COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Un nouveau mécanisme de partage des risques pour réduire les primes des agriculteurs africains

14 février 2017


WASHINGTON, le 14 février 2017 - Le Mécanisme mondial pour l’assurance indicielle (GIIF) du Groupe de la Banque mondiale et la Société africaine de réassurance (Africa Re) signent un accord d’établissement d’un mécanisme de partage des risques. Il prendra la forme d’un compte d'expérience pour réduire le niveau actuel des primes payées par les agriculteurs assurés et inciter les compagnies locales à concevoir des produits d'assurance abordables.

« Si l’agriculture fournit jusqu’à 60 % de la totalité des emplois sur le continent, il reste que l’agriculteur africain a besoin d’un meilleur accès aux mécanismes d’assurance pour être plus résilient aux chocs extérieurs et protéger ses moyens de subsistance », affirme Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique.

Le projet envisagé devrait servir de modèle pour inciter encore plus d’assureurs locaux et de réassureurs régionaux à signer des accords de partage de risques similaires. Les accords de ce type entendent assurer la poursuite et l'expansion de l'assurance indicielle en tant qu’outil de gestion des risques. Cela permettra aux petits exploitants agricoles de mieux se préparer à résister aux effets du changement climatique.

« Les personnes pauvres et vulnérables étant les plus touchées par le changement climatique et les catastrophes naturelles, l’assurance est un outil essentiel pour les aider à protéger leurs moyens de subsistance. L’ampleur et le caractère complexe du changement climatique nous obligent à travailler en étroite collaboration avec des partenaires tels qu’Africa Re pour permettre aux communautés qui en ont le plus besoin d'accéder aux financements », déclare Alejandro Alvarez de la Campa, chef de service au Pôle mondial d'expertise en Finance et marchés du Groupe de la Banque mondiale.

« Nous nous réjouissons à la perspective de cette solution innovante qui renforcera la confiance des assureurs africains souhaitant garantir les activités du secteur agricole. Cette démarche contribuera à renforcer durant les dix prochaines années le développement agricole et aura une incidence positive sur les agriculteurs qui représentent plus de 60 % de la main-d'œuvre en Afrique subsaharienne », indique Corneille Karekezi, président-directeur général d’Africa Re.

Dans le cadre du projet, le mécanisme versera des remboursements aux assureurs qui accusent un ratio de pertes annuelles supérieur à 75 %. Cela contribuera à réduire les coûts supportés par les assureurs primaires. De ce fait, les agriculteurs bénéficieront de primes plus abordables et recevront plus rapidement les remboursements en vertu d’une règle de tarification convenue d'avance qui permet aux compagnies d’assurance locales de traiter les demandes d’indemnisation avec plus de célérité.

En maintenant le ratio de pertes à 75 %, les assureurs et les réassureurs locaux seront encouragés à investir dans le renforcement de leurs capacités et à accroître leur portefeuille d’assurance dans le secteur agricole. Plus il y aura de personnes dotées des compétences techniques et de l’expérience régionale voulues, plus nombreux seront les produits innovants mis à disposition pour assurer à l’agriculteur africain l’accès au financement.

À propos du Mécanisme mondial pour l’assurance indicielle

Le Mécanisme mondial pour l’assurance indicielle (GIIF) est un fonds fiduciaire multidonateurs qui fournit l’accès au financement aux petits exploitants agricoles, aux microentrepreneurs et aux institutions de microfinance en soutenant le développement et la croissance des marchés locaux de l’assurance indicielle/l’assurance contre les catastrophes dans les pays en développement. Soutenu par la CE, le Groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), et par les Gouvernements des Pays-Bas et du Japon, le Mécanisme fait partie du Pôle mondial d'expertise en Finance et marchés du Groupe de la Banque mondiale. Il a facilité la conclusion d’environ 1,5 million de contrats qui couvrent plus de six millions de personnes. Pour plus d’informations, veuillez visiter le site www.indexinsuranceforum.org.

À propos de la Société africaine de réassurance

Créée en 1976 par 36 États membres de l’Union africaine et le Groupe de la Banque africaine de développement (BAfD), la Société africaine de réassurance (Africa Re), la première compagnie de réassurance en Afrique et au Moyen-Orient, est une institution financière panafricaine jouissant d’un statut diplomatique dans ses 41 États africains membres. Africa Re a pour objectif de promouvoir le développement des activités d’assurance et de réassurance dans les pays africains, favoriser la croissance des capacités de souscription nationales, régionales et sous-régionales, et soutenir le développement économique de l’Afrique. Pour plus d’informations, veuillez visiter le site www.africa-re.com.

À propos du Pôle mondial d'expertise en Finance et marchés du Groupe de la Banque mondiale
Le Pôle mondial d'expertise en Finance et marchés du Groupe de la Banque mondiale œuvre à la promotion de la stabilité financière et au développement de systèmes financiers diversifiés, efficaces et inclusifs. Elle propose pour cela, aux pays et à la communauté mondiale, des solutions de développement adaptées. Collaborant avec des clients du secteur public et du secteur privé, le Pôle mondial d'expertise en Finance et marchés soutient le double objectif du Groupe de la Banque mondiale de mettre fin à la pauvreté et de promouvoir une prospérité partagée. Pour plus d’informations, veuillez visiter le site http://www.banquemondiale.org/fr/topic/financialsector/overview.

Contacts médias
Fernanda Zavaleta
Téléphone : 1-202-458-4838
fzavaleta@worldbank.org