Haïti Présentation

  • Sept ans après le séisme de magnitude 7 qui a frappé Haïti, le pays demeure vulnérable aux catastrophes naturelles. Le 4 octobre 2016, l'île des Caraïbes a été frappée par l'ouragan Matthew, la catastrophe la plus dévastatrice depuis le séisme de 2010. Une évaluation rapide par le gouvernement, avec l'aide de la Banque mondiale et de la BID, a estimé que les dommages et les pertes pourraient atteindre jusqu'à 1,9 milliard de dollars, soit 22% du PIB.

    Les pertes dans l'agriculture, le bétail et la pêche sont estimées à 600 millions de dollars. Avec un impact à long terme sur les moyens de subsistance de la population rurale. Plus de 500 écoles ont été complètement détruites et 3 400 écoles publiques et privées ont été endommagées. Dans la péninsule du Sud d'Haïti, un tiers des hôpitaux ont été touchés.

    L'impact de l'ouragan Matthew sur l'infrastructure et les moyens de subsistance a contribué à accroître le nombre de nouveaux cas et les décès du choléra, mais la tendance a rapidement été inversée grâce à une réponse rapide des partenaires de santé, y compris la Banque mondiale.

    SITUATION POLITIQUE

    Le nouveau président d'Haïti, Jovenel Moïse, candidat du parti de l'ancien président Martelly, a prêté serment le 7 février 2017. Le 21 mars 2017, le nouveau Premier ministre et le Cabinet ont été ratifiés par le Parlement. Le président Moise et son gouvernement ont exprimé le désir de poursuivre les réformes en matière d'énergie et d'agriculture.

    ÉCONOMIE

    Haïti fait face à des défis importants pour générer une croissance plus rapide et lutter contre la pauvreté. Le déficit budgétaire d'Haïti devrait s'accroître substantiellement cette année. La croissance économique a ralenti à un pour cent. Les dépenses publiques sont à la hausse pour répondre aux besoins de reconstruction post-Matthieu et la mobilisation des ressources continue d'être un défi, les revenus domestiques n'atteignant que 13 pour cent du PIB.

    La dépréciation de la gourde par rapport au dollar continue à ralentir. La Banque centrale (BRH) a maintenu sa politique monétaire visant à lisser les variations des taux de change et à contenir l'inflation.

    Haïti reste le pays le plus pauvre du continent américain et l’un des plus déshérités du monde (avec un PNB par habitant de 846 dollars en 2014), et souffre de carences importantes dans les services essentiels. D’après la dernière enquête sur les ménages (ECWAS 2012), plus de 6 sur 10,4 millions d’Haïtiens (59%) vivent sous le seuil de pauvreté de 2.42 dollars par jour et plus de 2.5 millions (24%) vit sous le seuil de pauvreté extrême d’ 1.23 dollar par jour. C’est aussi l’un des pays les plus inégalitaires de la planète, avec un coefficient de Gini de 0,61 en 2012.

    Dernière mise à jour: 11 avr. 2017

  • Le cadre de partenariat du Groupe du Groupe de la Banque mondiale - approuvé par le conseil en septembre 2015 - vise à soutenir les efforts d'Haïti pour fournir des opportunités économiques à tous les Haïtiens et réduire la pauvreté dans le pays. La stratégie a eu un long processus de consultation qui a permis d'identifier ce dont le pays a besoin et a examiné la façon dont le GBM peut mieux répondre à certains des plus grands défis du pays.

