COMMUNIQUÉS DE PRESSE 30 août 2018

La Banque mondiale soutient les réformes entreprises par Madagascar en faveur d’une croissance plus inclusive et résiliente

WASHINGTON, 30 août 2018 – La Banque mondiale a approuvé un don de l’Association internationale de développement (IDA)* d’un montant de 60 millions de dollars pour aider Madagascar à renforcer la capacité des ménages vulnérables à faire face aux chocs et favoriser le développement d’opportunités économiques dans les zones rurales. Cette opération est la seconde d’un programme multisectoriel, débuté en 2017 et axé sur la promotion d’une croissance inclusive et résiliente à Madagascar.

La croissance économique de Madagascar devrait s’établir à 5 % en 2018, confirmant la tendance positive observée ces dernières années. Elle a été largement tirée par le secteur tertiaire et par un secteur privé modeste mais dynamique. Par ailleurs, les exportations de biens et services malgaches issues des zones franches économiques enregistrent de bonnes performances. L'augmentation continue des investissements publics contribue également au développement du secteur de la construction dans les zones urbaines. Par conséquent  cette bonne performance profite largement à la population urbaine, tandis que la population rurale continue de travailler dans le secteur agricole dont la faible productivité contribue peu au relèvement de l’économie.

« Ce programme aide Madagascar à résoudre l’un de ses principaux défis actuels : faire en sorte que les bons résultats macroéconomiques améliorent aussi le quotidien des plus vulnérables, souligne Coralie Gevers, responsable des opérations de la Banque mondiale pour Madagascar. Face aux nombreux chocs que connaît le pays, la lutte contre la pauvreté implique de renforcer les sources de revenus des familles modestes afin qu’elles puissent être plus résilientes. Promouvoir une croissance inclusive est également essentiel pour offrir à ces familles les opportunités économiques, agricoles et non-agricoles, dont elles ont besoin pour sortir de la pauvreté. »

Les réformes soutenues par ce second programme viennent consolider les acquis de la première opération, et continuent de soutenir les réformes dans les domaines de l’état civil, de la protection sociale et de l’inclusion financière, premières étapes pour améliorer la résilience des individus et ménages modestes. Ce programme continue également d’appuyer les réformes du régime foncier, des transferts aux collectivités locales, de l’entretien des routes et de l’énergie afin de permettre aux communautés rurales de développer des activités économiques de plus grande envergure et créer davantage d’opportunités d’emploi.

* L’Association internationale de développement (IDA), une institution de la Banque mondiale fondée en 1960, accorde des dons et des crédits sans intérêts aux pays les plus pauvres afin de les aider à mettre en œuvre des projets et des programmes qui stimulent la croissance économique, contribuent à la réduction de la pauvreté et améliorent les conditions de vie des pauvres. L’IDA est l’un des principaux bailleurs d’aide aux 75 pays les plus déshérités du monde, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA bénéficient concrètement à 1,5 milliard de personnes. Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités dans 113 pays. Le volume annuel de ses engagements a représenté en moyenne 18 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 54 % de ce montant environ étant destiné à l’Afrique.

 


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2019/004/AFR

Contacts

Madagascar
Dia Styvanley
+261 32 05 001 27
dstyvanley@worldbank.org
Washington
Ekaterina Svirina
+1-202-458-1042
esvirina@worldbank.org
Api
Api