Image

Perspectives économiques mondiales

« Assombrissement des perspectives économiques »

Vue d'ensemble

Perspectives Globales

Prévisions de janvier 2019     

La croissance mondiale devrait fléchir pour atteindre 2.9% en 2019 – en-dessous des prévisions précédentes – et 2.8% en 2020-2021. 

  2016 2017 2018e 2019p 2020p 2021p
Monde 2.4 3.1 3.0 2.9 2.8 2.8
   Économies avancées 1.7 2.3 2.2 2.0 1.6 1.5
   Marchés émergents et économies en développement (EMDE) 3.7 4.3 4.2 4.2 4.5 4.6
     Asie de l’Est et Pacifique 6.3 6.6 6.3 6.0 6.0 5.8
      Europe et Asie centrale 1.7 4.0 3.1 2.3 2.7 2.9
      Amérique latine et Caraïbes -1.5 0.8 0.6 1.7 2.4 2.5
      Moyen-Orient et Afrique du Nord 5.1 1.2 1.7 1.9 2.7 2.7
      Asie du Sud 7.5 6.2 6.9 7.1 7.1 7.1
      Afrique subsaharienne 1.3 2.6 2.7 3.4 3.6 3.7
Télécharger les données en format Excel            

Prévisions régionales

La reprise dans les pays émergents et les économies en développement s’est affaiblie, avec une croissance attendue à 4.2% en 2019 – sensiblement plus faible que ce que projetaient les prévisions précédentes. Le redressement cyclique dans les régions comprenant un grand nombre des pays exportateurs de produits de base s’est essouflé, reflétant en partie un ralentissement important dans des économies majeures, et devrait se stabiliser dans les deux prochaines années. La croissance dans les régions comprenant de nombreux pays importateurs de produits de base était solide, mais elle s’est ralentie. Pour toutes les régions, les risques négatifs sont accrus.

  • Image

    Asie de l’Est et Pacifique

    Le rythme de croissance de la région Asie de l’Est et Pacifique demeure l’un des plus élevés des régions en développement. L’expansion économique devrait toutefois fléchir pour descendre à 6 % en 2019 dans l’hypothèse d’une stabilité générale des cours des produits de base, d’une modération de la demande et des échanges internationaux et d’un resserrement progressif des conditions de financement à l’échelle mondiale. En Chine, la croissance devrait tomber à 6,2 % cette année en raison de la poursuite de rééquilibrages intérieurs et extérieurs. Selon les projections, le reste de la région connaîtra une croissance de 5,2 % en 2019, la résilience de la demande compensant les répercussions négatives du ralentissement des exportations. Enfin, on estime que la croissance de l’Indonésie restera stable à 5,2 %, tandis que le rythme d’expansion de l’économie thaïlandaise ralentira en 2019 pour s’établir à 3,8 %.
  • Image

    Europe et Asie centrale

    Cette année, les effets persistants de tensions financières en Turquie pèseront sur la croissance de la région, qui marquera le pas pour s’établir à 2,3 %. En Turquie, le taux de croissance devrait descendre à 1,6 % sous l’effet d’une forte inflation, de taux d’intérêt élevés et d’un faible niveau de confiance qui décourageront la consommation et l’investissement. Abstraction faite de la Turquie, la croissance devrait ralentir dans la partie occidentale de la région. Ainsi, le rythme d’expansion de la Pologne devrait tomber à 3,9 % en raison du fléchissement de la croissance dans la zone euro. Dans la partie orientale de la région, la croissance devrait également fléchir du fait du ralentissement de l’activité en Russie, au Kazakhstan et en Ukraine.
  • Image

