COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Le Maroc bénéficie d’un nouveau prêt de 200 millions de dollars pour améliorer les transports publics

09 décembre 2015


Washington, le 9 décembre 2015 – Afin de répondre à la demande croissante de son importante population citadine, le Maroc s’est attelé à une refonte complète de ses systèmes de transport public en milieu urbain. Pour soutenir cet effort, le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale a approuvé aujourd'hui un programme de 200 millions de dollars destiné à améliorer la qualité et la gestion des transports en commun. La place des transports urbains est essentielle au Maroc, sachant que 60 % de la population vit dans les villes. La bonne gestion des transports publics municipaux a cependant pâti jusqu’ici de la mauvaise qualité des routes ainsi que du manque de moyens et de capacité des administrations locales. Des carences qui ont nui à la qualité et à la fiabilité des services de transport en commun.

situées dans neuf régions. Il vise à renforcer les capacités de planification et de gestion des systèmes de transport urbain au niveau central ainsi qu’à l’échelon local. L'un des grands objectifs est aussi d'améliorer la qualité des services de transport, en réduisant considérablement la durée des déplacements. Ce programme relevant d’un financement axé sur les résultats, le décaissement des fonds ne s’effectuera qu’à l’obtention de résultats définis au préalable.     

« L'efficacité du transport urbain détermine la mobilité des citadins, et celle-ci est à la base du développement des villes marocaines », affirme Marie Françoise Marie-Nelly, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb. « L'amélioration des systèmes de transport public se traduira par une hausse de la productivité et par un meilleur accès aux débouchés économiques et à des services essentiels comme la santé et l'éducation, surtout pour les citoyens les plus défavorisés. »

Selon les autorités marocaines, l'ambitieuse refonte des systèmes de transport urbain va exiger un financement d'environ 3 milliards de dollars sur dix ans. Le plan national de l'État marocain vise un double objectif : améliorer la gestion du secteur et garantir sa viabilité financière ; et doter les grandes villes d’un réseau d’axes de transport en commun favorisant la mobilité de leurs habitants. Pour soutenir ce plan sur le long terme, le Groupe de la Banque mondiale mettra à contribution son savoir-faire ainsi que son expertise internationale.

« Le programme arrive à point nommé pour appuyer le plan de développement des transports publics adopté par le gouvernement marocain. En plus de renforcer les institutions et de favoriser la décentralisation administrative en général, il permettra d'aménager des axes de transport en commun et d’améliorer l'efficacité de la gestion de la circulation grâce à un soutien dédié aux infrastructures », indique Vickram Cuttaree, économiste senior spécialiste en infrastructure et chef d’équipe du projet.

Ces dernières années, le Groupe de la Banque mondiale a accru son soutien au secteur du transport urbain au Maroc. En 2011, il a octroyé un prêt à l’appui des politiques de développement de 136,7 millions de dollars afin d'améliorer la gouvernance du secteur, d'augmenter l'offre de services et de développer les infrastructures. Ce prêt s'ajoute à l'assistance technique ordinaire dont bénéficie la stratégie nationale de transport et aux recherches menées pour approfondir les connaissances sur ce domaine -une étude consacrée aux femmes et aux transports à Casablanca a par exemple été publiée en 2011-.

Contacts médias
Au Maroc
Ibtissam Alaoui
Téléphone : + (212)-537-544-200
ialaoui@worldbank.org
À Washington
William Stebbins
Téléphone : +1 (202) 458-8783
wstebbins@worldbank.org
Service Audiovisuel
Mehreen Sheikh
Téléphone : +1 (202) 458-7336
msheikh1@worldbank.org



Api
Api