COMMUNIQUÉS DE PRESSE 06 juillet 2018

Burkina Faso : Un nouveau financement pour renforcer les services de santé

WASHINGTON, 6 juillet 2018 – La Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un financement visant à renforcer les services de santé au Burkina Faso. Il s’agit d’un don de 80 millions de dollars de l’IDA, le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres, et 20 millions de dollars du Mécanisme de Financement Mondial en Soutien à Chaque Femme, Chaque Enfant (Global Financing Facility, GFF), octroyé au Gouvernement du Burkina Faso.

Le Projet de renforcement des services de santé au Burkina Faso permettra d'améliorer la qualité et l'utilisation des services de santé en mettant un accent particulier sur la santé de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent, ainsi que sur la nutrition et la sécurité sanitaire.

En outre, il va renforcer la capacité du système de santé afin qu’il progresse vers la couverture sanitaire universelle et permettre également au gouvernement de mieux répondre aux épidémies.

« Ce projet vise à améliorer l’accès des populations aux services de santé ainsi qu’à la qualité des soins dispensés, particulièrement aux populations les plus vulnérables », souligne Cheick Kanté, responsable des programmes de la Banque mondiale pour le Burkina Faso.

« Le soutien de la Banque mondiale intervient alors que le Gouvernement du Burkina Faso ambitionne de mettre en place une assurance maladie nationale, l’objectif étant de parvenir à une couverture sanitaire universelle. Ce nouveau financement est aligné avec la nouvelle direction du gouvernement et renforce d’autres interventions dans le domaine de la santé », explique Paul Jacob Robyn, chef d’équipe du projet à la Banque mondiale.

 « Le GFF est heureux de s’associer au Gouvernement du Burkina Faso pour contribuer à accroître le financement durable de la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents, accélérant ainsi les progrès en matière de couverture sanitaire universelle », a déclaré Mariam Claeson, directrice du GFF.

Les Gouvernements de la Norvège et du Burkina Faso, le Groupe de la Banque mondiale et la Fondation Bill & Melinda Gates organiseront conjointement l'événement en faveur du réapprovisionnement du GFF qui se tiendra le 6 novembre 2018 à Oslo en Norvège.

* L’Association internationale de développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Fondée en 1960, elle accorde des dons et des prêts à faible taux d’intérêt ou sans intérêts en faveur de projets et de programmes de nature à stimuler la croissance économique, à réduire la pauvreté et à améliorer la vie des plus démunis. L’IDA figure parmi les principaux bailleurs de fonds des 75 pays les plus pauvres de la planète, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA permettent d’apporter des changements positifs dans la vie de 1,5 milliard de personnes résidant dans les pays éligibles à son aide. Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités dans 113 pays. Le volume annuel des engagements est en constante augmentation et s’est élevé en moyenne à 18 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 54 % environ de ce montant étant destinés à l’Afrique.

* Le Mécanisme de financement mondial (GFF) est un partenariat formé par diverses parties prenantes pour aider les pays à s’attaquer aux problèmes de santé et de nutrition les plus graves touchant les femmes, les enfants et les adolescents. Il associe les autorités nationales et les partenaires à des plans pilotés par les pays, qui donnent la priorité à des services de santé ayant un fort impact, mais de longue date insuffisamment financés. Le Fonds fiduciaire du GFF joue un rôle de catalyseur en accordant aux pays des financements d’ampleur limitée qui leur permettent d’accroître dans une large mesure les ressources intérieures fournies aux côtés des fonds de la Banque mondiale (IDA et BIRD), de financements extérieurs alignés et des ressources du secteur privé. Chaque investissement extérieur de montant relativement faible est multiplié par les engagements des pays eux-mêmes, et génère ainsi un important retour sur investissement qui permet à terme de sauver des vies humaines et d’améliorer la situation des populations. En apprendre davantage sur : www.globalfinancingfacility.org/fr et @theGFF

 

Pour plus d’informations sur les activités du Groupe de la Banque mondiale au Burkina Faso : http://www.banquemondiale.org/fr/country/burkinafaso

Pour en savoir plus sur l’IDA : http://ida.banquemondiale.org/

Facebook : http://www.facebook.com/worldbankafrica

Twitter : https://twitter.com/WorldBankAfrica

YouTube : http://www.worldbank.org/africa/youtube

Soundcloud : https://soundcloud.com/worldbank/sets/world-bank-africa

 


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2018/173/AFR

Contacts

Washington
Ekaterina Svirina
+1-202-458-1042
esvirina@worldbank.org
Ouagadougou
Lionel Yaro
+226 25 49 63 00
lyaro@worldbank.org
Api
Api