COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Une nouvelle initiative de 500 millions de dollars pour encourager des actions climatiques à grande échelle dans les pays en développement

30 novembre 2015


PARIS, 30 novembre 2015 – Quatre pays européens — l’Allemagne, la Norvège, la Suède et la Suisse — ont annoncé aujourd’hui une nouvelle initiative pour la lutte contre le changement climatique portant sur un montant de 500 millions de dollars. Cette initiative, baptisée en anglais Transformative Carbon Asset Facility, doit permettre d’expérimenter de nouvelles méthodes d’incitation à grande échelle, visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans les pays en développement.  Le Groupe de la Banque mondiale a travaillé en collaboration avec les pays pour développer cette nouvelle initiative.                                                                                                                           

Le dispositif accompagnera les pays en développement dans la réalisation de leurs plans de réduction des émissions en les aidant à créer de nouvelles catégories de crédits carbone qui pourront entre autres être obtenus par le biais de l’action publique.

Concrètement, le dispositif mis en place procèdera à la mesure et à la rémunération des réductions d’émissions résultant de programmes de grande envergure dans des domaines tels que les énergies renouvelables, les transports, la maîtrise de l’énergie, la gestion des déchets ménagers ou le développement de villes sobres en carbone. Il pourra, par exemple, rémunérer les pays qui supprimeront les subventions aux combustibles fossiles, simplifieront la réglementation en matière d’énergie renouvelable ou, plus généralement, s’engageront sur des réformes ayant pour effet de réduire leurs émissions de GES.

« Nous voulons aider les pays en développement à trouver une trajectoire réaliste en vue d’un développement sobre en carbone », a commenté le président du Groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim. « Cette initiative y contribuera car elle aidera les pays à créer et financer la prochaine génération de crédits carbone. »

Le nouveau dispositif devrait entrer en service en 2016, avec une dotation initiale de plus de 250 millions de dollars fournie par les pays contributeurs. Jusqu’à ce que son objectif initial de 500 millions de dollars soit atteint, le dispositif pourra recevoir des contributions supplémentaires et accueillir de nouveaux bailleurs de fonds afin d’élargir l’éventail de ses projets. Il est prévu que les besoins du nouveau dispositif soient pourvus et complétés de 2 milliards de dollars d'investissements et de prêts octroyés par le Groupe de la Banque mondiale et d'autres sources.

« Activer les forces du marché est un moyen efficace de réduire les émissions. Nous espérons que le dispositif aura un impact significatif sur le terrain et que la réduction des émissions se poursuivra au-delà de l’appui initial apporté par cette initiative, au travers, par exemple, d’instruments de tarification du carbone tels que des systèmes d’échange de quotas d’émissions et des taxes sur le carbone, ou du renforcement et de l’application des normes visant à limiter les émissions de carbone, déclare Erna Solberg, premier Ministre de la Norvège. Nous sommes heureux de soutenir cette initiative, qui orientera la prochaine génération de programmes destinés à développer des marchés du carbone. »

Le dispositif sera mis en œuvre conjointement à un éventail d'initiatives mondiales et de plans climatiques nationaux afin d’aider les pays développés et en développement à atteindre leurs objectifs d'atténuation. Il financera les actifs carbone comportant de fortes exigences environnementales et offrant une probabilité élevée de satisfaire aux futures règles internationales, et partagera les enseignements tirés de son expérience avec la communauté internationale.

« Il est très encourageant d’assister au lancement de cette nouvelle initiative à l’heure où le monde entier a les yeux rivés sur la conférence de Paris. […] En œuvrant avec les pays en développement à l’instauration de politiques et de programmes de tarification du carbone par le marché, le dispositif peut contribuer à la réalisation de leurs objectifs économiques et sociaux », précise Felipe Calderon, président de la Commission mondiale sur l’économie et le climat et ancien président du Mexique

Pour en savoir plus sur le Transformative Carbon Asset Facility, veuillez cliquer sur ce lien (a) 

Contacts médias
À Washington DC
Isabel Hagbrink
Téléphone : +1 (202) 458-0422
ihagbrink@worldbank.org


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° :
2016/191/GCC

Api
Api