Projets & opérations

Cette page en :

Produits et services

À LA UNE
      En bref


      Face aux défis du développement, le Groupe de la Banque mondiale propose une vaste gamme de solutions conçues pour aider les États à réduire la pauvreté et à favoriser la prospérité. Ces solutions comprennent:


      Instruments financiers

      Instruments financiers

      • Les financements de projets d’investissement consistent en des prêts de la BIRD, des crédits/dons de l’IDA ou des garanties consentis aux États pour qu’ils mettent en œuvre des activités qui créeront les infrastructures physiques et sociales nécessaires pour réduire la pauvreté et instaurer un développement durable.
      • Les financements à l’appui de politiques de développement, alloués sous la forme de prêts de la BIRD, de crédits/dons de l’IDA ou de garanties, fournissent aux États ou à leurs subdivisions un appui budgétaire destiné à des programmes de mesures politiques ou institutionnelles qui contribuent à une croissance durable et partagée ainsi qu’à la réduction de la pauvreté.
      • Les financements relevant du Programme pour les résultats (a) conditionnent directement le décaissement des fonds à l’obtention de résultats préétablis et, en renforçant les institutions et les capacités, ils aident les pays à améliorer la conception et l’exécution de leurs propres programmes de développement et à obtenir des résultats durables. 
      • Les fonds fiduciaires et les dons (a) permettent au Groupe de la Banque mondiale de déployer des activités à une échelle élargie, principalement dans les contextes fragiles et les situations de crise ; de fournir un appui dans les cas où les possibilités de prêt sont réduites ; d’apporter une aide immédiate en cas de catastrophe naturelle et autres situations d’urgence ; et d’expérimenter des innovations qui seront par la suite intégrées à ses opérations. 
      • Les options destinées au secteur privé, sous la forme de financements, d’investissements directs et de garanties sont du ressort de la MIGA et de l’IFC.
      • Options personnalisées et gestion des risques (a)


      Les financements de projets d’investissement sont utilisés dans tous les secteurs, mais plus particulièrement dans l’infrastructure, le développement humain, l’agriculture et l’administration publique. Ils ont un horizon à long terme (de 5 à 10 ans) et viennent soutenir une vaste gamme d’activités : investissements capitalistiques, développement agricole, prestation de services publics, octroi de crédits et subventions (microfinancements notamment), développement piloté par les communautés et renforcement des institutions.

      Contrairement aux prêts alloués à des conditions commerciales, cet instrument ne fournit pas seulement aux pays emprunteurs les financements dont ils ont besoin : c’est aussi un support de transfert des savoirs et d’assistance technique. Cette fonction inclut l’aide aux travaux de conception et d’analyse dans la phase d’élaboration du projet, une expertise et un soutien techniques au moment de son exécution (y compris au niveau de la gestion du projet et des activités de sauvegarde et de nature fiduciaire) et, enfin, un renforcement des institutions tout au long du projet.

      Examens et réformes

      2013 (a): cette réforme a clarifié les processus, conféré davantage de souplesse aux emprunteurs et renforcé l’efficacité des financements de même que leur impact sur le développement. Le point sur les changements (a)

      Ressources

      Notes d’orientation


      Les opérations à l’appui de politiques de développement fournissent une aide à décaissement rapide permettant aux pays de financer leurs projets de développement en cours ou prévus. Leur objectif est d’aider l’emprunteur à atteindre un développement durable par le biais d’un programme de mesures politiques et institutionnelles ; il peut s’agir par exemple de renforcer la gestion des finances publiques, d’agir sur le climat de l’investissement, d’améliorer le fonctionnement des services publics ou de diversifier l’économie. Ces opérations consistent en un soutien budgétaire d’ordre général et sans affectation spécifique, qui est soumis aux procédures et systèmes d’exécution de l’emprunteur. La Banque y a recours dans le cadre des stratégies d’aide (a) adoptées pour chaque pays.

