Cette page en :

ARTICLE

Mali : le programme « arbre de l’espoir » procure une aide d’urgence aux populations dans le besoin

09 septembre 2013

LES POINTS MARQUANTS
  • Alors que le Mali entame sa reconstruction, un programme d’aide sociale d’urgence a été mis en place afin d’aider les foyers les plus démunis
  • 62 000 ménages recevront une allocation mensuelle de 20 dollars EU pour subvenir à leurs besoins les plus pressants
  • Baptisé « Jigiséméjiri », ou arbre de l’espoir, ce programme sera financé par un don de la Banque mondiale de 70 millions de dollars.

Bamako, le 9 septembre 2013 – Au Mali, 62 000 ménages vont recevoir une allocation mensuelle de 10 000 FCFA (20 dollars environ) pendant trois années consécutives dans le cadre d’un programme d’aide sociale d’urgence dénommé Jigiséméjiri ou « arbre de l’espoir » en langue bambara.

Financé par l’Association internationale de développement (IDA), le fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres, à travers un don de 70 millions de dollars EU, « Jigiséméjiri » fournira une assistance financière indispensable aux ménages les plus démunis, le Mali se relevant tout juste d’une grave crise politique et sécuritaire.

« Le Mali vient de se doter d’un nouveau gouvernement et s’engage sur la voie de la reconstruction. Dans ce contexte, le projet ‘arbre de l’espoir’ permettra aux familles les plus vulnérables d’avoir de quoi survivre alors que le pays rebâtit son économie”,  déclare Ousmane Diagana, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le  Mali. « La crise a créé des défis nouveaux, aussi bien dans le nord que dans le sud du pays. Dans ce contexte, nous nous sommes fixés pour priorité de soutenir le Mali à travers des programmes qui facilitent l’accès des populations les plus affectées aux services de base».

Avec un taux de pauvreté d’environ 40 %, la majorité de la population malienne reste dans une situation précaire. La sécheresse de 2011 et l’instabilité politique de 2012 ont sensiblement aggravé l’insécurité alimentaire dans la région. Et la prévalence de la malnutrition infantile risque d’avoir des conséquences dramatiques à long terme pour toute une génération. Selon les données de 2012, rien que dans les provinces du sud, quelque 240 000 enfants âgés de six à 59 mois (soit 10 % environ de ce groupe d’âge) sont dans un état de malnutrition grave.

Vers une protection sociale pour tous ?

Le programme « arbre de l’espoir » s’adresse initialement aux foyers vulnérables dans le sud du pays — dans les régions de Sikasso (Sud), Ségou, Mopti (Centre), Koulikoro et Kayes (Ouest) , et le district de Bamako — qui ont dû faire face à un afflux de réfugiés venus du nord.  « Une fois que la situation sera stabilisée dans le nord du Mali (région à l’épicentre de la crise de 2012-2013), le projet pourra être progressivement étendu au reste du pays grâce à de nouveaux apports de fonds du gouvernement et des partenaires de développement », précise Ousmane Diagana.

Pour faciliter l’implémentation du projet, des mécanismes seront mis en place tels qu’une méthode d'identification des bénéficiaires, l’établissement d'un registre, d’un système de paiement,  de modalités de suivi, etc...  Jigiséméjiri ambitionne en effet de poser les jalons d’un système national de filets sociaux conforme au plan d'action national du gouvernement pour l’extension de la protection sociale (PAN/EPS).

« Bien qu’il apporte une aide d’urgence, ce filet de protection sociale s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de réduction de la pauvreté à long terme car il vient en aide aux ménages vulnérables qui ont un besoin urgent d’assistance, tout en jetant les bases d’un système national de protection sociale qui aidera à mieux résister aux chocs futurs », explique Philippe Auffret, responsable du projet à la Banque mondiale. « L’expérience d’autres pays de la région comme le Rwanda, le Niger, le Ghana et la Tanzanie montre que les filets de protection sociale sont un moyen efficace et abordable de faire des progrès rapides et sans précédent dans la lutte contre la pauvreté en Afrique subsaharienne», a-t-il ajouté.

Le logo du projet illustre à lui seul les ambitions du gouvernement en matière de protection sociale. Composé d’un baobab, arbre doté d’une longévité exceptionnelle, le logo est agrémenté d’étoiles qui apportent une lueur d’espoir aux personnages (deux adultes et deux enfants) figurant en premier plan. L’arbre de l’espoir est un abri robuste…