COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Le président de la Banque mondiale fait savoir que l’assainissement est une priorité pour mettre fin à la pauvreté

11 avril 2014


M. Kim exhorte les dirigeants mondiaux à combattre la pauvreté en élargissant
l’accès à des services d’assainissement améliorés 

Washington, 11 avril 2014 – Lors d’une réunion de ministres internationaux en charge des finances, de l’eau et de l’assainissement, le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, a appelé les dirigeants mondiaux à prendre des mesures urgentes pour assurer l’accès aux services d’assainissement de base à leurs citoyens, ce qui contribuera à la lutte contre la pauvreté. Ces remarques ont été prononcées en prélude aux Réunions de printemps du FMI et du Groupe de la Banque mondiale.

« Nous sommes ici aujourd’hui pour empêcher le décès inutile de millions de personnes – des enfants pauvres pour la plupart – faute d’accès à des services d’assainissement », a déclaré Kim.

On estime à 2,5 milliards le nombre de personnes n’ayant pas accès à des toilettes qui fonctionnent ou à des installations sanitaires permettant d’éliminer les excréments humains. Un milliard de ces personnes pratiquent la défécation à l’air libre, à proximité de cours d’eau et de champs, propageant des germes issus de déchets humains par les aliments, l’eau et le lavage de linge. Les maladies diarrhéiques qui en résultent entraînent le décès de milliers d’enfants chaque jour et d’innombrables autres effets négatifs, comme le retard de croissance chez les enfants. Les effets économiques de la morbidité et les pertes sur le plan sanitaire, environnemental et industriel sont également stupéfiants. Et, bien que près de 1,9 milliard de personnes aient pu avoir accès à des toilettes ou à des latrines depuis 1990, l’assainissement reste l’un des Objectifs du Millénaire pour le développement les plus mal engagés à l’échelle mondiale.

M. Kim a indiqué que le Groupe de la Banque mondiale ne peut pas atteindre ses objectifs – mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030 et promouvoir une prospérité partagée pour les 40 % les plus pauvres– sans régler le problème de l’assainissement, qui est directement lié à la pauvreté.

« Le Groupe de la Banque mondiale est déterminé à s’acquitter de son devoir, sur le plan du financement comme de l’amélioration de la prestation de services », a-t-il précisé. Et d’ajouter : « le nouveau premier responsable de notre pôle de pratique sur l’eau, Junaid Ahmed, collaborera avec les ministres en charge des finances et tous les autres acteurs concernés afin d’élaborer un plan permettant au monde entier de mettre durablement l’accent sur l’assainissement et l’eau pour tous et de s’engager en faveur de cette cause. Nous nous associerons aux ministres en charge de l’éducation pour mettre en place des installations sanitaires dans chaque école ; aux ministres responsables de la santé pour intégrer l’assainissement aux programmes de santé et de nutrition ; et aux ministres chargés de l’agriculture, de l’environnement et de l’urbanisme pour incorporer l’assainissement de base dans leurs plans et programmes ciblant les pauvres ».

M. Kim a déclaré que le Groupe de la Banque mondiale allait renforcer son rôle dans la production et le partage des connaissances, travaillant en collaboration avec des partenaires des secteurs public et privé et avec la société civile. Il a ajouté que l’expérience d’ONG comme BRAC au Bangladesh et Kenya Water for Health Organization peut être riche d’enseignements.

M. Kim a par ailleurs rappelé que l’Organisation des Nations Unies a jeté les bases d’une action de sensibilisation de l’opinion mondiale et a fixé des objectifs autour de cet enjeu crucial. Il a fait savoir que l’ONU et le Groupe de la Banque mondiale uniront leurs forces et harmoniseront leurs interventions avec celles d’organisations telles que WaterAid, Toilet Hackers, Global Poverty Project et ONE DROP.

M. Kim a ajouté que le Groupe de la Banque mondiale élargira la palette d’acteurs avec lesquels il travaille, en y incluant les dirigeants du secteur privé désireux de comprendre le rôle qui est le leur dans la science de la prestation de services. Le Groupe de la Banque mondiale a déjà engagé des discussions avec des entreprises sur la façon dont les financements et les connaissances du secteur privé peuvent être mis à contribution pour améliorer l’assainissement.

Au cours des sept dernières années, le Groupe de la Banque mondiale a consenti des engagements de plus de 3 milliards de dollars en moyenne par an au titre de services d’eau et d’assainissement. Il est la première source multilatérale de financement dans ce domaine.


En savoir plus sur les actualités du Groupe de la Banque mondiale :
Retrouvez-nous sur Facebook : http://www.facebook.com/banquemondiale
Restez informés sur Twitter : http://www.twitter.com/banquemondiale
Notre chaîne YouTube (a) : http://www.youtube.com/watersanitation

Contacts médias
À Washington
Christopher Walsh
Téléphone : (202) 473-4594
cwalsh@worldbank.org
Sheryl Silverman
Téléphone : (202) 473-3297
ssilverman@worldbank.org
Radio et télévision
Mehreen Sheikh
Téléphone : (202) 458-7336
msheikh1@worldbank.org


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2014/437/SDN

Api
Api