, en association avec l’Union internationale des télécommunications (UTI). Ce document comprend de nouveaux chapitres sur la neutralité du réseau, la réglementation du contenu et le haut débit mobile. Il s’appuie sur  l’ICT Regulation Toolkit, qui continue d’être consulté par plus de 800 visiteurs uniques chaque jour.
  8. Lors du 4e Forum mondial sur l’innovation et l’entreprenariat technologique, qui s’est tenu à Helsinki en mai et juin 2011, InfoDev a lancé un concours pour le développement accéléré d’un groupe de 50 PME de tout premier ordre ; vingt d’entre elles se sont vues attribuer à l’issue du concours un financement initial pour s’internationaliser.

Contribution de la Banque

Durant les exercices  2010 et 2011, la Banque mondiale a contribué au fonds fiduciaire d’InfoDev à hauteur de 395 000 dollars.

L’IFC a quant à elle contribué à hauteur de 1,25 million de dollars au programme « Train the Trainers » (formation des formateurs). Cette initiative, qui vise à former les responsables des pépinières des réseaux régionaux afin qu’ils puissent former à leur tour pour le compte d’InfoDev, a pour but de renforcer les capacités locales et d’élargir la portée du programme de partenariat. Officiellement lancée en février 2011 au Cap, en Afrique du Sud, celle-ci est destinée aux professionnels de l’incubation d’entreprises qui ont déjà de l’expérience dans les pays en développement et sur les marchés émergents.

Partenaires

InfoDev collabore avec un certain nombre de partenaires et de bailleurs de fonds importants :

  • La République de Corée a mis en place un fonds fiduciaire de 15 millions de dollars pour l’ICT4D, géré par InfoDev pour le compte du département TIC de la Banque mondiale. Depuis l’exercice  2011, ce fonds a soutenu 34 projets portant sur des solutions TIC de pointe à des problèmes de développement.
  • Le ministère des Affaires étrangères finlandais : en association avec le ministère des Affaires étrangères finlandais et Nokia, InfoDev a créé le programme Creating Sustainable Businesses in the Knowledge Economy (« Créer des entreprises durables dans l’économie de la connaissance »), qui a soutenu diverses initiatives, notamment les laboratoires d’applications mobiles (mLabs), le Forum mondial sur l’innovation et l’entreprenariat technologique, l’Initiative de renforcement des capacités en Asie centrale et le Sommet de l’innovation ouverte en Afrique.
  • L’Agence canadienne de développement international (ACDI) a accordé des fonds pour lancer le Programme d’entrepreneuriat pour l’innovation dans les Antilles, un programme de 20 millions de dollars sur sept ans qui vise à mettre en place six nouvelles pépinières dans la région.
  • Le département britannique pour le Développement international (DfID) a fourni les financements initiaux nécessaires au développement des plans d’activité pour les centres d’innovation climatiques (ces centres se consacrent aux technologies contribuant à faire face au changement climatique). 
  • Le ministère brésilien de la Science et de la Technologie a accordé des fonds pour la création d’un rapport sur l’« e-gaspillage » dans le pays et une proposition de cadre afin de gérer ses processus de traitement, de recyclage et de réutilisation.
  • InfoDev a également établi des partenariats sur diverses initiatives avec, entre autres, la Banque mondiale, l’IFC, l’Allemagne, l’Afrique du Sud, Nokia, la Fondation Bill et Melinda Gates, ainsi que l’Association brésilienne des parcs scientifiques et des pépinières d’entreprises.

Perspectives

Les investissements d’InfoDev étaient traditionnellement consacrés à l’une des trois catégories suivantes : innovation, connexion ou transformation. Alors que l’infrastructure et la connectivité ont été de moins en moins à l’ordre du jour du secteur des TIC et du développement, InfoDev a s’est tourné vers un modèle opérationnel axé plutôt sur l’innovation, la technologie et l’entrepreneuriat. L’avantage comparatif d’InfoDev à cet égard provient d’un réseau de près de 400 pépinières d’entreprises réparties dans plus de 100 pays à travers le monde, ces centres soutenant  25 000 entreprises en démarrage et ayant créé près de 250 000 emplois.

La majorité des pépinières soutenues par InfoDev sont des consortiums, reposant sur l’adhésion d’organisations du secteur privé et d’agences gouvernementales. Ceci nous semble être le meilleur modèle de viabilité ; une fois qu’un gouvernement a constaté l’impact de la pépinière sur la création d’emplois, il est généralement prêt à poursuivre le financement sans InfoDev. Pour beaucoup d’investissements d’InfoDev, il existe également des exigences de cofinancement. En fait, dans la plupart des cas, une pépinière égale ou dépasse le financement d’InfoDev grâce à des sources extérieures, ce qui engendre une responsabilisation et crée une durabilité au niveau local. Certains réseaux de pépinières régionaux, tels qu’ECAbit et APIN, ont commencé à imposer des frais d’inscription, ce qui suggère une évolution vers l’autofinancement.

Plusieurs bailleurs de fonds importants ont pris note du bilan d’InfoDev et offert des fonds pour de nouveaux réseaux spécialisés : l’ACDI a ainsi proposé un financement pour un réseau de six pépinières d’entreprises dans les Antilles ; le DfiD a fourni un financement initial pour des centres d’innovation climatique en Afrique et en Asie ; la Finlande soutient quant à elle le lancement de cinq laboratoires d’applications mobiles.

Bénéficiaires

Après avoir rejoint le Centre d’incubation technologique soutenu par InfoDev à Lagos, au Nigeria, Jude Okpala a doublé le chiffre d’affaires de son entreprise, qui a alors atteint 600 000 dollars par an. Sa société, Cliché Engineering, produit des composants métalliques de précision. « La pépinière nous a aidés à faire progresser notre technologie », explique M. Okpala.

Ir Aprisusi souhaitait monter une entreprise, mais elle n’avait pas d’argent à investir. Son projet consistait à transformer de l’eau de coco fermentée en boisson à la noix de coco. En 1999, elle est entrée dans la pépinière d’entreprises pour l’agroalimentaire et l’agro-industrie soutenue par InfoDev. La pépinière l’a aidée à obtenir environ 1 200 dollars de financement initial et lui a fourni un espace pour commencer sa production. Au départ, elle produisait et emballait ses boissons à la main. À présent, elle gère huit lignes mécaniques, emploie 32 personnes et vend ses boissons dans tout le pays.

En Bulgarie, les banques commerciales hésitent à collaborer avec les petites entreprises. Le Fonds de recherche appliquée et de communications soutenu par InfoDev, une pépinière basée à Sofia, a accompagné l’entreprise 4 Friends pour le lancement de « Me & Bee », un jeu vidéo destiné aux enfants. Hristo Enec, l’un des fondateurs, explique : « InfoDev apporte une aide réelle en établissant des contacts avec des entrepreneurs dans d’autres pays, ce qui permet des partages d’expériences et des financements croisés. »