Cette page en :

ARTICLE

Inde : de l’eau courante pour les zones rurales de l’État du Kerala

12 août 2013

L’été 2013 a été particulièrement éprouvant dans le Kerala, un État côtier et luxuriant situé au sud de l’Inde (a). Avant l’arrivée de la mousson, la touffeur écrasante de l’été n’a offert que peu de répit à une population en manque d’eau.

« La plupart de nos puits se sont asséchés cet été », explique Ajithkumar, responsable du gram panchayat (conseil de village) de Mundathikode, dans le district de Thrissur au nord du Kerala. « Les réserves d’eau des barrages étaient épuisées, elles ne pouvaient irriguer nos champs et recharger nos puits. Des centaines de familles auraient été dans la détresse, s’il n’y avait pas eu le projet Jalanidhi », ajoute-t-il, en évoquant l’initiative novatrice du gouvernement du Kerala pour l’approvisionnement en eau des zones rurales, à laquelle la Banque mondiale a apporté son concours.

Depuis son lancement en 2000, le projet Jalanidhi a largement contribué à ce que les foyers ruraux de nombreuses zones déficitaires en eau du nord du Kerala soient raccordés à un réseau d’adduction fiable, moyennant un tarif accessible aux ménages à faible revenu.

Des pénuries d’eau qui se sont aggravées en dix ans

« Dans notre État, les ressources en eau sont plus rares qu’il y a dix ans », précise Ajithkumar, pour expliquer les récentes pénuries. Même si dans le Kerala les précipitations sont parmi les plus abondantes du sous-continent, les eaux pluviales s’écoulent en grande partie dans la mer à cause du relief vallonné.

 « Il y a près de 25 ans, les besoins en eau étaient largement couverts par les puits à ciel ouvert et les pompes qu’on actionnait à la main pour puiser dans un sous-sol riche en eau. » Aujourd’hui, la demande explose. « Les familles nucléaires sont de plus en plus nombreuses ; rien que dans notre zone, 500 nouvelles habitations se construisent chaque année. Avec l’accroissement du niveau de vie, les populations tendent à gaspiller l’eau qu’elles n’ont plus à puiser elles-mêmes. Aujourd’hui, ce sont des pompes motorisées qui s’en chargent. »

Par ailleurs, les ressources en eau s’amenuisent. Partout dans le Kerala, l’essor rapide des zones urbanisées et la diminution de la couverture végétale, des étangs et des puits entraînent un renouvellement insuffisant des eaux souterraines et l’appauvrissement des nappes phréatiques.

Avant le lancement du projet Jalanidhi, les femmes consacraient une grande partie de leur journée à la corvée d’eau : elles la transportaient depuis des puits éloignés ou devaient faire la queue à un point d’eau public sans même savoir si et quand il allait fonctionner. Beaucoup d’entre elles devaient parcourir de longues distances à pied pour trouver une rivière ou un étang où se baigner et laver leur linge.

Des communautés mobilisées

Le projet visait à aider les villages souffrant de pénuries chroniques, en mettant spécifiquement l’accent sur les populations vulnérables, comme les castes et tribus dites répertoriées (intouchables et populations aborigènes), ainsi que les pêcheurs.

Concrètement, il a aidé les ménages concernés à s’organiser en petits groupes pour leur permettre de construire et gérer leur propre système d’adduction d’eau : de la mise en service de nouveaux puits (pour des prélèvements en surface) au forage de puits profonds (pour l’exploitation d’aquifères souterrains), en passant par la construction de dispositifs de captage pour collecter l’eau des nombreuses sources, ruisseaux, rivières et lacs que compte le Kerala. Les villageois ont également reçu une assistance pour l’érection de réservoirs et la pose de canalisations permettant d’alimenter en eau les habitations. Si les dépenses ont été en grande partie prises en charge par l’État (75 %), la contribution des gram panchayats s’est élevée à 10 % et celle des bénéficiaires à 15 %.

Il incombait aussi à chaque groupe communautaire de décider des horaires et de la durée d’approvisionnement en eau chez les foyers membres et d’assurer la perception d’une redevance pour couvrir les dépenses de fonctionnement et d’entretien. Certaines communautés ont aussi installé des compteurs pour maîtriser la consommation.

La réussite du projet a par ailleurs contribué à venir à bout de deux préjugés tenaces : l’approvisionnement en eau courante est l’apanage des plus riches, disait-on, et les plus pauvres seraient réticents à partager les dépenses d’investissement ou payer les coûts d’exploitation pour leur consommation d’eau.

Open Quotes

Les réserves d’eau des barrages étaient épuisées, elles ne pouvaient irriguer nos champs et recharger nos puits. Des centaines de familles auraient été dans la détresse, s’il n’y avait pas eu le projet Jalanidhi Close Quotes

Ajithkumar
responsable du gram panchayat (conseil de village) de Mundathikode, district de Thrissur dans le Kerala

Un projet qui améliore la qualité de l’eau et la condition des femmes, à la satisfaction générale des usagers

Depuis que chaque habitation familiale dispose de l’eau courante, les femmes en tirent le plus grand profit. Le temps qu’elles mettaient à collecter de l’eau pour leur famille, elles l’emploient désormais à faire croître le revenu familial.

Et ce n’est pas tout : dans le Kerala, la gestion du foyer revient à traditionnellement aux femmes dont les maris travaillent à l’étranger ; aujourd’hui, beaucoup d’entre elles sont également responsables de la gestion des nouveaux dispositifs d’adduction d’eau.

