Cette page en :

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

La Banque mondiale et la Direction suisse du développement et de la coopération approuvent une nouvelle initiative sur les migrations

11 septembre 2013

GENÈVE, 11 septembre 2013 – Le Groupe de la Banque mondiale et la Direction suisse du développement et de la coopération (DDC) ont dressé aujourd’hui un bilan de leur collaboration pour la mise en place de l’Alliance mondiale pour le savoir sur les migrations et le développement – Global Knowledge Partnership on Migration and Development (KNOMAD) – qui se veut un centre mondial de connaissances et d’expertise politique sur les questions de développement et de migration.

Les deux institutions ont collaboré à la création de KNOMAD, une initiative lancée par le Groupe de la Banque mondiale en 2011. La DDC, principal bailleur du projet, lui a consacré 5 millions de francs suisses (environ 5,3 millions de dollars).

KNOMAD, qui bénéficie également de l’appui du ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ), est maintenant opérationnel. Il collabore avec des centres de recherche universitaire et avec des institutions multilatérales bien connues, y compris les Nations Unies, le Groupe mondial sur la migration (GMM) et le Forum mondial sur la migration et le développement (FMMD).

KNOMAD a été mis en place pour remédier aux lacunes perçues des connaissances sur les migrations internes et internationales, un phénomène qui a connu une croissance rapide au cours de la dernière décennie, et pour mettre au point les réponses à apporter à ce défi. Aujourd’hui, près d’un milliard de personnes — ou une personne sur sept dans le monde — ont émigré à l’intérieur de leurs frontières ou à l’étranger en quête d’emplois et de conditions de vies meilleures.

« Considérée par un nombre grandissant de personnes comme une option pour échapper à la pauvreté et avoir une vie meilleure, la migration fait désormais partie intégrante du développement des pays. Le Groupe de la Banque mondiale continue de s’intéresser de près aux questions liées aux migrations et aux envois de fonds des travailleurs migrants, et KNOMAD constitue un élément important de son action dans ce domaine, déclare M. Mahmoud Mohieldin, envoyé spécial du Président du Groupe de la Banque mondiale. La migration a joué un rôle important dans la réalisation des Objectifs de développement pour le Millénaire (ODM) dans plusieurs pays en développement, et beaucoup d’études démontrent que les envois de fonds contribuent directement à réduire la pauvreté. »

Le volume des fonds envoyés par les travailleurs émigrés à leurs familles restées dans leur pays d’origine, phénomène au sujet duquel le Groupe de la Banque mondiale recueille des données depuis 2003, est une mesure clé de l’ampleur des migrations internationales. Ces envois de fonds, qui atteignent chaque année plus de 400 milliards de dollars, jouent un rôle capital dans l’économie de nombreux pays en développement. Par exemple, l’Inde a reçu 70 milliards de dollars de fonds de travailleurs émigrés en 2012, soit plus de trois fois le montant des investissements directs étrangers (IDE). L’Égypte a reçu 21 milliards de dollars, soit près de trois fois la valeur des revenus qu’elle tire de l’exploitation du canal de Suez. Pour beaucoup de pays plus petits comme le Tadjikistan ou le Libéria, les envois de fonds peuvent représenter du tiers à la moitié du revenu national. Les envois de fonds constituent la principale source de devises dans de nombreux pays, en particulier les pays pauvres ou touchés par un conflit, et soutiennent de manière essentielle les balances des paiements. Ils se sont en outre montrés plus fiables en périodes de crises financières que les apports de capitaux privés.

« En mettant l’accent sur les migrations et le développement, KNOMAD répond à un besoin essentiel de connaissances dans un domaine thématique qui nous est encore aujourd’hui relativement étranger. Cependant, beaucoup de questions cruciales restent encore sans réponse, et la complexité du phénomène ne fait qu’ajouter à la difficulté de composer avec les enjeux de la migration d’une façon qui répondra aux besoins de l’ensemble des parties prenantes, souligne M. Martin Dahinden, directeur général de la DDC. Le travail de KNOMAD dans le domaine spécialisé de la migration et du développement vient à point nommé. »

Le programme de travail de KNOMAD est axé sur les 12 domaines thématiques clés suivants :

  • données sur la migration et les envois de fonds ;
  • migration des travailleurs qualifiés ;
  • migration des travailleurs peu qualifiés ;
  • problèmes d’intégration dans les collectivités d’accueil ;
  • cohérence des politiques et des institutions ;
  • migrations, sécurité et développement ; 
  • droits des travailleurs migrants et dimension sociale des migrations ;
  • évolution démographique et migrations ;
  • envois de fonds, y compris l’accès aux financements et aux marchés de capitaux ; 
  • mobilisation des ressources de la diaspora pour la promotion des changements sociaux et économiques ;
  • changements environnementaux et migration ;
  • migrations internes et urbanisation.

KNOMAD abordera également des thèmes transversaux comme la parité hommes-femmes, le suivi et l’évaluation, le renforcement des capacités, les perceptions du public et la communication.

Douze groupes de travail ont déjà été mis sur pied pour examiner les enjeux de la migration et coordonner les recherches portant sur ces enjeux. Ils auront pour tâche d’élaborer des options stratégiques pour les pays d’origine et les pays d’accueil. Outre le Groupe de la Banque mondiale et la DDC, les organisations suivantes sont représentées au sein de ces groupes de travail thématiques : l’Organisation internationale pour les migrations (IOM), l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), l'Organisation internationale du travail (OIT), le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme (HCDH), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef), le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU (UN/DESA), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), le Fonds international de développement agricole (FIDA), le Migration Policy Institute (MPI), le Centre de Politique de sécurité de Genève (GCSP), Migrant Forum Asia, et la GIZ allemande.

KNOMAD contribue aux recherches sur la migration et le développement aux niveaux mondial, régional, national et local. Les résultats obtenus, considérés comme des biens publics, incluront des données, des livres, des ateliers, des conférences, des notes d’orientation, des rapports de recherche et des projets pilotes.

« La migration est rarement prise en compte dans les stratégies nationales de développement, malgré son ampleur considérable au sein des pays et à l’échelle internationale. KNOMAD mobilisera les sources de savoir à l’échelle mondiale pour permettre aux pays d’accueil et aux pays d’origine des travailleurs migrants ainsi qu’à ces derniers de profiter pleinement des avantages de la migration », explique Dilip Ratha, chef de l’unité Migrations et envois de fonds à la Banque mondiale et directeur de KNOMAD.

Contacts médias
À Washington

Indira Chand
Téléphone : +1 (202) 458-0434, +1 (703) 376-7491

À Geneva

Oksana Pidufala
Téléphone :  41-22-748-1017

For Broadcast Requests

Mehreen A. Sheikh
Téléphone : +1 (202) 458-7336

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2014/070/DEC