Maurice - Vue d'ensemble

  • Maurice est un État insulaire de 1,3 million d’habitants situé au large de la côte Sud-Est de l’Afrique et voisin de La Réunion. Le pays a fortement progressé sur le plan économique depuis son indépendance en 1968 et fait désormais partie des économies à revenu intermédiaire de la tranche supérieure. Il doit s’atteler aujourd’hui à deux grands défis : la transition vers une économie de la connaissance et l’adaptation aux conséquences du changement climatique.

     

    Situation politique

    Maurice est une démocratie parlementaire dont la vie politique est marquée par des alternances de coalitions. Le président de la République est le chef de l’État tandis que le Premier ministre est le chef de gouvernement et dispose des pleins pouvoirs exécutifs. En 2014, les dernières élections législatives se sont soldées par la victoire de l’alliance Lepep, une coalition réunissant le Mouvement socialiste militant (MSM), le Parti mauricien social démocrate (PMSD) et le Mouvement pour la libération. Le PMSD a par la suite quitté la coalition au pouvoir pour rejoindre les rangs de l’opposition. En janvier 2017, le ministre des Finances Pravind Jugnauth est devenu Premier ministre à la suite de la démission de son père, Anerood Jugnauth. Le nouveau Premier ministre a remanié le gouvernement, mais conservé le maroquin des Finances. Le prochain scrutin parlementaire est prévu à la fin de l’année 2019 ou début 2020.

     

    Évolutions économiques récentes

    L’économie mauricienne poursuit sa tendance de croissance : le PIB a augmenté de 3,7 % en 2018, à la faveur du dynamisme des activités de construction et de services (tourisme, secteur bancaire, TIC). L’industrie manufacturière et l’agriculture ont progressé à un rythme plus lent, tandis que la production de sucre, produit traditionnellement phare du pays, a décliné. L’évolution de la structure de la croissance s’inscrit dans la continuité d’un processus de transformation structurelle marqué par l’expansion de services modernes et à forte intensité de connaissances et par la stagnation, voire la contraction de l'activité dans des secteurs plus traditionnels et pourvoyeurs d’emplois peu qualifiés. 

    Le scénario de référence table sur la poursuite d’une conjoncture économique favorable qui bénéficiera de la continuation de la demande extérieure via le tourisme et de la reprise des investissements publics, en particulier dans le vaste programme de décongestion des axes routiers. Les secteurs des services à forte intensité de connaissances sont appelés à conforter leur rôle de moteur de la croissance, ce qui risque d’aggraver la pénurie de main-d'œuvre qualifiée et de renforcer la « prime à la compétence », creusant ainsi les inégalités salariales. Les prévisions de croissance de l’économie mauricienne sont cependant exposées à des risques à la baisse en raison de la vulnérabilité du pays à des chocs exogènes liés à la demande touristique, au changement climatique et aux fluctuations de l’environnement mondial qui pèsent sur le secteur financier.

    Avec un taux de 3,2 % en 2018, l’inflation a été globalement modérée. Ce chiffre masque toutefois les variations considérables enregistrées au cours de l'année, avec de fortes hausses des prix alimentaires au début de 2018 qui ont suscité de larges controverses dans l’opinion publique.

    Enjeux de développement

    Maurice est aujourd’hui confronté au défi de gérer sa transition vers une économie à revenu élevé basée sur le savoir et tirée par l’innovation et la croissance de la productivité. Pour le relever, il lui faudra entreprendre des efforts concertés pour lever les freins qui entravent le développement de nouvelles sources de croissance et l’investissement privé, comme le manque de connectivité, la pénurie de compétences et l'inadaptation des mesures d’incitation.

    Le pays doit faire face depuis plusieurs années à une aggravation des inégalités, même si cette tendance semble s'être récemment inversée. Les transferts publics ont contribué à atténuer la hausse des inégalités de revenu. En outre, tandis que le taux de chômage est globalement faible (6,9 % en 2018), il atteint 10,1 % chez les femmes, dont le taux d’activité est par ailleurs bien inférieur à celui des hommes (45,4 % contre 74,5 %). Chez les jeunes, le taux de chômage grimpe à 22,1 %, ce qui s’explique à la fois par l'inadéquation de leurs qualifications et par les exigences de salaire de plus en plus élevées des nouveaux entrants sur le marché du travail.