    Il a été préparé conjointement par le gouvernement haïtien et le Groupe de la Banque mondiale (WBG), composé de l'Association internationale de développement (IDA), de la Banque internationale pour la reconstruction et du développement (BIRD), de la Société financière internationale (SFI) et de la Garantie multilatérale d'investissement (MIGA) et identifie trois domaines principaux de soutien:

    • Générer des opportunités économiques plus importantes à l'extérieur de Port-au-Prince en augmentant l'accès à l'énergie et en développant les énergies renouvelables; Améliorer l'accès au financement; Et soutenir un secteur privé plus compétitif et productif grâce à des infrastructures publiques et privées en énergie et dans les ports.
    • Renforcer le capital humain et accéder aux services grâce à de meilleures écoles primaires, à l'amélioration des services de santé maternelle et infantile, combinée à un meilleur accès à l'eau et à l'assainissement dans les communes les plus touchées par le choléra, ainsi que la prévention et le traitement de la santé.
    • Améliorer la résilience du climat en renforçant la capacité de réponse aux catastrophes et en augmentant le nombre d'Haïtiens protégés d’une part avec de nouveaux investissements pour atténuer les inondations et d'autre parts avec des infrastructures résilientes au changement climatique, y compris des drainages, des ponts renforcés et des routes praticables en tout temps.

    Le renforcement des institutions et des capacités du gouvernement, ainsi que la gestion des finances publiques, constituent un pilier transversal dans le contexte de réduction rapide de l'aide internationale et des financements concessionnels.

    L'allocation de l'IDA18 pour Haïti est de 260 millions de dollars (contre 120 millions de dollars EU en vertu de l'IDA17). Cette allocation pourrait être renforcée par des fonds d'affectation spéciale mondiaux.

    Le portefeuille de la Banque mondiale en Haïti comprend 13 projets actifs pour un montant net engagé de 637,8 millions de dollars américains (en avril 2017). Le programme finance des projets gouvernementaux dans des domaines tels que la gestion des risques de catastrophe, le logement, l'électricité, les infrastructures de transport, l'eau et l'assainissement, l'agriculture, l'éducation, la santé, le développement régional, la croissance du secteur privé, le renforcement des capacités statistiques et la gestion des finances publiques.

    Après l'ouragan Matthew, 100 millions de dollars US ont été mobilisés à partir de la fenêtre de réponse de crise de l'IDA pour soutenir la population la plus touchée dans les départements du Sud grâce à un financement supplémentaire pour l'agriculture, la santé, l'eau et l'assainissement et les transports, qui devraient être approuvés par le Conseil d’Administration de la Banque mondiale en juin 2017.

    Dernière mise à jour: 11 avr. 2017

  • Au cours des quatre dernières années, la Banque mondiale a aussi financé 437,905 exemptions de frais de scolarité permettant aux enfants défavorisés de fréquenter les écoles primaires, fournit des repas chauds quotidiens de qualité à plus de 372.359 enfants fréquentant l’école primaire et financé des indemnités de compensation ponctuelle pour 2 824 établissements, permettant ainsi à ces écoles de ré-ouvrir après le séisme de 2010

    • La Banque mondiale a financé des subventions au loyer pour permettre à plus de 50 000 personnes de quitter les camps et se reloger dans des habitations plus sûres ;
    • Amélioré l’infrastructure dans les quartiers affectés par le séisme à travers des routes plus larges, de meilleurs éclairages, et des berges renforcées pour 200 000 personnes
    • Reconstruction ou réparation de maisons pour 12 000 personnes
    • Traitement et formation à la prévention contre le choléra de plus de 3 millions de personnes et fourniture de produits de traitement de l’eau et/ou du savon à près de 600 000 personnes
    • Apport en personnel et/ou du matériel à plus de 200 centres de traitement du choléra et postes de réhydratation orale et formation de plus de 6 000 agents de santé et d’hygiène et autre personnel médical
    • Amélioration de l’accès à l’eau potable pour 60 000 habitants dans le sud d’Haïti
    • Financement de réverbères solaires dont bénéficient 18 000 personnes\
    • Remise en état de la route reliant Port-au-Prince et Jacmel, permettant à un demi-million de Haïtiens dans le Sud d’Haïti de rester connectés à la capitale

