Cette page en :

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

La Banque mondiale appuie un projet dans le domaine de la santé, de l'éducation, de l'eau et de l'alimentation scolaire au Togo

07 mars 2014

WASHINGTON, le 7 mars 2014 – Le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale a approuvé un financement destiné à aider la République du Togo à améliorer l'accès à la santé, à l'éducation et aux services d'eau et à mettre en place un programme d'alimentation scolaire dans les régions les plus pauvres du pays. Les activités du projet seront étalées jusqu'en 2016 et devraient bénéficier au cours de cette période à 125 250 personnes, la moitié d'entre elles étant des femmes et des filles.

D'un montant de 12,1 millions de dollars, le crédit de l'IDA fournit un financement additionnel destiné à développer les activités déjà mises en œuvre avec succès dans le cadre du Projet de développement communautaire et de filets de protection sociale (PDCplus). Ce projet a pour objectif d'améliorer l'accès aux services de base comme la santé, l'éducation et l'eau pour les ménages les plus vulnérables, d'une part en finançant de nouvelles infrastructures communautaires et d'autre part en aidant à renforcer le système de protection sociale du pays. Parallèlement à ce nouveau financement, le Gouvernement togolais contribuera à hauteur de 2,1 millions de dollars au développement des activités du Projet PDCplus. 

Le financement additionnel devrait permettre de créer ou de remettre en état des infrastructures communautaires dans 150 nouvelles communes au moins.  « Avec une population de 6,2 millions d'habitants, le Togo est l'un des pays les plus pauvres du monde ; beaucoup de familles y vivent sans accès aisé à l'eau, aux services de santé ou à l'éducation, explique Ousmane Diagana, Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Togo. L'extension du projet PDCplus permettra à davantage de communautés de faire entendre leur voix quant au type d'infrastructures dont elles ont le plus besoin, de prendre part à la réalisation du projet d'infrastructures, et de bénéficier d'un meilleur accès aux services. » 

Le financement additionnel alloué au projet assurera également la poursuite d'un programme fructueux d'alimentation scolaire, qui bénéficiera à 35 000 élèves fréquentant des écoles situées dans les zones les plus défavorisées du pays pour les années scolaires 2014-2015 et 2015-2016. Une évaluation réalisée en 2011 a établi que le coût du programme d'alimentation scolaire mis en œuvre dans le cadre du précédent Projet de développement communautaire (PDC) au Togo était faible par rapport aux autres pays d'Afrique subsaharienne, et qu'il permettait d'attirer et de retenir les enfants à l'école et de scolariser des enfants plus âgés qui ne l'avaient jamais été, ainsi qu’un nombre de plus en plus important de filles.

Lancé en 2012, le projet PDC initial appuie déjà la construction ou la remise en état d'environ 100 infrastructures communautaires, ainsi que 97 projets d'activités rémunératrices, 52 projets de travaux à forte intensité de main d'œuvre et un programme pilote de transferts en espèces.

« Les activités du Projet de développement communautaire et de filets de protection sociale ont déjà bénéficié à des milliers de familles pauvres et vulnérables, affirme John Van Dyck, chef d'équipe du projet. L'accent mis par le projet sur la protection sociale et la construction d'infrastructures communautaires répond au double objectif de la Banque mondiale : la lutte contre la pauvreté et l’établissement d’une prospérité partagée. Il contribuera largement à l'amélioration des conditions de vie des populations les plus démunies du Togo », conclut Thomas Bossuroy, co-chef d'équipe.

* L’Association internationale de développement (IDA), une institution de la Banque mondiale fondée en 1960, accorde des dons et des crédits sans intérêts aux pays les plus pauvres afin de les aider à mettre en œuvre des programmes qui stimulent la croissance économique, atténuent les inégalités et améliorent les conditions de vie des populations. L’IDA est l’un des principaux bailleurs d’aide aux 81 pays les plus déshérités du monde, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA bénéficient concrètement à 2,5 milliards de personnes vivant avec moins de deux dollars par jour. Depuis 1960, l’IDA a soutenu des activités dans 108 pays. Le volume annuel de ses engagements est en constante augmentation et a représenté en moyenne 15 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 50 % de ce montant environ étant destiné à l’Afrique.

 

Contacts médias
COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2014/357/AFR