ARTICLE

Au Cameroun, le projet de Lom Pangar vise à exploiter le potentiel hydroélectrique de la Sanaga pour accroître la production d’électricité

23 juillet 2014


Image

Le barrage hydraulique de Lom Pangar vise à augmenter la capacité de production en énergie et à réduire les fluctuations saisonnières du débit du fleuve Sanaga.

©Odilia Hebga/World Bank

LES POINTS MARQUANTS
  • Le Cameroun possède un immense potentiel hydroélectrique ; le bassin du fleuve Sanaga représentant à lui seul près de la moitié du potentiel inexploité.
  • La construction du barrage hydraulique de Lom Pangar vise à augmenter la capacité de production en énergie et à réduire les fluctuations saisonnières du débit du fleuve Sanaga.
  • En améliorant considérablement la fourniture d’électricité à la population et aux entreprises camerounaises, le projet stimulera également le développement économique du pays.

EDEA le 21 juillet 2014 - Tous les matins, Rose Bassong, vendeuse de manioc à Edéa, ville située à 171 kilomètres de Yaoundé aux abords du fleuve Sanaga, se lève à l’aube afin d’aller acheter du bois pour chauffer l’eau et préparer les repas de la journée pour sa famille.  Rose a recours au feu de bois car elle ne dispose ni de chauffe-eau, ni de cuisinière électrique.

« Il n’est pas facile pour moi de me lever tôt, de prendre du temps pour chauffer l’eau et de m’assurer que mes trois  enfants soient prêts à temps pour l’école. Ma fille doit m’aider pour que tout soit fait à temps, alors qu’elle devrait elle aussi se préparer pour aller à l’école », confie-t-elle.

Rose vit pourtant dans une région qui dispose de la plus ancienne centrale hydroélectrique du pays, construite dans les années 50.  Malgré ces aménagements, l’électricité coûte cher et les pannes d’électricité font partie du quotidien ; il peut y avoir des coupures répétées de plusieurs heures par semaine.



« Le projet de Lom Pangar répond aux besoins immédiats des Camerounais et de l’économie nationale. »
Gregor Binkert

Gregor Binkert

Directeur des opérations de la Banque mondiale au Cameroun

Image

Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour la Région Afrique, avec des membres du gouvernement camerounais et l’équipe d'Electricity Development Corporation (EDC). 

©Odilia Hebga/World Bank

Si le potentiel hydroélectrique du Cameroun est immense (12 000 MW), les coupures d’électricité et le coût élevé de l’énergie électrique entraînent un retard de croissance du PIB de l’ordre de 1 à 2% par an, selon les estimations de la Banque mondiale. Le nombre de ménages connectés à l’électricité reste encore très bas : moins de 14% en zone rurale et 57% en zone urbaine.

La construction du barrage hydraulique de Lom Pangar vise à combler ce déficit en augmentant la capacité de production en énergie hydraulique du Cameroun et en réduisant les fluctuations saisonnières du débit de la Sanaga. Il stockera l’eau pendant la saison des pluies et la relâchera pendant la saison sèche, ce qui augmentera la capacité hydroélectrique du fleuve Sanaga d’environ 40% par an.

Edifié à l’est du Cameroun sur le fleuve Lom – à environ 4 kilomètres en aval du confluent avec le Pangar et à 13 kilomètres en amont du confluent avec la Sanaga – ce barrage régulateur permettra également d’augmenter de 120 MW la capacité permanente de production des deux centrales électriques d’Edéa et de Song Loulou.

Le Projet d’hydroélectricité de Lom Pangar sera réalisé grâce à un financement de 132 millions de dollars de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement (BAD), de la Banque de développement des Etats d’Afrique Centrale (BDEAC), de la Banque Européenne d’investissement (BEI), de l’Agence Française de Développement (AFD) et du gouvernement de Cameroun.

La visite du Vice-Président pour la Région Afrique, Makhtar Diop, sur le chantier de construction du barrage de Lom Pangar, témoigne de la volonté de la Banque mondiale d’accompagner ses partenaires tout au long de la mise en œuvre de ce projet structurant.

 « Le projet de Lom Pangar répond aux besoins immédiats des Camerounais et de l’économie nationale »,  indique Gregor Binkert, Directeur des opérations de la Banque mondiale au Cameroun. « Il symbolise la détermination du Cameroun à devenir une puissance économique, l’accès durable à l’énergie étant l’une des conditions essentielles pour une croissance tirée notamment par le secteur privé ».

La première mise en eau du barrage devrait avoir lieu d’ici septembre 2015. Cela permettra de stocker près de 3 milliards de m3 d’eau, ce qui garantira 70 MW supplémentaires aux deux centrales électriques situées sur la Sanaga pendant la saison sèche de 2016.

 « Nous espérons qu’avec la construction du barrage de Lom Pangar, notre centrale électrique d’Edéa fonctionnera mieux et qu’il y aura moins de coupures et une baisse du prix de l’électricité », espère Rose. 


Api
Api