COVID-19 : Comment le Groupe de la Banque mondiale aide-t-il les pays à faire face à la pandémie ? Suivez notre actualité

Skip to Main Navigation

Maurice - Vue d'ensemble

  • Maurice est un État insulaire d’environ 1,3 million d’habitants situé au large de la côte Sud-Est de l’Afrique et voisin de La Réunion. Le pays a fortement progressé sur le plan économique depuis son indépendance en 1968 et fait désormais classée parmi les pays à revenu élevé. Il doit s’atteler aujourd’hui à deux grands défis : la transition vers une économie de la connaissance et l’adaptation aux conséquences du changement climatique.

    Situation politique

    Maurice est une démocratie parlementaire dont la vie politique est marquée par des alternances de coalitions. Le président de la République est le chef de l’État tandis que le Premier ministre est le chef de gouvernement et dispose des pleins pouvoirs exécutifs. Les élections législatives du 7 novembre 2019 se sont soldées par la victoire de l’Alliance morisien, qui a remporté 42 sièges sur 70. Constituée autour du Mouvement socialiste militant (MSM), cette coalition comprend le Muvment Liberator (ML), le Mouvement Alan Ganoo et la Plateforme militante. Le Premier ministre sortant Pravind Jugnauth (MSM) a été reconduit dans ses fonctions.

    Évolutions économiques récentes

    Le PIB mauricien a progressé de 3,6 % en 2019, à la faveur du dynamisme des activités de construction et de services (secteur bancaire, TIC) et de la remontée de la production agricole. Le secteur manufacturier, qui a pâti du ralentissement de la demande mondiale en 2019, a continué d'afficher une croissance atone. Cette évolution s’inscrit dans la continuité d’un processus de transformation structurelle marqué par l’expansion de services à forte intensité de connaissances et par la stagnation ou la contraction de l'activité dans des secteurs plus traditionnels et pourvoyeurs d’emplois peu qualifiés. Grâce aux performances enregistrées en 2019, le pays s’est hissé pour la première fois dans la catégorie des économies à revenu élevé selon la classification de la Banque mondiale établie en juillet 2020. 

    La pandémie de COVID-19 (coronavirus) touche durement l’économie mauricienne, sous l’effet conjugué du coup d’arrêt porté aux entrées touristiques, de l’effondrement de la demande à l’export, en particulier dans le secteur de la confection, et des mesures de confinement mises en place en avril, mai et juin. Alors que la propagation du virus a été endiguée au mois d’avril et que le pays n’avait enregistré aucun nouveau cas local jusqu’au mois de juillet 2020, le PIB devrait se contracter de plus de 10 % cette année. Le gouvernement a mis en place un plan de soutien destiné au secteur privé qui a permis d’atténuer les conséquences de la pandémie sur l’emploi, mais qui, compte tenu de la baisse concomitante des recettes, contribuera à un déficit budgétaire important en 2019/20.

    Enjeux de développement

    Maurice est aujourd’hui confronté au défi de gérer sa transition vers une économie basée sur le savoir et tirée par l’innovation et la croissance de la productivité. Pour le relever, il lui faudra entreprendre des efforts concertés pour lever les freins qui entravent le développement de nouvelles sources de croissance et l’investissement privé, comme le manque de connectivité, la pénurie de compétences et l'inadaptation des mesures d’incitation, soit autant de facteurs qui joueront un rôle crucial pour renouer avec la croissance après la récession provoquée par la pandémie.

    Le pays doit faire face depuis plusieurs années à une aggravation des inégalités, même si cette tendance semble s'être récemment inversée. Les transferts publics ont contribué à atténuer la hausse des inégalités de revenu. En outre, tandis que le taux de chômage pré-COVID était globalement faible (6,9 % au premier trimestre 2020), il atteignait 9,8 % chez les femmes, dont le taux d’activité était par ailleurs bien inférieur à celui des hommes. 

