Niger - Vue d'ensemble

  • Le pays en bref

    Le Niger est un vaste pays enclavé de plus d’un million de kilomètres carrés. Il compte près de 21,5 millions d’habitants  en 2017 et affiche l’un des taux de croissance démographique les plus élevés au monde (3,9 % par an). En proie à l’instabilité politique, le pays souffre d’insécurité alimentaire chronique et de  crises naturelles récurrentes (sécheresses, inondations et invasions acridiennes). Son économie repose essentiellement sur l’exportation d’uranium.

    Contexte politique

    Le président sortant Mahamadou Issoufou a remporté les dernières élections présidentielles et législatives en mars 2016.  Cette élection a été marquée par un fort taux d’abstention suite au boycott des sympathisants de l’opposant Hama Amadou qui a fait campagne depuis la prison ou il était incarcéré.

    Si le climat politique est resté cependant stable en 2017, la situation sécuritaire dans les régions de Diffa demeure fragile depuis l’avènement de la secte Boko Haram. Le Niger a connu également quelques attaques djihadistes et de narcotrafiquants dans les régions de Tillabéry et Nord Tahoua.

    En conséquence, le gouvernement a prorogé l’état d’urgence dans ces régions, a accru les moyens des forces de défense et de sécurité et mis en place une nouvelle opération militaire.

    Les cinq pays du G5 Sahel (Burkina, Mali, Mauritanie Niger et Tchad) réunis à Bamako en juillet 2017 ont décidé de mettre en place une force mixte d’intervention de 5 000 hommes pour lutter contre le terrorisme dans la région. Cette force travaillera avec les troupes françaises de l’opération Barkhane et la MINUSMA. Cette opération dont le montant devrait s’élever à 423 millions d’euros sera financée en partie par ces cinq États, avec l’appui financier de l’Union européenne. Les partenaires bilatéraux européens et les États-Unis ont également été sollicités.  

    Enfin, la France s’est engagée à apporter 200 millions d’euro d’aide au cours des cinq prochaines années pour lutter contre la pauvreté dans les pays du Sahel, par le biais de l’Agence française de développement (AFD).

    Situation économique

    La croissance du PIB devrait atteindre 4,5 % en 2017. Le Niger est confronté à d’importants risques macro-économiques du fait de menaces sécuritaires à ses frontières avec le Mali, la Lybie et le Nigéria et de la faiblesse persistante des cours des matières premières.

    Même si les risques de surendettement étaient modérés en 2014, le pays doit surveiller la viabilité de sa dette publique extérieure qui a augmenté rapidement entre 2014 et 2016 (de 27 % à 35 % du PIB). Ce ratio devrait grimper à 37 % en 2018, pour redescendre une fois que les projets d’investissement dans les industries extractives seront achevés. Globalement, le déficit budgétaire s’est amélioré et devrait atteindre 7,5 % en 2016.

    Perspectives à moyen terme

    Les finances publiques du Niger sont fragilisées par la crise sécuritaire et le bas niveau du prix des matières premières. Selon des estimations initiales, la hausse des dépenses de défense et d’accueil des réfugiés dans le cadre de l’intervention militaire contre Boko Haram, à la frontière Sud-Est avec le Niger, aurait un coût annuel de 1 % du PIB. Elle réduira d’autant les ressources disponibles pour financer des investissements en faveur du développement économique.

    En outre, la plus forte dépendance du budget de l’Etat à l’égard des recettes tirées du secteur extractif le rend plus vulnérable à l’évolution des prix et de la production de matières premières.

    Afin de de mieux gérer ces risques, le Groupe de la Banque mondiale soutiendra la mise en place de mécanismes de stabilisation et l’amélioration de la gestion des investissements publics dans le cadre de la nouvelle série d’opérations en faveur de politiques de développement.

    Situation sociale

    Avec un taux de pauvreté de 44,1% et un revenu moyen par habitant de 420 dollars, le Niger est l’une des nations les plus pauvres du monde. En 2016, il était avant dernier (187e sur 188 pays) du classement de l’indice de développement humain du Programme des Nations Unies pour le développement.

    En outre, le Niger accueille aujourd’hui plus de 300 00 réfugiés et déplacés fuyant les crises qui secouent ses voisins (Nigeria, Mali et Libye). Les camps de réfugiés se concentrent au Sud-Est dans la région de Diffa, et au Nord et au Nord-Ouest dans les régions de Tahoua et Tillaberi. Ces régions sont le théâtre d’une crise humanitaire majeure. Le gouvernement nigérien à adopter un plan d’urgence de 40 millions de dollars et a sollicité l’aide des partenaires au développement pour faire face aux besoins humanitaires immédiats.

    Le Groupe de la Banque mondiale met au point une opération destinée à alléger l’impact de cette crise humanitaire en faisant appel aux ressources non engagées de son portefeuille de projets au Niger.

    Dernière mise à jour: 06 nov. 2017

  • Alex van Trotsenburg, vice-président de la Banque mondiale pour le financement du développement, et Seydou Bouda, administrateur de la Banque mondiale en charge du Niger, se sont rendus au Niger en juin 2017 pour annoncer la mise en œuvre du programme IDA 18 qui octroie 1,2 milliards de dollars de financement au Niger.

    Le pays est en train de finaliser son plan de développement économique et social (PDES) pour la période 2017-2021. Son financement devrait être discuté en février 2018 à Paris, lors d’une table ronde organisée et financée par le Groupe de la Banque mondiale. 

    La Banque mondiale prépare un nouveau Cadre de partenariat pays (CPP) pour la période 2018-2021, qui entend relever les principaux défis identifiés dans le diagnostic de la situation économique et sociale du Niger (SCD en anglais). Ce cadre de partenariat se concentrera sur trois domaines d’intervention : le renforcement de la gouvernance, le développement du capital humain et de la protection sociale et le renforcement de la productivité rurale et des revenus.