    Société Financière Internationale

    • Codevi, une entreprise de fabrication de vêtements, est l’un des plus grands employeurs du secteur privé en Haïti, avec près de de 7 000 travailleurs et 2000 de plus devraient être engagés dans les trois ans à venir. Environ 30 000 personnes dans la ville
    • Ouanaminthe située au nord d’Haïti, où se trouve Codevi, tirent leurs moyens de subsistance des emplois indirects liés aux activités de l'entreprise
    • La centrale électrique E-Power a augmenté sa capacité de production de 35 % dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince ; la compagnie génère de l’électricité pour 1.59 millions de clients.
    • Teleco, la compagnie de téléphone nationale perdait US$ 1 million par mois et servait à peine 20 000 clients. NATCOM, un partenariat public -privé appuyé par IFC, sert maintenant environ 1,7 millions d'abonnés;
    • Près de 3000 entrepreneurs et gestionnaires ont reçu une formation d'entreprise à travers son partenaire SOFIHDES ;
    • Environ 60 000 micro-entrepreneurs à faible revenus sont assurés contre les catastrophes naturelles grâce au partenariat IFC/Micro/Fonkoze. Cela permet de protéger leurs moyens de subsistance contre les risques liés aux conditions météorologiques et les catastrophes naturelles.

    Le Fonds de reconstruction d’Haïti (FRH)

    À la demande des autorités haïtiennes, la Banque mondiale a créé le Fonds de reconstruction d’Haïti (FRH) en mars 2010, en partenariat avec la Banque interaméricaine de développement, les Nations Unies et 19 bailleurs de fonds. Le FRH est devenu la principale source de financement flexible pour la reconstruction. La Banque mondiale est l’administrateur du fonds, en assure le secrétariat et supervise certaines des activités qu’il finance. Les contributions au FRH totalisent 411 millions de dollars, dont 401.4 millions ont été reçus au mois de juin 2016. Depuis que le fonds est entré en service, en juin 2010, 351 millions de dollars ont été alloués à 29 projets portant sur les problèmes post-séisme tels que la gestion des débris, la relocalisation et le logement de personnes déplacées, la réhabilitation des infrastructures publiques et des places, la gestion des risques de désastres ainsi que pour de l’appui budgétaire et le développement à moyen et long terme tels que l'éducation, l'énergie et le développement du secteur privé.

    • Les activités financées FRH ont aidé le gouvernement à obtenir des résultats, y compris:
    • Retrait de plus de 900.000 mètres cubes de débris dans les quartiers urbains
    • Réparation et la reconstruction de près de 2.600 maisons
    • Facilitation de la fermeture de plus de 50 camps et l’offre des solutions de logement pour plus de 24 000 ménages déplacés
    • Approvisionnement en nourriture pour 252 écoles et couvrant plus de 93 000 étudiants par jour pour l’année scolaire en cours
    • Plus de 500 000 arbres plantés dans la zone tampon du parc Macaya
    • Environ 4500 emplois créés dans le cadre de la réhabilitation des routes et la reconstruction maisons ;
    • Mise en place de 12 centres de ressources communautaires pour faciliter la planification, la coordination et le partage d'informations sur le développement local et la reconstruction
    • Distribution de plus de 14 000 kits de fournitures scolaires, 24 000 uniformes scolaires et 76 000 manuels scolaires dans tout le pays, et
    • Formation de plus de 900 enseignants

    Dernière mise à jour: 11 avr. 2017

Api


FINANCEMENTS

Haïti: Engagements par exercice (en millions de dollars)*

*Les montants comprennent les engagements de la BIRD et de l’IDA


GALERIE PHOTO

Plus de photos Arrow

Autres ressources:

Coordonnées du bureau-pays

HAITI +509 2812 2200
7, Rue Ogé, Pétion Ville
bedmond@worldbank.org
Washington +1 202 458 2656
1818 H Street NW, Washington, DC 20433
cchapoy@worldbank.org