ARTICLE

G5 Sahel : les partenaires techniques et financiers se mobilisent pour accélérer le développement régional

14 juillet 2014


Image

Vue du barrage de Ziga sur la rivière Nakambe dans le village de Ziga, Burkina Faso, 8 novembre 2013. 

Dominic Chavez /World Bank Group

LES POINTS MARQUANTS
  • Le G5 Sahel et les partenaires techniques et financiers se sont réunis pour discuter du Programme prioritaire d'investissement (PIP), doté de 14,8 milliards de dollars qui vise à répondre aux besoins du développement, notamment en matière de gouvernance, de sécurité, de résilience économique et d’infrastructures.
  • L'objectif de cette deuxième réunion ministérielle était de mieux aligner les partenaires afin de réaliser des projets de développement transformateurs dans la région.
  • Un secrétariat du G5 Sahel, soutenu par la Banque mondiale, sera mis en place à Niamey, au Niger, pour finaliser la préparation du Programme d'Investissement Prioritaire (PIP).

NIAMEY le 14 juillet, 2014 -  La deuxième réunion ministérielle du G5 Sahel, tenue du 4 mai au  6 mai à Niamey, au Niger, a réuni  gouvernements et partenaires techniques et financiers pour discuter des projets de développement prioritaires ainsi que de la sécurité régionale dans cinq pays du Sahel.

Des représentants de l'Organisation des Nations Unies, de l'Union européenne, de la Banque africaine de développement (BAD), de l'Agence Française de Développement en France (AFD) et de la Banque mondiale étaient présents aux côtés de ministres et d'experts techniques du Tchad, du Mali, du Niger, du Burkina Faso et de Mauritanie. Le groupe a travaillé durant deux jours pour finaliser une stratégie qui alignera désormais la contribution des partenaires techniques et financiers, en vue de répondre aux besoins cruciaux en matière de gouvernance, de sécurité, de résilience économique et d’infrastructures.



« Le conseil des ministres du G5 du Sahel a adopté un ambitieux Programme régional d'Investissement Prioritaire (PIP) d'un coût estimé à 14,8 milliards de dollars  »

Amadou Boubacar Cissé

Ministre d'Etat, du Plan, de l'Aménagement du territoire et du Développement communautaire au Niger


« Le conseil des ministres du G5 Sahel a adopté un ambitieux Programme régional d'Investissement Prioritaire (PIP) d'un coût estimé à 14,8 milliards de dollars », a indiqué  Amadou Boubacar Cissé, le ministre d'Etat, du Plan, de l'Aménagement du territoire et du Développement communautaire au Niger. « Ce programme prévoit un éventail d'actions et d'activités à mettre en œuvre pour que les cinq pays puissent faire face aux défis concomitants de sécurité et de développement dans le Sahel », a-t-il ajouté.

Au cours des discussions, les partenaires techniques et financiers ont exprimé leur soutien pour le PIP et ont fourni des conseils pour son amélioration. Afin de rationaliser le financement, les partenaires ont recommandé l’examen des projets déjà financés - ou en voie de l’être - à travers des programmes régionaux ou nationaux, pour favoriser une synergie avec les programmes financés en dehors du PIP.

La réunion ministérielle a également été l'occasion pour la délégation de la Banque mondiale d’informer les ministres sur la gamme de projets actuellement en cours dans la région répondant aux besoins en production d'énergie, en protection sociale, en ressources en eau, en résistance aux effets des changements climatiques, en mettant l’accent sur l’autonomisation des femmes.  

« Les ministres des pays du G5 Sahel ont apprécié la présentation faite par la Banque mondiale et ont exprimé le souhait  d’un financement additionnel de la Banque mondiale permettant de lancer des projets d'infrastructure tels que les chemins de fer entre le Niger et le Burkina, et entre la Mauritanie et le Mali, qui sont actuellement à l'étude » a affirmé Paul Noumba Um, Directeur des Operations de la Banque mondiale pour le Mali, le Niger et le Tchad.

En plus des projets d'infrastructure, la délégation de la Banque mondiale a soulevé la question des personnes déplacées dans le Sahel, qui pourrait éventuellement susciter l’élaboration d’un programme régional pour améliorer les conditions de vie des personnes déplacées du fait des conflits.

Un autre résultat de la réunion a été la décision de mettre en place un programme d'assistance technique pour renforcer la capacité d’un secrétariat du G5 Sahel à Niamey. Cette structure légère comprendra un Secrétaire exécutif permanent, nommé par le Niger, et plusieurs experts techniques. La Banque mondiale mobilisera une assistance technique par le biais des fonds fiduciaires pour soutenir le secrétariat dans ses efforts visant à accélérer la  préparation du Programme d'investissement prioritaire (PIP).

La prochaine réunion du G5 Sahel sera programmée dès que le PIP et son document de stratégie seront finalisés. Une réunion avec les chefs d'Etat du G5 Sahel sera convoquée à Ndjamena plus tard dans le courant de l'année 2014.

Le G5 Sahel a été créé en Février 2014 à Nouakchott par le Burkina Faso, le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger dans le but de favoriser le développement économique dans le Sahel afin de permettre une coopération efficace en matière de sécurité, de résilience économique, de développement des infrastructures et de la gestion des ressources en eau.


Api
Api