    En 2018, le Niger bénéficiera également de deux guichets spéciaux de l’Association internationale de développement (IDA), un guichet spécialement dédié aux réfugiés et un guichet en faveur du secteur privé afin d’accroître les investissements du secteur privé avec le soutien de la Société financière Internationale (IFC).

    Dernière mise à jour: 06 nov. 2017

  • En juin 2017, le portefeuille de la Banque mondiale au Niger comprenait 18 projets représentant enveloppe globale de 1,5 milliard de dollars. Ces engagements se répartissent de la manière suivante : agriculture et environnement (25%) ; infrastructures (17%) ; eau, assainissement et protection contre les inondations (18%) ; santé, éducation et protection sociale (26%) ; énergie (7%), soutien au secteur privé (4%) et aux services publics (3%).

    Le Niger bénéficie en outre de cinq opérations régionales : le programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest, le programme de développement des ressources en eau et de gestion durable des écosystèmes dans le bassin du Niger, le projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel, le projet relatif à l’autonomisation des femmes et au dividende démographique au Sahel et le projet paludisme et maladies tropicales négligées au Sahel.

    Ces cinq opérations réunies représentent un total de 439 millions de dollars.

    Agriculture et adaptation au changement climatique

    En réponse à la crise d’août 2014 qui a frappé le secteur de l’élevage, trois projets de l’IDA ont permis d’apporter une réponse rapide. La 3e phase du Projet d’action communautaire a permis d’assurer :

    • la livraison de 1 394 tonnes de fourrage dans 29 districts, pour une enveloppe globale de 461 millions de francs CFA, à travers des sous-projets soumis par les districts ruraux touchés ;
    • la construction d’entrepôts dans ces districts ;

    Le Projet d’action communautaire pour la résilience au climat a permis d’organiser :

    • la livraison de 1 076 tonnes de fourrage à 5 380 bénéficiaires dans 11 districts touchés ;
    • un programme de transferts monétaires, lancé en août 2014, pour aider les éleveurs ayant perdu leurs troupeaux. Dans les 11 districts couverts, ce sont 106 millions de francs CFA qui ont été distribués à 1 320 ménages, soit une allocation de 80 000 francs CFA par famille.

    Le Projet de promotion des exportations agropastorales a permis de :

    • financer plus de 3 824 sous-projets dans les chaînes de production de l’oignon, du niébé et du cuir et des peaux, pour une enveloppe globale de 16 millions de dollars ;
    • structurer des chaînes de produits agricoles avec, à la clé, la création de 62 collèges agricoles régionaux réunissant plus de 2 000 acteurs ;
    • créer 13 sous-projets pour protéger les sites de production d’oignon et sécuriser plus de 1 340 hectares de cultures ;
    • atteindre 14 seuils de recharge des eaux souterraines, pour sécuriser 2 228 hectares de plantation.

    Filets de protection sociale

    Le Projet de filets de sécurité sociale au Niger rémunère les populations les plus pauvres et victimes d’insécurité alimentaire, en échange d’un travail d’intérêt collectif. Plusieurs résultats ont déjà été obtenus :

    • dans les 5 régions visées (Dosso, Maradi, Tahoua, Tillabéry et Zinder), 42 949 personnes ont bénéficié de transferts monétaires, pour une enveloppe globale de 6,7 millions de dollars ;
    • 502 groupes communautaires des zones ciblées ont été constitués et enregistrés, dont 82 se sont lancés dans des activités rémunératrices ;
    • 26 777 bénéficiaires du programme « argent contre travail » ont reçu au total 3,6 millions de dollars pour mettre en place des microprojets.

    Dernière mise à jour: 06 nov. 2017

  • Le Comité d’aide au développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (CAD/OCDE) assure la coordination globale des bailleurs, à travers le Groupe d’aide au développement (DAG). Coprésidé par le Groupe de la Banque mondiale et le PNUD, le DAG se réunit tous les mois. La Commission mixte de concertation État-bailleurs, rattachée au cabinet du Premier ministre, se réunit jusqu’à quatre fois par an, en fonction des urgences. 

    Dernière mise à jour: 06 nov. 2017

Api




GALERIE PHOTO

Plus de photos Arrow

ACTIONS

Image
30 oct. 2017

Africa's Pulse, No. 16, Octobre 2017

La dernière édition d’Africa’s Pulse, rapport semestriel de la Banque mondiale qui analyse l’état des économies africaines, consacre en ...

Image
07 juin 2017

Réfugiés : comment l’Afrique fait face

De nombreux pays africains, parfois très pauvres, s’attachent à intégrer durablement les réfugiés.

Image
30 oct. 2017

L’Association internationale de développement en Afrique

En attribuant près de 50% de ses ressources à 39 pays africains, l’IDA aide les pays les plus défavorisés de la planète.

Image
30 oct. 2017

Multimédia de la Banque mondiale Région Afrique

Consultez les dernières vidéos, audiodiffusions et galleries de photos qui reflètent le travail de la Banque mondiale en Afrique ...

Image
31 oct. 2017

Doing Business au Niger (a)

Le rapport « Doing Business » évalue la règlementation des affaires dans le monde. Découvrez le classement de votre pays.

Autres ressources:

Coordonnées du bureau-pays

Niamey
Hamsatou Diallo Barke
Adjointe de direction
187, Rue des Dallols
B.P: 12402
Niamey, Niger
Hbarke@worldbank.org
Washington
Michael Hamaide
Coordinateur de programme
1818 H Street, NW
Washington, DC 20433
+1-202-473-3933
Mhamaide@worldbank.org