COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Une croissance stable pour les économies d’Asie de l’Est en 2014

07 avril 2014

Les réformes structurelles, facteur déterminant d’une croissance et d’une prospérité durables

SINGAPOUR, 7 avril 2014 – Les pays en développement de la région Asie de l’Est et Pacifique vont connaître une croissance économique stable cette année, à la faveur d’une reprise dans les pays à revenu élevé et de la réaction modérée des marchés au retrait progressif des mesures d’assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale, selon le rapport East Asia Pacific Economic Update publié aujourd’hui par la Banque mondiale.

D’après le rapport, les pays en développement d’Asie de l’Est enregistreront un taux de croissance de 7,1 % cette année, qui reste quasiment le même qu’en 2013. En conséquence, cette région demeure la plus dynamique du monde, malgré un ralentissement par rapport au taux de croissance moyen de 8 % pour la période 2009-2013. La croissance va légèrement se tasser en Chine, passant de 7,7 % en 2013 à 7,6 % cette année. Hormis la Chine, les pays en développement de la région vont également connaître une légère baisse de croissance, qui s’établira à 5 % contre 5,2 % l’année dernière.

« La région Asie de l’Est et Pacifique est le principal moteur de la croissance mondiale depuis le début de la crise financière internationale », a déclaré Axel van Trotsenburg, vice-président de la Banque mondiale pour la région Asie de lEst et Pacifique. « Le raffermissement de la croissance mondiale cette année permettra à la région de continuer à se développer à un rythme relativement soutenu tout en s’adaptant à une conjoncture financière mondiale plus difficile. »

Les grandes économies d’Asie du Sud-Est, comme l’Indonésie et la Thaïlande, devront faire face au resserrement des conditions financières mondiales et à une augmentation de la dette des ménages. En Malaisie, la croissance va s’accélérer légèrement pour atteindre 4,9 % en 2014. Les exportations vont augmenter, mais le renchérissement du service de la dette et l’assainissement des finances publiques en cours vont peser sur la demande intérieure. Aux Philippines où la croissance pourrait fléchir à 6,6 %, l’accélération des dépenses de reconstruction compenserait toutefois la baisse de la consommation consécutive aux catastrophes naturelles survenues en 2013.

Les économies de plus petite taille devraient connaître une croissance soutenue, mais faire face à des risques de surchauffe qui pourraient exiger un nouveau durcissement de la politique monétaire. Au Cambodge, une nouvelle dynamique de réforme consécutive aux élections devrait contribuer à stabiliser le taux de croissance à 7,2 %, mais il existe des risques baissiers liés à l’instabilité du marché du travail. La poursuite des réformes structurelles permettra à Myanmar d’afficher un taux de croissance de 7,8 %. En revanche, en raison de progrès limités dans la restructuration de son secteur bancaire et d’autres domaines de l’activité économique, le Vietnam devrait connaître une croissance modérée à 5,5 %. La majeure partie des îles du Pacifique et le Timor-Oriental restent tributaires de l’aide et des transferts de fonds en provenance de pays avancés.

Certains risques pourraient néanmoins affecter ces prévisions régionales. « Une reprise économique plus lente que prévu dans les pays développés, un renchérissement des taux d’intérêt et une volatilité accrue des prix des matières premières résultant des tensions géopolitiques récentes en Europe de l’Est nous rappellent que l’Asie de l’Est reste vulnérable aux aléas de la conjoncture internationale », a déclaré Bert Hofman, Économiste en chef de la Banque mondiale pour la région Asie de lEst et Pacifique.

Par contre, comme on a pu le constater avec le retrait progressif des mesures d’assouplissement de la Réserve fédérale l’année dernière, les pays d’Asie de l’Est parviendront à surmonter les chocs extérieurs, comme une possible inversion des flux de capitaux, grâce à la flexibilité de leurs régimes de change. Ils disposent en outre pour la plupart de réserves suffisantes pour supporter des chocs commerciaux et extérieurs temporaires.

« Pour conserver un taux de croissance élevé à plus long terme, les pays en développement d’Asie de l’Est devront redoubler d’efforts pour poursuivre les réformes structurelles afin de renforcer leur potentiel de croissance latent et la confiance des marchés », a dit Hofman.

Les réformes structurelles sont essentielles pour réduire les vulnérabilités et assurer une croissance soutenable à long terme. La Chine a déjà engagé une série de réformes en matière de finances, d’accès aux marchés, de mobilité de la main-d’œuvre et de fiscalité, dans le but d’accroître l’efficacité de la croissance et de stimuler la demande intérieure. Au fil du temps, ces mesures permettront d’asseoir l’économie sur des bases plus stables, plus solidaires et plus durables. Certaines initiatives déjà annoncées par les pouvoirs publics, comme une réforme fiscale et la réduction des barrières à l’investissement privé, pourraient également stimuler la croissance à court terme.

Si elles sont couronnées de succès, les réformes en Chine pourraient avoir d’énormes effets positifs sur les partenaires commerciaux qui l’approvisionnent en produits agricoles, biens de consommation et services modernes. En revanche, un réajustement désordonné de l’économie chinoise aurait des retombées néfastes sur la croissance régionale et mondiale, particulièrement dans les pays tributaires des exportations de ressources naturelles.

Les autres pays en développement de la région pourraient aussi tirer avantage des réformes structurelles – facilitation du commerce international et promotion de l’investissement étranger direct – particulièrement dans le secteur des services. Dans un tel contexte, la création de la Communauté économique de l’ASEAN en 2015 pourrait stimuler les exportations et les investissements entre pays de la région, et représenter un important facteur de croissance, selon le rapport.

Bilan complet des économies de la région réalisé par la Banque mondiale, le rapport East Asia and Pacific Update est publié deux fois l’an et peut être consulté gratuitement à l’adresse suivante : http://www.worldbank.org/eapupdate

Contacts médias
COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2014/419/EAP