COMMUNIQUÉS DE PRESSE 26 mars 2018

Île Maurice : combattre les inégalités en créant des marchés de l’emploi plus équitables

PORT LOUIS, 26 mars 2018 – L’Île Maurice est souvent citée comme un exemple de réussite en Afrique du fait de sa remarquable croissance économique enregistrée ces dix dernières années. Cependant, cette période a également été marquée par une faible redistribution de cette prospérité et une hausse des inégalités. Selon le récent rapport de la Banque mondiale, l’écart entre les revenus des 10 % des ménages les plus pauvres et les plus riches s’est creusé pour atteindre 37 % de 2001 à 2015.

Le rapport, intitulé « Île Maurice : combattre les inégalités en créant des marchés du travail plus équitables » (Mauritius: Addressing Inequality through More Equitable Labor Markets), examine les causes de l’augmentation des inégalités de revenus et identifie les moyens d’action politiques susceptibles d'atténuer et, à long terme, d'inverser ces tendances à la hausse, consolider les progrès récents, et permettre à l’Île Maurice d’accéder durablement au statut de pays à revenu élevé.

Même si les efforts entrepris par le gouvernement pour redistribuer les bénéfices de la croissance à travers le système de protection sociale ont permis de compenser la forte hausse des inégalités de revenus salariaux des ménages, d’autres mesures s’imposent. Le rapport indique que le facteur le plus important à l’origine de cette tendance est l'inégalité des revenus personnels.

« La hausse rapide des inégalités de revenus peut s’expliquer par la pénurie de compétences découlant des changements structurels qui ont eu lieu à l’Île Maurice au cours des dix dernières années », explique Marco Ranzani, économiste au pôle Pauvreté de la Banque mondiale. « L’économie a connu une transition progressive des secteurs traditionnels, employeurs d’une main-d’œuvre peu qualifiée, vers le secteur des services, notamment les services professionnels, immobiliers et financiers. Cette évolution a entraîné une demande beaucoup plus importante de travailleurs qualifiés, que le marché de l’offre n’a pas réussi à satisfaire, malgré les progrès considérables réalisés en matière d’instruction. »

Outre les forces du marché, le système complexe des décrets relatifs à la rémunération a modérément contribué à la hausse des inégalités de salaire. Les décrets relatifs à la rémunération (DR) sont des directives du Conseil national chargé de la rémunération qui fixent la grille des salaires et les conditions de travail des employés exerçant dans le secteur privé.

Ce rapport pointe également des disparités hommes-femmes en termes d’accès au marché du travail, les femmes ayant toujours du mal à accéder au marché. Bien que la part de la main-d’œuvre féminine ait augmenté de façon stable pendant ces dix dernières années, pour atteindre 57 % en 2015, l’écart entre les hommes et les femmes demeure toujours important, avec une différence impressionnante de 32 points de pourcentage. Par ailleurs, les femmes exerçant dans le secteur privé touchent en moyenne un salaire horaire 30 % inférieur à celui des hommes.

Enfin, au-delà de la pénurie de compétences, le marché du travail mauricien est de plus en plus confronté au chômage des jeunes très qualifiés et à une inadéquation entre le niveau de formation et les compétences exigées par les employeurs, notamment chez les jeunes. L’indicateur de l’inadéquation des compétences mesure le degré de décalage entre la formation reçue par les travailleurs et celle requise pour les emplois qu’ils occupent.


Contacts médias :
À Maputo : Rafael Saute, +258 21482300, rsaute@worldbank.org
 

Pour obtenir davantage d’informations sur le travail de la Banque mondiale à l’Île Maurice, veuillez vous rendre sur la page suivante : www.banquemondiale.org/fr/country/mauritius
Abonnez-vous sur Facebook : www.facebook.com/BMAfrique
Suivez-nous sur Twitter : www.twitter.com/BM_Afrique
Regardez nos vidéos sur YouTube : www.worldbank.org/africa/youtube
Écoutez nos podcasts sur Soundcloud : soundcloud.com/worldbank/sets/world-bank-africa

 


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2018/078/AFR

Contacts

À Maputo
Rafael Saute
(+258) 21482300
rsaute@worldbank.org
Api
Api