    Autre défi pour l’île Maurice : sa grande vulnérabilité aux tempêtes tropicales, qui est en outre exacerbée par le changement climatique. Selon une évaluation de 2017 portant sur l’ensemble des risques et aléas naturels auxquels est exposé le pays, les pertes directes causées par les cyclones tropicaux et les inondations s'élèvent en moyenne à 110 millions de dollars par an. Chaque année, il existe une probabilité de 1 % que les pertes dépassent 1,9 milliard de dollars, soit 16 % du PIB national. Maurice s’étend en effet dans le bassin cyclonique de l’océan Indien. Une grande partie de la population et des actifs productifs est exposée à de multiples risques induits par les cyclones. Le risque d’inondation est de plus en plus élevé tandis que la fréquence des vents de force cyclonique (plus de 165 km/h) a considérablement augmenté au cours des trois dernières décennies.

    Dernière mise à jour: 01 juil. 2020

  • L’action du Groupe de la Banque mondiale à Maurice

    Le rôle du Groupe de la Banque mondiale évolue à mesure que le pays gagne un meilleur accès aux marchés financiers. Maurice est l’un des rares pays d’Afrique à pouvoir bénéficier des ressources de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) du fait de son statut d’économie à revenu élevé. Si la Banque mondiale ne compte aucune opération de financement en cours dans le pays, la demande de prestations intellectuelles est en hausse. 

    L'actuelle stratégie d’action du Groupe de la Banque mondiale à Maurice est régie par un cadre de partenariat qui couvre la période 2017-2021. Elle a pour objectif d’aider le pays à s’atteler aux priorités nationales en s’attachant à promouvoir durablement une prospérité partagée.

    Dernière mise à jour: 01 juil. 2020

  • Le soutien qu’apporte la Banque mondiale aux autorités mauriciennes prend essentiellement la forme d’un transfert de connaissances, et notamment d’assistance technique, financé par des services de conseil remboursables. Il porte actuellement sur la mise en œuvre de la réforme de l’enseignement de base (programme de scolarisation de neuf ans), le renforcement de la supervision bancaire, l’amélioration de l’environnement des affaires, les efforts de planification, l’analyse des tendances de la productivité et les choix de réforme pour le secteur du sucre. La Banque a récemment consacré des études au développement durable de l’économie bleue, aux causes des inégalités, à la mobilité du marché du travail et aux effets redistributifs du système budgétaire et de transferts publics à Maurice. 

    Face au choc provoqué par la pandémie de COVID-19, elle travaille actuellement sur un mémorandum économique destiné à mettre en évidence les priorités autour desquelles devra s'articuler la reprise.  

    Dernière mise à jour: 01 juil. 2020

  • La Banque mondiale dialogue de manière régulière avec les partenaires du développement bilatéraux et multilatéraux intervenant aux côtés des autorités mauriciennes.

    Dernière mise à jour: 01 juil. 2020

Api


FINANCEMENTS

Maurice: Engagements par exercice (en millions de dollars)*

*Les montants comprennent les engagements de la BIRD et de l’IDA


GALERIE PHOTO

Plus de photos Arrow

ACTIONS

Le coronavirus provoque une récession

Selon nos dernières perspectives économiques, la croissance africaine pourrait se rétracter jusqu’à -5,1 % à cause de la pandémie

Booster le potentiel de l’Afrique

Découvrez en quoi consiste notre plan pour aider les pays africains à investir davantage et mieux dans leur population.

L’Association internationale de développement en Afrique

Des millions d’Africains sont sortis de la pauvreté grâce au soutien de l’IDA qui a permis de créer des emplois, améliorer le capital humain et de fournir des services essentiels.

Vidéos de la Banque mondiale Région Afrique

Consultez les dernières vidéos, podcasts et photos qui illustrent le travail de la Banque mondiale en Afrique.

Évaluation des politiques et des institutions publiques

La qualité des politiques publiques et des cadres institutionnels des pays les plus pauvres d’Afrique s’est peu, voire pas du tout, améliorée ces dernières années.

Autres ressources:

Coordonnées du bureau-pays

Point de contact principal
+230 203 2500
Informations générales et renseignements
Rafael Saute
Chargé des relations extérieures
Maputo, Mozambique
+258-21-482-944
rsaute@worldbank.org
Plaintes et problèmes liés aux projets
mauritiusalert@worldbank.org