    Amérique latine et Caraïbes

    La croissance de la région devrait s’accélérer pour atteindre 1,7 % cette année grâce notamment à la reprise de la consommation privée. Le Brésil devrait connaître un rythme d’expansion de 2,2 % sous réserve d’une mise en œuvre rapide des réformes budgétaires et à condition que les effets de la reprise de la consommation et de l’investissement l’emportent sur l’impact de la compression des dépenses publiques. Au Mexique, l’incertitude qui pèse sur l’action publique et la persistance de la faiblesse des investissements devraient limiter la croissance à un rythme modéré de 2 % malgré la réduction de l’incertitude dans le domaine commercial grâce à l’annonce de l’accord entre les États-Unis, le Mexique et le Canada. Enfin, l’économie argentine devrait se contracter de 1,7 %, car de vigoureux efforts d’assainissement des finances publiques devraient entraîner des pertes d’emplois et une diminution de la consommation et de l’investissement.
  • Image

    Moyen-Orient et Afrique du Nord

    Dans cette région, la croissance devrait se renforcer pour atteindre 1,9 % en 2019. En dépit du ralentissement de la croissance des échanges commerciaux mondiaux et du resserrement des conditions de financement externes, des facteurs intérieurs — notamment les réformes des politiques publiques — devraient stimuler l’activité économique. Parmi les pays exportateurs de pétrole, la croissance devrait prendre un peu de vitesse cette année, le groupe des pays membres du Conseil de coopération du Golfe devant connaître une accélération qui portera son taux de croissance de 2 % en 2018 à 2,6 % en 2019. L’économie iranienne, en revanche, devrait se contracter de 3,6 % cette année sous le coup des sanctions. Selon les prévisions, la croissance algérienne s’essoufflera pour tomber à 2,3 % du fait de la diminution progressive des effets de l’augmentation des dépenses publiques de l’année dernière. En Égypte, au contraire, la croissance devrait s’accélérer pour atteindre 5,6 % durant l’exercice budgétaire en cours : les réformes visant à améliorer le climat des affaires soutiennent l’investissement tandis que la consommation privée s’accélère.
  • Image

    Asie du Sud

    La croissance de la région devrait s’accélérer pour atteindre 7,1 % en 2019 grâce au renforcement de l’investissement et à la vigueur de la consommation. En Inde, selon les prévisions, l’expansion s’intensifiera pour s’établir à 7,3 % durant l’exercice 18-19 du fait du dynamisme de la consommation et de la poursuite de la croissance de l’investissement. Au Bangladesh, la croissance économique devrait tomber à 7 % durant le même exercice, mais l’activité restera soutenue par la vitalité de la consommation privée et les dépenses d’infrastructure. Au Pakistan, la croissance devrait décélérer pour revenir à 3,7 % durant l’exercice 18-19 dans un contexte de resserrement des conditions de financement destiné à freiner l’accélération de l’inflation et à contrer les facteurs de vulnérabilité externes. On prévoit que le Sri Lanka connaîtra une légère accélération de sa croissance, qui s’établira à 4 % en 2019 grâce à la fermeté de la demande intérieure et la stimulation de l’investissement par les projets d’infrastructure. Au Népal, la dynamique enclenchée après le tremblement de terre devrait s’atténuer et la croissance ralentir pour s’établir à 5,9 % durant l’exercice 18-19.
  • Image

    Afrique subsaharienne

    Dans cette région, la croissance devrait s’accélérer pour atteindre 3,4 % en 2019, en supposant une diminution de l’incertitude pesant sur les politiques publiques, l’amélioration de l’investissement dans les grandes économies et la poursuite d’une croissance robuste dans les pays à faible intensité de ressources. Au Nigéria, l’expansion devrait s’intensifier pour atteindre 2,2 % en 2019 sur la base d’une reprise de la production pétrolière et d’un scénario selon lequel une lente amélioration de la demande privée freinera la croissance du secteur industriel non pétrolier. Selon les prévisions, la croissance angolaise atteindra 2,9 % en 2019 grâce à la reprise du secteur pétrolier résultant de l’exploitation de nouveaux champs pétrolifères et de l’amélioration du climat des affaires par la mise en œuvre de réformes. Enfin, en Afrique du Sud, l’expansion économique devrait prendre un peu de vitesse pour afficher un taux de 1,3 % dans un contexte caractérisé par les contraintes pesant sur la demande intérieure et le montant limité des dépenses publiques.