Maurice - Vue d'ensemble

  • Situé au large de la côte Sud-Est de l’Afrique et voisin de La Réunion, Maurice est un État insulaire de 1,3 million d’habitants. Le pays a fortement progressé sur le plan économique depuis son indépendance en 1968 et fait désormais partie des économies à revenu intermédiaire de la tranche supérieure. Il doit s’atteler à deux grands défis : la lutte contre les inégalités, encore limitées mais qui se creusent progressivement, et l’adaptation au changement climatique.

    Situation politique

    Maurice est une démocratie parlementaire stable dont la vie politique est marquée par des alternances de coalitions. Le président de la République est le chef de l’État tandis que le Premier ministre est le chef de gouvernement et dispose des pleins pouvoirs exécutifs. L’Alliance Lepep — une coalition qui réunit le Mouvement socialiste militant (MSM), le Parti mauricien social démocrate (PMSD) et le Mouvement pour la libération — a remporté les élections législatives de décembre 2014, avec une majorité confortable (elle détient actuellement 53 des 69 sièges que compte l’Assemblée nationale). Anerood Jugnauth, fondateur du MSM, a été nommé Premier ministre.

    En tant que responsable du parti majoritaire à l’Assemblée et conformément à la Constitution du pays, son fils et ministre des Finances Pravind Jugnauth le remplace après sa démission en janvier 2017 (il était alors âgé de 86 ans). Le nouveau Premier ministre remanie le gouvernement mais conserve le portefeuille des Finances. Les prochaines élections sont prévues à la fin de l’année 2019. La présidente, nommée en 2015, a dû démissionner à la suite d’allégations d’irrégularités financières : il lui est reproché d’avoir effectué des achats personnels à l’aide d’une carte bancaire fournie par une ONG dont le fondateur fait l’objet d’une enquête pour fraude présumée au Portugal. Occupant une fonction essentiellement honorifique, Mme Gurib-Fakim, 58 ans, s’est dit victime d’une campagne de dénigrement avant de présenter sa démission.

    Évolutions économiques récentes

    La croissance du PIB en volume est ressortie à 4 % en 2017, ces bonnes performances étant à imputer essentiellement au secteur des services, en particulier financiers, ainsi qu’au commerce et à l’immobilier. Ce dernier a profité du dynamisme du tourisme, un secteur clé porté par le redémarrage récent de l’économie mondiale. En 2017, les entrées de touristes ont progressé de 5,2 %, à 1,34 million (un chiffre équivalent à la population totale de l’île).

    L’inflation est repartie à la hausse, atteignant 6,9 % en février 2018, contre 1,3 % l’année précédente. Les principales augmentations concernent les légumes, la production locale ayant pâti de mauvaises conditions météorologiques. Mais l’inflation sous-jacente mesurée par la Banque centrale (excluant les produits plus volatils comme les denrées alimentaires) a été contenue, ressortant à 2,9 % en janvier 2018.

    Le gouvernement a maintenu sa politique budgétaire, tablant sur un déficit global de 3,2 % du PIB pour l’exercice en cours, clos en juin. S’il y parvient, cela marquera une légère amélioration par rapport à l’exercice 2017/18, où le déficit était ressorti à 3,5 %. L’endettement public reste important, autour de 56 % du PIB (selon la méthode de calcul du pays).

    La position extérieure de Maurice continue de bénéficier d’importants flux financiers et de capitaux, y compris les apports nets en faveur des grandes sociétés offshore. Pour autant, et malgré l’important déficit du compte courant enregistré au troisième trimestre de 2017, à 5,9 % (en faible repli par rapport à l’année précédente), la balance des paiements reste légèrement excédentaire et les réserves de change ont atteint 6,1 milliards de dollars en janvier 2018, l’équivalent de plus de dix mois d’importations.

    Perspectives

    Le scénario de référence table sur la poursuite de l’expansion de l’économie mauricienne à la faveur d’une conjoncture extérieure propice et de la reprise des investissements publics, en particulier dans le vaste programme de décongestion des axes routiers. La croissance économique devrait rester dans une fourchette comprise entre 3,5 et 4 %, dans la lignée des projections relatives au rythme de la production. Elle pourrait même s’accélérer si l’ambitieux programme des autorités pour les infrastructures s’accélère et parvient à attirer plus d’investissements privés.

    La position financière extérieure devrait profiter de la vigueur soutenue des exportations de services (notamment le tourisme) et d’un redressement des exportations de biens, la croissance retrouvant des couleurs dans les principaux partenaires commerciaux du pays.

    Enjeux de développement

    Maurice affiche un faible niveau de pauvreté absolue. Après avoir mis fin à l’extrême pauvreté, les autorités doivent désormais s’employer à installer une croissance plus inclusive et à mieux redistribuer les richesses. Si les inégalités observées dans la consommation des ménages sont restées stables entre 2007 et 2017 (avec un indice de Gini autour de 36), les inégalités de revenu, en particulier du travail, se sont creusées rapidement.

