Skip to Main Navigation

Vue d'ensemble

Face à une fragilité accrue, à une pression extrême sur les ressources et à l'évolution rapide des besoins en matière de prestation de services à grande échelle, la capacité des gouvernements à répondre aux enjeux de la gouvernance, en particulier dans le contexte de la pandémie de COVID-19, n’a jamais autant été mise à l’épreuve. La gouvernance du secteur public et la lutte contre la corruption continuent de figurer en bonne place parmi les grandes priorités de développement. À mesure que la crise de la COVID se résorbera, les gouvernements se concentreront sur la phase de redressement et envisageront, en temps voulu, des réformes visant à rendre leur action et leur prestation de services plus résilientes. La pandémie a mis en évidence les bienfaits d'une fonction publique plus forte, plus souple et plus réactive, capable d'intégrer la gestion des risques et de disposer de réserves en cas d'urgence. Les leçons qui se dégagent des interventions immédiates soulignent la nécessité d'adapter les modèles de fonctionnement, de prestation de services et d'interaction des pouvoirs publics avec les citoyens, ce qui inclut les possibilités offertes par les nouvelles technologies (la « GovTech ») pour moderniser les services aux particuliers et aux entreprises.

Le pôle mondial d’expertise en Gouvernance aide les pays à se doter d’institutions compétentes, efficaces, ouvertes, inclusives et responsables. Essentielle pour sous-tendre une croissance durable, la bonne gouvernance est au cœur du double objectif de la Banque mondiale : mettre fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée. La capacité des États à fournir efficacement des biens publics, à soutenir un environnement propice à la création d'emplois et à la croissance, à remédier aux défaillances du marché et à associer la population au processus est aujourd'hui plus importante que jamais. Les pays dotés d’institutions solides sont plus résilients et mieux à même de faciliter l’essor du secteur privé, de réduire la pauvreté et d’offrir des services de qualité suscitant la confiance des citoyens.

Le thème particulier « Gouvernance et institutions » d’IDA-18 et d’IDA-19 souligne l’importance de ces questions pour obtenir des résultats concrets de développement sur le terrain. Les engagements stratégiques de l’IDA impulsent des changements sur la base de mesures politiques quantifiables. Pour les pays les plus fragiles du monde qui seront probablement les plus durement touchés par la pandémie de COVID-19, le renforcement des institutions et l’amélioration de la gouvernance sont deux facteurs critiques. Une mise en œuvre plus efficace des politiques, une meilleure gestion des ressources, une offre de services renforcée, mais également l’ouverture et la transparence renforcent la résilience des institutions des pays IDA pour faire face à la pandémie et se redresser une fois la crise passée. Les 12 engagements stratégiques énoncés par la Banque mondiale au titre du thème « Gouvernance et institutions » d’IDA-19 visent à promouvoir des pratiques de financement durables, à maximiser l'impact de la prestation des services publics, à renforcer la confiance dans les institutions et à améliorer les données et les analyses. L'ensemble des engagements répond aux priorités mondiales tout en s'appuyant sur les bases mises en place lors du précédent cycle de l'IDA.

Publications récentes

Contact

Lara Saade
Washington, Etats-Unis