Du 17 au 21 avril : Suivezles webconférences internationales des Réunions de printemps.Voir le programme

publication
Jordanie : rapport de suivi de la situation économique (avril 2017)


Affaiblie par une croissance atone et un taux de chômage record, l’économie jordanienne continue de subir les répercussions de la crise syrienne et d’être affectée par la présence sur son sol de plus de 655 000 réfugiés syriens enregistrés. Le principal défi auquel la Jordanie est confrontée consiste à promouvoir une croissance créatrice d’emplois. Soucieux de progresser vers la viabilité budgétaire et de réduire son ratio endettement-PIB, le pays continuera certainement d’appliquer sa politique de rigueur budgétaire et monétaire.

L’économie jordanienne reste léthargique : la croissance a ralenti en 2016 pour la deuxième année consécutive — tombant selon les estimations à 2 % contre 2,4 % en 2015 — et s’écarte davantage de son potentiel. Cette détérioration est due largement à l’affaiblissement du secteur des industries extractives (mines et carrières), lui-même causé en partie par les pressions à la baisse sur les prix mondiaux de la potasse, et aux répercussions de la crise syrienne, notamment la fermeture d’axes de transport empruntés pour les exportations en direction de l’Iraq et de la Syrie et la diminution de l’activité touristique à la suite de problèmes de sécurité. Le taux de chômage a atteint un niveau record de 15,3 % en 2016.

L’activité économique jordanienne devrait accélérer légèrement pour atteindre un taux de croissance de 2,3 % en 2017. À moyen terme, le rythme moyen de l’activité devrait être légèrement supérieur pour s’établir à 2,6 % durant la période 2017-2019 sous l’effet de plusieurs facteurs : les effets des réformes

visant à stimuler l’investissement privé (amélioration de la prévisibilité de la réglementation, accès accru des PME aux services financiers, facilitation des échanges commerciaux, etc.) ; l’augmentation des exportations grâce aux premiers effets de l’assouplissement des règles d’origine de l’Union européenne ; l’amélioration de la situation dans des secteurs tels que le tourisme et la construction.