Cette page en :

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

La Banque mondiale aide le Bénin à combattre la malnutrition, une affection largement répandue chez les mères et les enfants

19 décembre 2013

WASHINGTON, 19 décembre 2013 – Le Conseil des Administrateurs de la Banque mondiale a approuvé un financement destiné à aider le Benin à lutter contre la malnutrition. Largement répandue, la malnutrition a gravement affecté la croissance et le développement cognitif des jeunes enfants et est responsable de la moitié de la mortalité des enfants de moins de cinq ans dans le pays.

D'un montant de 28 millions de dollars, le crédit accordé par l'Association internationale de développement (IDA)* permettra de financer les services de nutrition mensuels fournis à l'échelon communautaire à environ 150 000 bébés et les prestations périodiques fournies à 250 000 jeunes enfants dans les régions du Bénin les plus démunies et les plus exposées à l'insécurité alimentaire. En outre, environ 75 000 mères et adolescentes enceintes recevront aussi des services de nutrition et bénéficieront d'une formation qui leur permettra d'éviter ou de résoudre les problèmes d’insuffisance pondérale ou d'anémie auxquels elles sont confrontées. 

Le Projet multisectoriel d’alimentation, de santé et de nutrition aidera les conseils des collectivités territoriales à se concentrer sur l'amélioration des pratiques d'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants — notamment l'importance de l'allaitement maternel du nourrisson — et la santé génésique et la nutrition dans chaque communauté. Le projet aidera également les familles à prévenir et prendre en charge les maladies infantiles et à diversifier le régime alimentaire familial en y introduisant des aliments plus nutritifs.

« Conscient que la malnutrition infantile cause des troubles du développement cognitif normal et contribue à réduire la productivité de l'adulte, le Gouvernement du Bénin prend des mesures vigoureuses pour améliorer les services nutritionnels offerts aux mères et aux enfants, » déclare M. Olivier Fremond, Chef-pays de la Banque mondiale pour le Bénin. « Cela aidera le Bénin qui compte le taux de malnutrition le plus élevé en Afrique subsaharienne à accomplir des progrès plus rapides par rapport aux objectifs du Millénaire pour le développement liés à la nutrition, à la survie de l'enfant et à la santé maternelle. »

En termes de retard de croissance ou de taille insuffisante pour l'âge — un bon indicateur de la malnutrition à long terme et de la privation pendant l'enfance — ce sont 43 % des enfants qui souffrent de malnutrition chronique au Bénin. Ce pourcentage est supérieur à la moyenne de 39 % observée en Afrique subsaharienne.

Les organisations non gouvernementales (ONG) déjà en activité au Bénin joueront un rôle important dans la mobilisation des populations au nom des conseils des collectivités territoriales et dans la contribution au changement social et de comportement. À l'échelle communautaire, les ONG sont les entités les mieux placées pour mettre en œuvre ce volet du projet.

« Plusieurs pays africains ont obtenu d'excellents résultats sur le front de la nutrition, notamment l'Éthiopie et le Sénégal, » affirme M. Menno Mulder-Sibanda, Spécialiste senior de la nutrition à la Banque mondiale. « Le projet béninois tirera parti des leçons de l'expérience de ces pays, notamment aux plans de l'importance de la coordination entre différents secteurs et de l'établissement de partenariats productifs aux échelons local et central. »

  

* L’Association internationale de développement (IDA), une institution de la Banque mondiale fondée en 1960, est chargée d’aider les pays les plus pauvres du monde en leur accordant des dons et des crédits ne portant pas intérêt pour la mise en œuvre de programmes de nature à stimuler la croissance économique, à atténuer les inégalités et à améliorer les conditions de vie des populations. L’IDA est l’un des principaux bailleurs d’aide aux 82 pays les plus déshérités de la planète, dont 40 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA apportent un changement positif dans la vie de 2,5 milliards de personnes vivant avec moins de deux dollars par jour. Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités dans 108 pays. Le volume annuel de ses engagements est en constante augmentation et a représenté en moyenne 16 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 50 % de ce montant environ étant destiné à l’Afrique.

Contacts médias
Au Benin

Nadiath Dende
Téléphone : +(229) 21 36 39 18

À Washington

Kavita Watsa
Téléphone : 202-458-8810

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2014/264/AFR