    Le secteur financier offshore, relativement important, a des difficultés à s’adapter à l’évolution rapide de l’environnement réglementaire international. Les autorités ont des plans ambitieux pour refaire du pays un pôle financier régional. L’évolution de ce secteur sera déterminante pour sa position financière extérieure, ainsi que pour les performances économiques générales de Maurice, car il contribue fortement à la création d’emplois et de richesse.

    À long terme, Maurice devra impérativement préserver son modèle historique de croissance inclusive pour progresser vers son objectif de devenir une économie à revenu élevé d’ici 2020. Pour ce petit pays insulaire au vivier de main-d’œuvre qualifiée limité et à la population vieillissante, la réalisation de cet objectif dépendra de l’amélioration du système éducatif et de la capacité des autorités à éliminer les obstacles à la participation au marché du travail et à la productivité.

    Le renforcement du rôle et des perspectives des femmes dans l’économie nationale pourrait y contribuer de manière sensible puisque, malgré une bonne réussite scolaire, le taux d’activité des femmes reste faible (32 % de moins que celui des hommes en 2015) et les écarts de salaire demeurent élevés, autour de 30 % dans le secteur privé.

    Dernière mise à jour: 04 juin 2018

  • L’action du Groupe de la Banque mondiale à Maurice

    Le rôle du Groupe de la Banque mondiale évolue à mesure que le pays gagne un meilleur accès aux marchés financiers. Maurice est l’un des rares pays d’Afrique à pouvoir bénéficier des ressources de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) du fait de son niveau de revenu, relativement élevé. Si la demande de financement de la part des autorités mauriciennes est en baisse (elle est ressortie en moyenne à plus de 60 millions de dollars par an entre les exercices 2007 et 2013), la demande de prestations intellectuelles est en hausse.

    Le Groupe de la Banque mondiale a finalisé son nouveau cadre de partenariat (a) avec Maurice pour les exercices 2017 à 2021, en s’appuyant pour cela sur les conclusions du diagnostic systématique de la situation du pays, qui a évalué les freins à la croissance et à la réduction de la pauvreté et identifié les possibles leviers d’action.

    Le cadre de partenariat entend aider Maurice à réaliser ses priorités nationales destinées à promouvoir durablement une croissance inclusive. De nouvelles opérations de prêt pourront être envisagées à la demande des autorités et au vu des performances pendant la période couverte par le cadre de partenariat — compte tenu également de l’évolution de la conjoncture internationale dont dépendent les capacités financières de la BIRD et qui peut susciter des demandes de la part d’autres emprunteurs.

    Dernière mise à jour: 04 juin 2018

  • Le soutien qu’apporte la Banque mondiale aux autorités mauriciennes prend essentiellement la forme d’un transfert de connaissances, et notamment d’assistance technique, financé par des services de conseil remboursables. Actuellement, la Banque mondiale appuie la mise en œuvre de la réforme de l’enseignement de base (programme de scolarisation de neuf ans) et le renforcement de la supervision bancaire. Elle compile parallèlement des informations récentes portant sur le développement durable de la stratégie du pays sur l’économie océanique et sur les facteurs d’inégalité.

    Grâce à l’aide de la Banque mondiale, Maurice fait désormais figure d’expert auprès des gouvernements africains sur « la manière de mener des réformes », tout en bénéficiant aussi de leurs apports de connaissances sur des domaines spécifiques.

    Dernière mise à jour: 04 juin 2018

  • La Banque mondiale dialogue de manière régulière avec les partenaires du développement bilatéraux et multilatéraux intervenant aux côtés des autorités mauriciennes.

    Dernière mise à jour: 04 juin 2018

Api


FINANCEMENTS

Maurice: Engagements par exercice (en millions de dollars)*

*Les montants comprennent les engagements de la BIRD et de l’IDA


GALERIE PHOTO

Plus de photos Arrow

ACTIONS

19 avr. 2018

Africa's Pulse, No. 17, Avril 2018

Nos dernières perspectives économiques tablent sur une croissance à 3,1 % en 2018, qui s’établira à 3,6 % en moyenne sur 2019–20.

07 juin 2017

Réfugiés : comment l’Afrique fait face

De nombreux pays africains, parfois très pauvres, s’attachent à intégrer durablement les réfugiés.

30 oct. 2017

L’Association internationale de développement en Afrique

En attribuant près de 50% de ses ressources à 39 pays africains, l’IDA aide les pays les plus défavorisés de la planète.

30 oct. 2017

Multimédia de la Banque mondiale Région Afrique

Consultez les dernières vidéos, audiodiffusions et galleries de photos qui reflètent le travail de la Banque mondiale en Afrique subsaharienne.

31 oct. 2017

Doing Business à Maurice (a)

Le rapport « Doing Business » évalue la règlementation des affaires dans le monde. Découvrez le classement de votre pays.

Autres ressources:

Coordonnées du bureau-pays

Point de contact principal
+230 203 2500
Informations générales et renseignements
Rafael Saute
Sr. Communications Officer
Maputo, Mozambique
+258-21-482-944
rsaute@worldbank.org
Plaintes et problèmes liés aux projets
mauritiusalert@worldbank.org