À l’instar d’Ambika Vijayakumar, une mère de deux enfants âgée de 58 ans qui a abandonné ses études au secondaire. Par son dynamisme et sa faconde, elle a fait taire ses détracteurs. Après avoir mobilisé 62 foyers, elle leur a demandé 2 000 roupies, à verser au gré des capacités de paiement de chacun. Elle a ensuite pu faire l’acquisition d’un terrain pour y creuser un large puits à ciel ouvert et une installation de pompage. Elle a également fait réaliser un château d’eau à des fins de stockage. Le groupe a achevé le projet en temps voulu et a même réalisé des économies.

Autre avancée majeure du projet : grâce à l’amélioration de la qualité de l’eau, les cas de diarrhée et de dysenterie ont diminué spectaculairement. Dans le quartier de Minalur où vit une classe moyenne inférieure, Ammini avait dû abandonner son puits parce que des latrines bâties à proximité l’avaient contaminé. Aujourd’hui, cette septuagénaire dispose d’une eau salubre en quantité suffisante pour répondre à ses besoins et à ceux de trois familles locataires chez elle.

Valsa, qui a 47 ans, loue l’une des pièces d’Ammini. Elle indique que la facture d’eau pour les quatre familles s’établit généralement autour de 60 roupies par mois. Depuis qu’elles paient pour l’eau consommée, les familles veillent à ne pas laisser déborder le réservoir d’eau. Lorsqu’on lui demande si le coût de l’eau est justifié, Valsa répond que pouvoir bénéficier de l’eau à tout moment, c’est, à ses yeux, un gain en soi.

Le projet Jalanidhi a également renforcé l’attrait du quartier. Âgée de 51 ans, Shanta indique que la qualité de l’eau a largement convaincu son mari d’acheter une maison à Minalur il y a un an.

La satisfaction des habitants fait celle des édiles. Auparavant, les gens se plaignaient des pénuries d’eau et les dharnas (protestations) étaient fréquentes, confie V. V. Kuttikrishnan, président du conseil de village d’Erimayur, dans le district de Palakkad. « La tranquillité est revenue dans la plupart des panchayats bénéficiant du Jalanidhi », confirme-t-il.

Signe de la réussite de ce modèle de décentralisation, son conseil de village a mis en œuvre quelque 25 nouveaux projets s’inspirant du Jalanidhi, grâce à des fonds propres et d’autres sources de financement.

Un succès qui tient à la fiabilité de l’approvisionnement et de la gestion

À Minalur, un groupe d’usagers qui assure l’approvisionnement en eau de 215 foyers est particulièrement performant. Il supporte tous les coûts d’entretien, effectue régulièrement des tests de qualité de l’eau, organise des réunions mensuelles et veille à la bonne tenue des comptes.

Au fil des ans, le groupe a pu économiser 350 000 roupies en redevances et a utilisé les intérêts pour financer des mesures sociales (bourses scolaires, frais de santé des plus démunis…) au bénéfice de ses familles membres.

Quelle est donc la recette de leur succès ? « Une source d’eau fiable et une gestion consciencieuse au service de la communauté », explique P. Murali, qui dirige le groupe depuis plus de dix ans.

Tous les groupes n’en sont pas là, nuance P. K. Kurian, directeur pour le suivi et l’évaluation du projet Jalanidhi. « Si 80 à 85 % des entités sont opérationnelles — parmi lesquelles 40 à 50 % s’en sortent très bien — les 15 à 20 % restants vont plutôt cahin-caha. »

Qu’est-ce qui explique cette différence, alors ? Le capital social et humain, tranche M. Kurian. « Là où les groupes manquent de leadership, on constate une faible participation, une gestion plutôt médiocre ou l’absence de réserves en prévision d’épisodes difficiles », ajoute Krishnakumar, membre d’un groupe d’usagers d’Ayilur.

Il serait souhaitable que les conseils de village puissent examiner les comptes, s’assurer de la tenue des réunions et interviennent lorsqu’un soutien technique ou managérial est nécessaire, affirme-t-il encore. Au vu de ces considérations, le projet, aujourd’hui dans sa deuxième phase, permet à ces assemblées locales de suivre les performances des groupes d’usagers.

Le maintien des sources d’eau : un élément clé

Le maintien des sources en eau est également fondamentale. De nombreuses familles veulent rejoindre cette initiative, mais les projets, imaginés pour un nombre limité de foyers, ne peuvent absorber qu’un nombre restreint de nouveaux usagers. Les sources de captage sont soumises à une pression croissante. Il y a dix ans, il suffisait de creuser à 2,4 m sous terre pour trouver de l’eau ; aujourd’hui, il faut creuser à 4,2 m, en raison de l’appauvrissement de la nappe phréatique.

Dans ces conditions, les panchayats doivent assurer une gestion de l’eau globale, prendre en considération la diversité des reliefs et des eaux souterraines, élaborer des politiques locales d’administration de l’eau et prévoir les besoins futurs, observe M. Kurian. Voilà pourquoi la deuxième phase du Jalanidhi propose de laisser aux conseils de village le soin d’élaborer des plans à l’échelon local pour sécuriser l’approvisionnement en eau, d’œuvrer à la préservation des sources de captage, de mettre en place des capacités de stockage local et des plans alternatifs pour répondre aux situations d’urgence.

Le projet Jalanidhi I (a) (2000-2008) a permis l’approvisionnement en eau courante de 192 000 familles au sein de 13 districts, soit 112 gram panchayats, la vaste majorité étant située dans les quatre districts nord de Thrissur, Palakkad, Malappuram et Kozhikode.

Le projet Jalanidhi II (a) (2012-2017) vise à approvisionner en eau les familles rurales de 200 gram panchayats réparties dans 12 districts, dont la plupart se situent dans les districts de Kottayam et Idukki, au centre de l’État du Kerala, et dans les districts nord de Palakkad, Malappuram, Kozhikode, Wayanad, Kannur et Kasargod.