      Cet instrument financier met en exergue l’adhésion des pays bénéficiaires et l’alignement de l’aide sur leurs objectifs, la consultation des parties prenantes, la coordination des bailleurs de fonds et l’importance des résultats ; il exige un examen systématique des risques fiduciaires de même qu’une analyse des conséquences éventuelles des politiques soutenues sur l’environnement et la répartition des revenus. Les opérations à l’appui de politiques de développement peuvent être consenties sous la forme de prêts, de crédits ou de dons. Comme conditions au décaissement des fonds, le client doit:

      - mettre en place un cadre de politique macroéconomique adapté, tel que défini par la Banque à l’aide des évaluations du FMI;
      - exécuter l’ensemble du programme de réformes de manière satisfaisante;
      - accomplir les principales réformes politiques et institutionnelles ayant été convenues avec la Banque.


      Examens et réformes

      2012 (a) : cette réforme a introduit un cadre uniforme pour toutes les opérations à l’appui de politiques de développement tout en permettant une adaptation de la conception et du contenu des opérations au contexte du pays concerné.

      Examen du recours aux prêts à l’appui de politiques de développement: Rétrospectives 2012 (a), 2009 (a)
      et 2001 (a)

      Ressources:  

      Services

      Services



       Assistance technique – Le Groupe de la Banque mondiale offre des conseils techniques à l’appui des réformes nécessaires pour atteindre les objectifs de développement d’un pays, soit notamment dans les domaines du droit, de la gestion et de la gouvernance. Ses connaissances et compétences diversifiées aident les pays à mettre en place les institutions publiques fiables et efficaces qui permettront de poursuivre un développement dont les citoyens bénéficieront à long terme. À cette fin, son personnel fournit des conseils et aide les gouvernements à élaborer des projets de lois, des plans pour développer les institutions, des stratégies nationales, des plans d’action, etc. Il peut également aider les gouvernements à élaborer et/ou mettre en place des politiques et des programmes nouveaux.

      Services de conseil remboursables – Quand elle n’est pas en mesure de financer l’intégralité d’une activité dans le cadre du budget existant, la Banque mondiale peut, à la demande d’un pays client, lui fournir des services de conseil remboursables. Cet instrument recouvre les services intellectuels et de conseil classiques ainsi que des services relevant des capacités de rassemblement de la Banque. Sous réserve de l’application des mesures de sauvegarde et de gestion du risque appropriées, la Banque peut fournir une assistance technique pour des services se rapportant à l’élaboration et la mise en œuvre des projets, à l’exception des services de conseil directement liés au dossier technique ou d’exécution. En Europe et Asie centrale (a)

      Études économiques et sectorielles – En collaboration avec ses pays clients et ses partenaires au développement, le personnel de la Banque recueille et évalue les informations liées à la situation économique d’un pays, à ses institutions ou encore à ses systèmes de services sociaux (données, politiques et statistiques). Ces éléments d’analyse servent de point de départ à des discussions avec les pays emprunteurs concernant les stratégies à adopter ; ils contribuent également à enrichir les capacités et les connaissances d’un pays. Les études et rapports d’analyse aident la Banque à mieux accompagner les pays dans la planification et la mise en œuvre de programmes et de projets de développement efficaces.

      Coordination de l’aide des bailleurs de fonds – Le Groupe de la Banque mondiale peut, à l’occasion, assurer la coordination d’une interaction régulière et organisée des donateurs (États, organismes d’aide, organisations humanitaires, fondations, banques de développement). Les activités concernées vont du simple échange d’informations et d'idées à une programmation conjointe d’une stratégie dans un pays ou une région, en passant par le cofinancement d’un projet particulier. Cette fonction de coordination concerne également la préparation d’événements visant à renforcer la coordination des donateurs, comme des réunions de groupes consultatifs (réunions organisées entre plusieurs partenaires) portant sur un thème ou un pays particulier. En savoir plus sur les partenariats