ARTICLE 30 juillet 2017

Bangladesh : en accédant à des ressources fiables, les candidats à l’émigration peuvent rêver d’une vie meilleure

Image

Le projet pour une migration sûre des travailleurs bangladais entend améliorer l’accès à des formations, des informations et des services fiables pour les travailleurs migrants jeunes, vulnérables et peu qualifiés, afin que leur départ se fasse dans de meilleures conditions.


LES POINTS MARQUANTS

  • Véritable pilier de l’économie du Bangladesh, l’émigration reste un parcours semé d’embûches pour les candidats au départ, souvent sans qualifications ou peu instruits.
  • Le projet pour une migration sûre des travailleurs bangladais a aidé les migrants et leurs familles à accéder à des informations fiables pour leur garantir un maximum de sécurité.
  • En s’appuyant sur les organisations communautaires, le projet a touché plus d’un million de migrants potentiels dans 80 sous-districts.


Si vous embarquez à l’aéroport international Shah Jalal de Dhaka, vous remarquerez forcément ces files de jeunes gens, avec parfois quelques visages féminins, inquiets, aux aguets, en uniforme et faisant la queue à côté de leurs bagages pour ce qui est probablement leur premier voyage à l’étranger.

Sans parler de ces scènes poignantes d’enfants s’agrippant à leur père, de mères en larmes ou de villageois venus en nombre accompagner un de leurs proches. Partir à l’étranger sans être assuré de revenir chez soi est incontestablement une épreuve.

Pour ces travailleurs migrants, les enjeux sont considérables. Ne serait-ce que parce qu’ils laissent leurs familles et leurs enfants sans soutien dans une société éminemment masculine.

L’émigration continue cependant de jouer un rôle central dans l’économie bangladaise

En 2015, 500 000 Bangladais sont partis travailler à l’étranger, venant s’ajouter aux 9 millions de migrants ayant déjà franchi le pas, dont beaucoup depuis les années 70.

Pour la seule année 2016, les transferts de fonds de ces émigrés ont frôlé la barre des 15 milliards de dollars ce qui, sur une moyenne de cinq ans, représente environ 9 % du PIB du pays. Enfin, l’émigration soulage la pression sur l’économie nationale en absorbant pratiquement 500 000 travailleurs chaque année.

Les défis

Pour autant, plus de la moitié des travailleurs migrants bangladais continuent d’être peu qualifiés, ce qui complique singulièrement la donne. Peu instruits et mal informés, les candidats au départ peuvent être aveuglés par leur désir desespéré de s’extraire de la pauvreté et renoncer à recourir à des services fiables et des canaux sûrs pour émigrer.

Seuls 10 % des travailleurs migrants du pays empruntent des dispositifs formels. Dans leur grande majorité, les autres tombent souvent aux mains d’intermédiaires véreux et d’employeurs peu scrupuleux, sacrifiant au passage les économies de toute une vie et les biens accumulés peu à peu. Harcelés ou exploités, ils peuvent aussi se retrouver emprisonnés.

Aider les migrants et leurs familles

Le projet pour une migration sûre des travailleurs bangladais entend améliorer l’accès à des formations, des informations et des services fiables pour permettre aux travailleurs migrants jeunes, vulnérables et peu qualifiés de partir dans de meilleures conditions.

Mis en œuvre par le BRAC, financé par le Fonds japonais pour le développement social (JSDF) et administré par la Banque mondiale, le projet soutient des organisations communautaires choisies et des ONG partenaires pour tester à titre pilote un ensemble de services et d’aides déployés dans 80 upazilas de 20 districts du pays

En amont, lors d’ateliers de sensibilisation organisés dans les cours des habitations et dans les écoles, à travers des activités d’info-divertissement et via les radios locales, les organisations communautaires fournissent des informations aux familles afin que la migration se passe dans les meilleures conditions . Elles aident par ailleurs les migrants et leurs familles à remplir les dossiers de candidature et les documents requis pour obtenir des permis de travail, des contrats d’emploi et les autorisations nécessaires auprès des pays d’accueil.

Sur les 77 organisations communautaires et ONG partenaires intervenant avec le BRAC pour mettre en œuvre le projet, huit ont obtenu des subventions à l’innovation. Il s’agit de concevoir des séances de sensibilisation à la migration sans risque peu coûteuses et efficaces, d’œuvrer pour l’émancipation et la migration des femmes, d’améliorer les compétences des travailleurs et d’offrir des services d’arbitrage en cas de fraude.


  • 57 % des candidats à l’émigration soutenus dans le cadre du projet ont été informés des documents à réunir pour une migration sûre.
  • 33 % des migrants potentiels ne sont pas parvenus à quitter le pays.
  • Plus d’un million de personnes, candidats à l’émigration et membres de leur famille, ont bénéficié d’activités d’info-divertissement (représentations théâtrales interactives, vidéo-projections, sessions dans les cours des habitations, etc.).
  • Environ 30 000 candidats à la migration ont accédé à des services d’orientation et de formation bien en amont.

 

Les prochaines étapes

Le projet pour une migration sûre des travailleurs bangladais a démontré la viabilité d’un partenariat entre organisations communautaires et autorités locales pour offrir durablement des services utiles aux candidats à la migration. Les modèles innovants ainsi mis en place et les enseignements obtenus pourront être reproduits et déployés à grande échelle, et étayer les discussions entre la Banque mondiale, le BRAC et le gouvernement du Bangladesh pour de possibles projets ultérieurs.


Informations générales

Date d’approbation

21 juin 2013

Date de clôture

21 juin 2017

Montant total engagé

2,58 millions de dollars

Organisme d’exécution

BRAC

 



Api
Api