    Autre défi pour l’île Maurice : sa grande vulnérabilité aux tempêtes tropicales, qui est en outre exacerbée par le changement climatique. Selon une évaluation de 2017 portant sur l’ensemble des risques et aléas naturels auxquels est exposé le pays, les pertes directes causées par les cyclones tropicaux et les inondations s'élèvent en moyenne à 110 millions de dollars par an. Chaque année, il existe une probabilité de 1 % que les pertes dépassent 1,9 milliard de dollars, soit 16 % du PIB national. Maurice s’étend en effet dans le bassin cyclonique de l’océan Indien. Une grande partie de la population et des actifs productifs est exposée à de multiples risques induits par les cyclones. Le risque d’inondation est de plus en plus élevé tandis que la fréquence des vents de force cyclonique (plus de 165 km/h) a considérablement augmenté au cours des trois dernières décennies.

    Dernière mise à jour: 03 sept. 2019

  • L’action du Groupe de la Banque mondiale à Maurice

    Le rôle du Groupe de la Banque mondiale évolue à mesure que le pays gagne un meilleur accès aux marchés financiers. Maurice est l’un des rares pays d’Afrique à pouvoir bénéficier des ressources de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) du fait de son niveau de revenu, relativement élevé. Si la Banque mondiale ne compte aucune opération de financement en cours dans le pays, la demande de prestations intellectuelles est en hausse

    Le Groupe de la Banque mondiale a élaboré un nouveau cadre de partenariat avec Maurice pour les exercices 2017 à 2021, en s’appuyant pour cela sur les conclusions du diagnostic systématique de la situation du pays, qui a évalué les freins à la croissance et à la réduction de la pauvreté et identifié les possibles leviers d’action. Ce cadre stratégique, qui s’inscrit dans la lignée du programme gouvernemental 2015-2019, a pour objectif d’aider le pays à s’atteler aux priorités nationales en s’attachant à promouvoir durablement une prospérité partagée.

    Dernière mise à jour: 03 sept. 2019

  • Le soutien qu’apporte la Banque mondiale aux autorités mauriciennes prend essentiellement la forme d’un transfert de connaissances, et notamment d’assistance technique, financé par des services de conseil remboursables. Actuellement, la Banque mondiale appuie la mise en œuvre de la réforme de l’enseignement de base (programme de scolarisation de neuf ans) et le renforcement de la supervision bancaire. Elle consacre des études au développement durable de la stratégie nationale sur l’économie bleue (a), ainsi qu’aux facteurs d’inégalité, à la mobilité du marché du travail et aux effets redistributifs du système budgétaire et de transferts publics (a). Grâce à l’aide de la Banque mondiale, Maurice fait désormais figure d’expert auprès des gouvernements africains sur « la manière de mener des réformes », tout en bénéficiant aussi de leurs apports de connaissances sur des domaines spécifiques.

    Dernière mise à jour: 03 sept. 2019

  • La Banque mondiale dialogue de manière régulière avec les partenaires du développement bilatéraux et multilatéraux intervenant aux côtés des autorités mauriciennes.

    Dernière mise à jour: 04 juin 2018

Api


FINANCEMENTS

Maurice: Engagements par exercice (en millions de dollars)*

*Les montants comprennent les engagements de la BIRD et de l’IDA


GALERIE PHOTO

Plus de photos Arrow

ACTIONS

La croissance revue à la baisse en 2018

Selon les estimations, la croissance économique en Afrique subsaharienne est passée de 2,3 % en 2017 ...

Booster le potentiel de l’Afrique

Découvrez en quoi consiste notre plan pour aider les pays africains à investir davantage et mieux dans leur population.

L’Association internationale de développement en Afrique

En attribuant près de 50% de ses ressources à 39 pays africains, l’IDA aide les pays les plus défavorisés de la planète.

Multimédia de la Banque mondiale Région Afrique

Consultez les dernières vidéos, audiodiffusions et galleries de photos qui reflètent le travail de la Banque mondiale en Afrique subsaharienne.

31 oct. 2017

Doing Business à Maurice (a)

Le rapport « Doing Business » évalue la règlementation des affaires dans le monde. Découvrez le classement de votre pays.

Autres ressources:

Coordonnées du bureau-pays

Point de contact principal
+230 203 2500
Informations générales et renseignements
Rafael Saute
Sr. Communications Officer
Maputo, Mozambique
+258-21-482-944
rsaute@worldbank.org
Plaintes et problèmes liés aux projets
mauritiusalert@worldbank.org