Cette page en :

ARTICLE

Au Bangladesh, les efforts de marketing généralisent l’installation de toilettes à moindre coût

08 avril 2014

Au cours des dix dernières années, le Bangladesh est devenu une référence mondiale dans l’expérimentation et la mise en œuvre d’approches innovantes en faveur de l’assainissement en zones rurales. Voir la galerie photos 

LES POINTS MARQUANTS
  • Au Bangladesh, alors que 90 millions de personnes ne pratiquent plus la défécation à l’air libre, les maladies diarrhéiques restent la 2ème cause de mortalité des plus jeunes, d’où un besoin urgent de latrines propres à moindre coût.
  • Un programme sensibilise des entrepreneurs, les forme à la construction de latrines et leur apprend à conjuguer différentes approches marketing pour stimuler l’offre et la demande d’installations sanitaires parmi les populations défavorisées du Bangladesh.
  • Ce programme a fait éclore une nouvelle génération d’entrepreneurs spécialisés dans la fourniture de produits et de prestations de première nécessité pour des clients désargentés.

Mostafa Golam et sa famille ont longtemps vécu avec des latrines rudimentaires. Ce propriétaire d’une petite presse typographique dans la ville de Jamalpur avait déjà songé à moderniser les toilettes familiales, notamment pour le bien-être de son épouse et de sa petite fille, mais cela ne lui était pas apparu comme une nécessité. Par ailleurs, il n’avait pas les moyens d’avancer les quelque 83 dollars nécessaires à l’installation de nouveaux sanitaires.

Puis, un jour, Mostafa a fait la connaissance d’un entrepreneur local, Hafiz Rahman, qui l’a convaincu de se faire construire des latrines perfectionnées à double fosse déportée et assorties d’un point d’eau pour se laver les mains.

Hafiz est l’un des quelque 200 entrepreneurs au Bangladesh qui ont reçu une formation spécialisée dans le cadre d’un programme de sensibilisation à l’assainissement, financé notamment par le Programme eau et assainissement (WSP) de la Banque mondiale.

Sous l’égide de ce programme, des entrepreneurs comme Hafiz ont appris à construire des latrines hygiéniques, à veiller à leur entretien et, surtout, à maîtriser des approches de marketing social et des techniques commerciales pour stimuler la demande au sein et au bénéfice des populations pauvres. L’objectif de cette formation : mettre en avant les avantages de latrines modernes et offrir un choix de produits et d’options de paiement qui permettent de diffuser auprès des habitants tout un éventail de solutions d’assainissement à moindre coût.

Au Bangladesh, alors que 90 millions de personnes ne pratiquent plus la défécation à l’air libre, les maladies diarrhéiques constituent toujours la deuxième plus grande cause de mortalité infantile et juvénile. Il apparaît donc indispensable de généraliser des solutions d’assainissement de meilleure qualité. De nombreux foyers en zones rurales ont recours à des latrines à fosse qui ne comportent pas de siphon. Celles-ci sont particulièrement vulnérables aux inondations et aux tempêtes qui les détruisent et les font déborder, contribuant à la propagation de maladies.

Open Quotes

Mon épouse et ma fille apprécient la sécurité des nouvelles toilettes. Moi-même je comprends désormais les avantages d’une installation de qualité, notamment sur le plan du confort. Close Quotes

Mostafa Golam
Bénéficiaire

Lorsqu’ils se sont rencontrés, Hafiz a expliqué à Mostafa pourquoi il était important de disposer de sanitaires avec une superstructure robuste et d’un point d’eau pour se laver les mains. Après lui avoir présenté les avantages du système, il lui a proposé une option de « location-vente », pour régler son achat en 10 mensualités. Les voisins de Mostafa n’ont pas tardé à suivre son exemple. Aujourd’hui, on ne trouve plus une seule latrine à fosse dans la localité.

« Mon épouse et ma fille apprécient la sécurité des nouvelles toilettes. Moi-même je comprends désormais les avantages d’une installation de qualité, notamment sur le plan du confort », confie le père de famille.

Après sa formation, Hafiz a organisé une campagne de sensibilisation dans les villages voisins, dans l’espoir de motiver les habitants à installer des latrines hygiéniques. Accompagné par sa femme, Salma Begum, il a conduit des séances destinées à faire naître une demande chez les participants en promouvant les avantages offerts par des installations propres et améliorées, photos et prix des différents modèles à l’appui. D’emblée convaincus, de nombreux participants ont approché le couple pour prendre commande.

Comme l’illustre l’exemple d’Hafiz, les formations permettent aux entrepreneurs de fournir des produits et des services d’assainissement en fonction de la demande. L’objectif est d’éclairer les consommateurs et de leur offrir un choix d’options de toilettes à un coût abordable. Le programme a ainsi fait évoluer les pratiques d’assainissement et permis aux pauvres de s’offrir des sanitaires grâce au système de location-vente.

Dans la même localité, Laila Begum et sa famille avaient pour habitude d’utiliser les latrines du voisin. Hafiz a proposé à Laila de construire des toilettes pour un coût de 100 dollars, et d’en échelonner le paiement. Après le versement d’une avance, Laila a réglé le montant restant sous la forme de versements hebdomadaires. Son constat une fois les latrines construites : « Cet investissement s’est avéré plus fructueux que ce que j’aurais pu gagner en investissant plutôt dans ma petite affaire de couture. J’ai même gagné en prestige social depuis la construction de ces latrines perfectionnées et soignées. Et, ce qui est le plus important, je me sens en sécurité maintenant. Hafiz m’a vraiment ouvert les yeux. »

Et comme le coût d’une installation à 100 dollars demeure prohibitif pour certaines familles, le programme poursuit sa collaboration avec des réseaux d’entrepreneurs et des sociétés privées afin de faire baisser toujours plus le prix de ces installations améliorées en innovant dans la conception des produits, leur fabrication et leur distribution.