COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Madagascar bénéficie du soutien de la Banque mondiale pour stimuler son secteur agricole

22 mars 2016

WASHINGTON, 22 mars 2016 - Le Conseil d'administration de la Banque mondiale a approuvé aujourd'hui un crédit de l’Association internationale du développement (IDA) d'un montant total de 53 millions de dollars pour soutenir le projet de l´Agriculture pour la croissance rurale et gestion des terres (CASEF) du gouvernement de Madagascar. L’objectif principal du projet est d'améliorer la sécurité du régime foncier rural et l'accès aux marchés pour les ménages ciblés dans les chaînes de valeur des filières agricoles sélectionnées.

L'extrême pauvreté est omniprésente à Madagascar, après avoir augmenté de 77,5% en 2001 à 78,2% en 2012. La pauvreté est nettement plus élevée dans les zones rurales, où habite près de 80% de la population. Les indicateurs de développement pour ces zones sont inférieurs à ceux des zones urbaines et  l'incidence de la pauvreté extrême est plus élevée chez les ménages dirigés par des femmes, ce qui représente environ un cinquième de tous les ménages. L'agriculture, qui reste largement à des niveaux de subsistance, se caractérise par une faible productivité, et emploi directement ou indirectement environ 80% de la population; la plus grande part de la population active.

«Les agriculteurs doivent être connectés aux marchés afin de développer les produits appropriés, et bénéficier des opportunités commerciales pour transformer leurs fermes en entreprises rentables», a déclaré Jan Joost Nijhoff, co-chef de l'équipe de la Banque mondiale pour l'opération.

Ce projet combine le développement de la chaîne de valeur, l'amélioration de la gestion des droits des terres, et l'entretien des infrastructures et leur réhabilitation. Tout cela dans une approche intégrée où les interventions du projet sont axées sur la demande et constituent des investissements publics qui sont complémentaires pour mobiliser des investissements privés supplémentaires.

« L'agriculture a le potentiel de sortir des millions de personnes de la pauvreté. A moins que les droits et propriétés fonciers soient garantis, les agriculteurs ont peu de chances de faire des investissements à long terme sur les terres qu'ils utilisent », a déclaré André Teyssier, co-chef de l'équipe de la Banque mondiale pour l'opération. "En outre, le potentiel de l'agriculture est souvent entravé par des conditions météorologiques défavorables. Les inondations et les sécheresses récurrentes perturbent fréquemment la production agricole et les moyens de subsistance à Madagascar. Le projet encouragera les pratiques de gestion agricole du type climat intelligent qui peut améliorer la résistance aux chocs climatiques et de la productivité ».

 

*L’Association internationale du développement (IDA) de la Banque Mondiale créée en 1960, aide les pays les plus pauvres du monde en accordant des subventions et des prêts a bas ou zéro intérêt pour des projets et des programmes qui stimulent la croissance économique, réduisent la pauvreté et améliorent la vie des populations pauvres. L'IDA est l'une des principales sources d'aide pour les 77 pays les plus pauvres au monde, dont 39 sont en Afrique. Les ressources de l'IDA apportent un changement positif à 1,3 milliard de personnes qui vivent dans les pays IDA. Depuis 1960, l'IDA a soutenu le travail de développement dans 112 pays. Les engagements annuels ont atteint en moyenne environ 19 milliards $ au cours des trois dernières années, avec environ 50 pourcent pour l’Afrique. 

Contacts médias
À Washington
Aby Toure
Téléphone : 202 473 8302
Akonate@worldbank.org
À Maputo
Rafael Saute
Téléphone : (258) 21482300
rsaute@worldbank.org


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2016/315/AFR